Quel est votre nom, voyageur ?
Sillonnez les couloirs de la Taverne !
   

Pages : (20) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll

> L'Éclat de la Folie, dans la forêt des fées, Nelyn, Hermine et Arzhaelig
  Écrit le : Lundi 17 Janvier 2011 à 22h47 par Ithek le Gris
Quote Post
 
Maître de la Main
Aucune chambre
1 gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image
Petit matin du 20 Éleinte 1372 CV
Lisière occidentale de la Forêt de l’Orée
Temps : Vent fort

Arzhaelig, Hermine, Nelyn

Derrière eux s’étendait l’Anauroch et ses plaines de roches et de sable battues par les tempêtes. Devant eux, le bruissement des pins centenaires, et les senteurs que la forêt leur envoyait déjà, leur remémoraient des sensations presque oubliées. Entre les deux, un champ d’arbres morts, desséchés par l’avancée du désert, venait briser cette dichotomie presque parfaite. Et il y avait posé là le Dragon, et cet étrange cercle de pierres dressées qui leur avait servi de repère.
C’était à n’en point douter un bien étrange décor pour entamer la suite, à pied cette fois, de leur périple.



user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 23 Janvier 2011 à 01h42 par Nelyn
Quote Post
 
Aventurière
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Pendant que Nelyn préparait ses bagages elle repensa aux événements de la veille. Elle aurait voulu donner d’avantage à ces morts. Elle n’était pas certaine que ses prières passionnées avaient pu les soulager et les amener vers le repos éternel…
Elle était triste pour le jeune Elloan. Qu’allait-il devenir ?... Elle espérait au moins que le jeune homme serait bien traité par le chat et pas abandonné dans un trou. Après tout, elle ne connaissait pas vraiment la personnalité d’Ahtifaar. Un jour il était aimable et soudainement, il était du genre à les abandonner sans se soucier de ce qui allait leur arriver. Il était vraiment étrange…

Enfin…
Elle vérifia une dernière fois son sac. Il y avait bien les objets que leur guide lui avait laissé, les potions des bedouins et de la nourriture pour tenir quelques jours. Beaucoup moins si elle devait partager sa nourriture avec ses compagnons, ce qu’elle allait très certainement faire. Il est clair qu’elle allait devoir chasser et fouiller les buissons à la recherche de bais sauvages.
Mais ce n’était pas un soucis. Elle était confiante.

Elle regarda une dernière fois le Dragon et sereine, s’avança vers la forêt où les senteurs boisés l’invitaient à y pénétrer.


- J’ai le sentiment que les Fées sont nos amies. Ma dame m’a envoyé un message cette nuit. Elles nous aideront. Mais…

La prêtresse s’arrêta. Et se tourna vers ses compagnons, le regard vague, plus si sereine que cela.

- Je crois que le Mal que nous cherchons va les atteindre et les détruire… J’ignore si notre venus sera à l’origine de leur malheur où s’il arrivera quoi que l’on fasse…
Dans tous les cas, nous devrons les convaincre que nous ne somme pas des oiseaux de mauvais augures et qu’elles doivent se préparer au pire…

Dans un profond soupir elle dit : « Tenez vous prêt à briser leur monde »

L’halfeline ignorait complètement ce qu’étaient les fées. Elles étaient pourtant certaine que c’étaient des êtres magiques aux cœurs purs. Certes il existait probablement des esprits malins parmi eux mais son rêve ne lui avait pas révéler ce genre de chose. Pour elle ils étaient aussi innocents que de tous petits halfelins qui ne faisaient que de s’amuser tous les jours. Elle assimilait les fées à des enfants doux et innocents, perpétuellement joyeux avec en plus, la capacité de maîtriser la magie.
Son instinct maternel l’a poussé à les retrouver. Plus que pour en faire des alliées contre les démons, elle voulait les découvrir et partager leur vie pour mieux les protéger et les choyer.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 23 Janvier 2011 à 16h42 par Hermine
Quote Post
 
 

oici qu'ils étaient de retour à terre. Après avoir regardé repartir Ahtifaar et le jeune bédouin blessé, non sans avoir remercié le magicien dont l'attitude avant de partir l'avait quelque peu émue, Hermine sauta au bas du bâtiment de bois. Enfin, le plancher des vaches. Elle prit un moment pour sentir la terre sous ses pieds. Il semblait bien que ce voyage suréaliste au creux des nuages, à regarder les Marches d'Argent et l'Anauroch défiler d'en haut, était fini. Cela décevait vaguement la jeune femme, mais elle était néanmoins contente de sentir à nouveau le poumon de la terre sous ses pieds.

L'Illuskane prit quelques minutes pour faire le tour de la coque de bois, afin de s'assurer que le navire n'avait subi aucune avarie durant leur atterrissage peu gracieux. Ses connaissances en ingénierie navale étant tout à fait perfectibles, elle fut néanmoins rassurée de constater qu'il pourrait encore décoller et les ramener chez eux -si tant est qu'ils survivraient à l'épreuve qui les attendait, et que leur équipage était encore suffisant à la manœuvre à leur retour en ces lieux. Mais c'était là un autre problème ...

Elle empoigna à nouveau l'échelle de corde et regagna le pont. Une fois en haut, elle fit son rapport à Arzhaelig auquel elle proposa, si ce n'était pas déjà fait, de rassembler les objets de valeur et/ou magiques présents à bord afin qu'ils emportent tout ce qui pourrait être utile pour le combat qu'ils menaient et puissent dissimuler le reste quelque part hors du Dragon, hors de portée des pilleurs potentiels.

Pendant ce temps, avec la même organisation minutieuse qui la caractérisait, l'aventurière fit de même avec les vivres. La carte qu'elle avait étudié ainsi que les observations qu'elle avait pu mener du ciel lui avaient donné une bonne idée du temps qu'il leur faudrait pour traverser la Forêt de l'orée. Une fois dans la cambuse, elle prit soin de rassembler assez de denrées non périssables pour les nourrir Nelyn, Plume et elle durant leur voyage à pieds, plus la marge de sécurité nécessaire des quelques jours qu'il leur faudrait probablement pour localiser le temple perdu et/ou négocier un guide forestier. Si les aventuriers de l'Assemblée n'avaient pas assez de leur trois dos pour tout porter, elle ferait au mieux et se résoudrait à recourir à la chasse ou à la cueillette. Mais ça ralentirait leur expédition d'autant ...

Une fois les paquetages alimentaires constitués, Hermine ressortit de la cale dont elle barricada au mieux la porte pour mettre à l'abri ce qui restait des animaux sauvages qui, attirés par l'odeur de nourriture, pourraient sortir du bois et saccager le navire. Heureusement, sécuriser la cale fut rapide, car elle n'avait plus à s'occuper du trou qu'elle avait fait dans la coque à Everlund : elle s'était en effet occupée de le boucher durant le voyage.

Enfin, elle redescendit le long de la coque pour rejoindre Nelyn, qui l'avait précédée et à qui elle confia ce qu'il fallait de nourriture pour ne pas la surcharger. Une fois qu'Arzhaelig les eut rejointes, elle emboita le pas à ses compagons. Regardant une dernière fois derrière elle, Hermine renonça à remonter l'échelle de corde hors de portée d'éventuels visiteurs indésirables : il fallait que les aventuriers puissent regagner le pont et, après tout, le fait qu'ils aient le disque maître devait être suffisant pour leur assurer la présence du Dragon à leur retour ...

Peu après les sombres avertissements de Nelyn, Hermine arrêta le trio.
Elle venait d'une culture où on parlait très peu de fées de la sylve. Les Illuskans croyaient davantage en les esprits ancestraux, le totems de la nature et aux occasionnels dames des neiges ou wendigos. Cependant, elle avait écumé assez de relais de grand chemin pour entendre quelques uns des récits les plus connus de voyageur imprudent qui disparaissait à jamais, après avoir quelquefois été forcé à exécuter une danse funeste ayant duré toute la nuit. Et bizarrement, ces récits avaient souvent pour cadre ...


- Un ceяcle de pieяяes levées ... La jeune femme avisa les monolithes qu'elle venait de remarquer. Se pouvait-il qu'ils abritent quelque fée avec qui ils pourraient entrer en contact ? Elle les désigna du menton à ses compagnons: « Et si on y faisait un touя avant de яentяeя dans les aяbяes ? »

Sur ses gardes, mais en essayant de ne pas paraître hostile, la guerrière obliqua en direction du cercle de pierres. Il n'y avait rien à perdre d'autre que quelques minutes à les examiner, même si elle ne connaissait rien à la magie. Et Ahtifaar l'avait lui-même enjointe à continuer à s'y intéresser ...



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 25 Janvier 2011 à 17h17 par Atlas
Quote Post
 
 

Comme il était étrange de voir l'Anauroch gagner du terrain, ce désert fruit des sorts terribles des phaerimms et leur soif de magie aussi grande que celle des Néthérèses... et sans laquelle ils n'auraient pu survir... Pour qui en connaissait l'histoire, ce désert était le témoignage des conséquences de la soif irraisonnée de pouvoir des arcanistes.

Mais qui donc avait dressé cet étrange cercle de pierres ? Des Elfes ? Des géants ? Des fées peut-être ?

Ces fées pourraient être alliées si leurs intérêts se retrouvaient liés, mais jamais plus de l'avis de Plume qui les tenait pour trop fantasques et volubiles. Mais une fois de plus, il n'avait pas à coeur de doucher les convictions profondes qui nourissaient la prêtresse Hin aussi surement que de l'eau et du pain.

Il revint à la Guerrière qu'il remercia d'un hochement de tête à son rapport : -
"C'est une bonne nouvelle Hermine, nous naviguerons donc encore sur le vent au milieu des nuages." - lui avait-il lancé, ne se souvenant que trop bien du fracas qui avait accompagné leur décollage de l'Assemblée.

D'objets magiques, il lui semblait qu'Ahtifaar leur avait fait le détail de ce qu'ils pourraient apporter d'importance mais se rappelant sa première irruption dans la cabine du capitaine, à la recherche de la clé, il y retourna pour s'assurer qu'il ne restait rien de ce qu'il avait vu luir. Puis rejoint Nelyn.

Des histoires sur des lieux de Pouvoir, le barde en connaissait assez que pour nourrir nombre de soirées au coin du feu à terroriser, émerveiller ou surprendre les convives auxquels il partagerait ce savoir né de plus de fantasmes que de faits réels. Ce qu'il prenait pour sur c'est qu'aucun lieu ne portait jamais pareil trace sans raison.


- Ces lieues ne sont pas toujours une bénédiction … je me tiendrai bien de tenter d'y déceler quelque Pouvoir de peur d'en être renversé par une puissance trop grande. Je vous invite à être prudents, nous sommes en Anauroch, terre maudite des phaerimms … réveiller un tel lieu pourrait les attirer comme une montagne d'or un dragon …



user posted image

PJ Arzhaelig Tenedor de la Main des Mystères - Barde Humain Demi-fée - niv 8 (FP10)
MJ Atlas
PJ Gaerlhach'dhin - Rôdeur-Druide Demi-elfe - niv 2 {FICHE}
PG Mjöllnir “Poing-de-Cendres” Noirmarteau du Monastère des 9 Portes - Moine Nain Phrénique - niv 7 (FP9) {FICHE}
PNJ Kiirmyeti - Main des Mystères, Explorateur du Surnaturel
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Mercredi 26 Janvier 2011 à 12h56 par Ithek le Gris
Quote Post
 
Maître de la Main
Aucune chambre
1 gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image
Petit matin du 20 Éleinte 1372 CV
Lisière occidentale de la Forêt de l’Orée
Temps : Vent fort

Arzhaelig, Hermine, Nelyn
Cliquez ici pour dérouler le parchemin...


Dans la cabine, Arzhaelig prit les trois baguettes qui étaient restées sur leurs crochets. Ahtifaar lui avait expliqué qu’elles étaient là pour recharger la gemme sertie dans le disque de contrôle, ce qui lui permettait de maintenir le Dragon en l’air. Une fois par jour, il avait d’ailleurs utilisé une de ces baguettes dans ce but. Il les avait scrutées afin de savoir quels sorts elles renfermaient : c’était des sortilèges simples et peu puissant, et les baguettes étaient presque vides. Le rakhsasa avait émis l’hypothèse qu’il s’agissait de vieilles baguettes rachetées au rabais à des aventuriers qui possédaient des objets plus puissants. Elles évitaient aux utilisateurs du Dragon d’avoir à utiliser leur propre énergie magique (s’ils le pouvaient) pour activer le disque.
Bien qu’il fallait penser à garder quelques charges au cas où pour le voyage du retour, la dizaine de charges qui restait leur serait sans doute utile dans la forêt de l’orée…

Pendant ce temps, Hermine avait méticuleusement préparé des rations à partir des caisses et des tonneaux de nourriture, et les avait emballées dans du tissu. Ainsi, ils auraient chacun de quoi manger pendant cinq jours, ce qui lui semblait raisonnable, tout en évitant de les surcharger.

Se fiant aux réticences du barde, Hermine renonça à danser et à incanter dans le cercle de pierres. Prudents, ils en firent le tour et examinèrent les curieux monolithes. C’étaient des géants qui devaient faire trois fois leur taille (voir plus, pour Nelyn), c’est pourquoi ils l’avaient si facilement repéré depuis les airs. Ils semblaient extrêmement anciens, émoussés par les éléments, et leur partie inférieure était recouverte de mousse et de lichen qui avaient noirci et s’étaient desséchés, probablement à cause du désert. Il fut un temps où ils devaient se trouver en plein cœur de la forêt, sans doute dans une clairière. Il était bien difficile de dire qui avait pu élever ce cercle et dans quel but, mais il devait s’agir de créatures très fortes, ou disposant de grands pouvoirs magiques pour parvenir à dresser ces monstres.
Aujourd'hui, certaines des vingt-trois pierres, de forme rectangulaire, qu'il comptèrent, gisaient au sol ou étaient brisées, mais le cercle avait plutôt bien traversé les siècles, voire les millénaires.

Quoi qu’il en fut, il semblait que personne n’y avait mis les pieds depuis des années, et les trois compagnons laissèrent ce lieu mystique derrière eux pour pénétrer dans les sous-bois, séparés du cercle par cette étendue austère d’arbres morts. Ceux-ci semblaient véritablement pétrifiés ; ils avaient perdu leurs feuilles ou leurs épines et leurs branches les plus fragiles, mais étaient presque entiers. En revanche, toute la petite végétation et l’humus avait été remplacée par de la terre stérile et friable, qui sous le vent s’élevait ça et là en petit tourbillons de poussières. Plus on s’approchait de la forêt, et plus cette transformation semblait récente : on voyait des arbustes, des buissons qui n’avaient pas encore complètement disparu malgré les rigueurs du désert.

La limite entre la zone morte et la zone bien vivante était étonnamment nette, et ils eurent l’impression d’entrer dans un autre monde à travers un portail magique. Les arbres majestueux s’agitaient paisiblement sous le vent. Il s’agissait principalement des pins sylvestres, ainsi que d’autres conifères et quelques feuillus, et ici la forêt était plutôt clairsemée, les arbres bien espacés séparés par un lit d’aiguilles mortes et de fougères, ce qui rendait la marche fort agréable. Une odeur de résine et d’humus remplissait l’atmosphère.

Les sous-bois étaient étonnamment calmes : on entendait seulement le bruissement du vent dans les branches, et le grincement des troncs qui oscillaient doucement.



user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Jeudi 27 Janvier 2011 à 16h06 par Atlas
Quote Post
 
 

Arzhaelig n'était pas mécontent du tout, il avait toujours fait montre d'un certain talent dans l'utilisation des objets magiques, ces baguettes seraient des outils précieux.
Il eut un pincement au coeur au passage dans la zone vivante pour ce qu'elle montrait de ce qu'aurait du être le désert derrière lui… il se mit à raconter à ses compagnes d'aventures l'histoire telle qu'il l'avait entendue sur la raison de l'Anauroch : -
"Curieux désert n'est-ce pas? Et dire qu'il y avait là un lac, une forêt parsemée de clairières qui habritaient une faune et une flore aujourd'hui disparues …"

Il aurait aimé s'aider d'un peu de magie mais elle leur serait trop précieuse, il n'était plus dans un songe de cours à l'Assemblée, c'était la 'vraie' vie. L'histoire était d'une grande tristesse et d'importance pour ramener les arcanistes à l'humilité qui leur faisait si souvent défaut et à une utilisation plus réfléchie du Pouvoir :

- "Maudits Néthérèses et leur utilisation sauvage de la Toile … Du temps de leur grandeur - ou de leur décadence en fonction du point de vue - ils ont épuisé ce qui n'est pus qu'un désert pour faire voler leurs cités dans les airs. Ils l'ont vidé de sa substance en dénaturant la Haute Magie Elfique dans des pseudos Mythal et ont causé leur propre perte plus surement que par la folie de celui d'entre eux qui voulait être dieu et détronner Mystra.

Il y a là assez d'histoires pour remplir bien des livres, et c'est d'ailleurs le cas, mais voici en quelques mots celle du grand désert : Les Néthérèses donc, ont tant vidé la terre de sa substance magique qu'ils ont affamé une race de créatures plus anciennes qu'eux, les Phaeryms, créatures étranges conversant par le vent qu'ils produisent, sorte d'anémone posée sur le corps d'un ver muni de bras … Ces derniers se nourissent littéralement de cette même magie, limitant d'eux-même leur expension pour la préservation de l'équilibre indispensable à leur survie.

Et c'est au nom de cette même survie qu'ils ont lancé le sort terrible qui a tué cet endroit à nos yeux, pour que les hommes s'en aillent et qu'ils leur laissent le droit d'exister. Ils auraient laissé leur fureur dévorer Toril tout entier s'ils n'avaient été arrêtés."

Arzhaelig avait le regard perdu dans la frondaison des pins, goutant au léger vent leur apportant encore l'odeur de la mer de Sable, puis il se reprit, et se permit même un sourire en s'adressant à Nelyn : - "Espérons pour elles que les Fées restent longtemps à l'abrit de cette fureur et que nous les trouvions vite si ce sont bien elles qui doivent nous mener à notre destination."



user posted image

PJ Arzhaelig Tenedor de la Main des Mystères - Barde Humain Demi-fée - niv 8 (FP10)
MJ Atlas
PJ Gaerlhach'dhin - Rôdeur-Druide Demi-elfe - niv 2 {FICHE}
PG Mjöllnir “Poing-de-Cendres” Noirmarteau du Monastère des 9 Portes - Moine Nain Phrénique - niv 7 (FP9) {FICHE}
PNJ Kiirmyeti - Main des Mystères, Explorateur du Surnaturel
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Mardi 01 Février 2011 à 17h09 par Hermine
Quote Post
 
 

evant le cercle de pierres levées, Hermine avait commencé à poser son paquetage pour danser et voir ce qui pourrait se passer. Lorsqu'Arzhaelig la mit en garde contre une éventuelle magie maléfique qui aurait imprégné le lieu, la jeune femme le taquina gentiment sur le fait d'avoir peur de simples pierres. Comment, un fier marin qui avait bravé tant des dangers des mers du Sud, effrayé par des cailloux ? La guerrière s'avança donc fièrement au centre du cercle. Il y eut un instant de flottement, durant laquelle Hermine s'interrogea : si c'étaient de simples pierres, pourquoi donc tenait-elle tant à exécuter une danse de Saint-Guy en leur sein, accordant ainsi plus de foi aux délires de quelques voyageurs avinés qu'au conseil de son vieil ami ? N'était-ce pas plutôt elle qui faisait preuve de naïveté ?
Trainant les pieds, Dame Courage ressortit du cercle, un peu penaude, adressant un regard faussement rancunier à un Arzhaelig qui ne pouvait retenir un petit sourire.

Une fois que les trois aventuriers eurent pénétré au sein de la forêt de l'orée, Hermine se contenta d'écouter attentivement -peut-être plus qu'elle ne l'aurait cru- les récits du barde. Cette histoire d'empires disparus, de races magique, de guerres impitoyables et d'un monde encore jeune avaient sur elle comme un effet hypnotique, effet encore renforcé par le ton vibrant du vieil homme, qui savait captiver son auditoire -même ici, en pleine nature. Le récits de ces « Phaerimms » semblait d'autant plus tangible à la jeune femme qu'elle avait pu contempler ce qui semblait être, d'après son ami, un témoignage bien réel de leur civilisation. À la réflexion, Plume avait peut-être bien fait de l'empêcher de s'exposer à cette ancienne magie.

La magie ... Comme souvent lorsqu'elle y était confrontée, Hermine regrettait de ne pas y comprendre grand chose. Aujourd'hui, elle pouvait se permettre d'écouter, de poser les questions qui lui venaient à l'esprit à Plume qui avait assez de patience et de bienveillance pour l'éclairer. Mais ce n'était pas le cas des magiciens maléfiques auquels elle avait été, et serait encore sûrement dans l'avenir, confrontée. Maudite était son impuissance ... Peut-être devait elle effectivement suivre le conseil d'Ahtifaar, et combler ce puit d'ignorance en empruntant, au moins en partie, les sentiers de la Magie ?

Afin de pouvoir suivre le chemin de ses pensées, la guerrière se proposa de prendre la tête de leur petit groupe. En effet, il leur faudrait bien commencer par trouver un sentier qui partait dans leur direction, le Sud-Est et, faute de mieux, l'Illuskane avait l'expérience nécessaire à la survie en milieu naturel. Qui sait, peut-être Tymora mettrait-elle quelque guide, humain ou féérique, sur leur chemin ? En attendant, il était préférable de rester sur ses gardes : ils ignoraient quelle était l'emprise des fiélons sur la région, et on ne savait quelle pouvait être la réaction du premier être qu'ils rencontreraient ...



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 05 Février 2011 à 23h43 par Nelyn
Quote Post
 
Aventurière
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Nelyn écouta attentivement les récits du barde. Cela lui rappelait les vieux comptes que ses frères ainés lui racontaient au coin du feu lorsqu’elle était beaucoup plus jeune. Et comme auparavant, elle fut triste de la tournure de l’histoire. Elle regrettait que des peuples soient obligés de se faire la guerre pour survivre. Pourquoi fallait il qu’il y ait des discordes ? Au point de vouloir tout sacrifier pour détruire ses adversaires. Ne pouvait il pas simplement exister une entente tacite entre les individus ? Comme chacun chez soi par exemple. Au moins comme ça, on était sûr qu’en vivant en autarcie, il n’y aurait aucun conflit…

Elle lâcha un gros soupir d’incompréhension et regarda le ciel couvert. Elle attrapa le symbole de sa déesse qu’elle avait au bout d’une chaine et pria sa Dame. La prêtresse pensa à son Peuple, à son devoir de servante de Cyrollallee et à sa mission pour l’Assemblée.
Il fallait qu’elle avance et trouve ces fées. Qu’elle les préviennent et fasse au mieux pour leur éviter le pire… Elle ne voulait pas que leurs maisons deviennent ces terres arides et sans vie…
Peut être voudraient-elles bien les aider en retour contre les forces du mal ? Qu’ils allient ensemble leur force pour lutter contre ces monstres magiques.


« Mmmh… »

Elle décida de concentrer ses pensées sur ses pas, sa respiration et l’odeur des bois. En effet, pour avoir l’esprit lucide et savoir que faire lorsqu’elle serait face à ces fées, elle avait besoin de méditer. Elle atteignit rapidement l’état de méditation. L’esprit en veille avec une toute petite partie rattachée au monde réel.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 06 Février 2011 à 15h03 par Ithek le Gris
Quote Post
 
Maître de la Main
Aucune chambre
1 gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image
Matin du 20 Éleinte 1372 CV
Lisière occidentale de la Forêt de l’Orée
Temps : Vent fort et pluie, 14°

Arzhaelig, Hermine, Nelyn

Ils s’enfoncèrent donc de plus en plus profondément dans la forêt, Hermine en tête, Nelyn lui emboîtant le pas, et Arzhaelig fermant la marche. Après le récit du barde, un silence s’installa tandis qu’ils se concentraient sur les alentours. Les sous-bois étaient trop calmes à leur goût, et ils guettaient en particulier le lit de fougères qui par endroit recouvrait tout, et s’élevait jusqu’à la hauteur de la tête de l’halfeline. N’importe quelle créature –sauf les plus grandes- pouvait s’y tapir et surgir au dernier moment…

Ils marchaient depuis peu de temps, lorsque des grosses goutes se mirent à tomber, et eurent tôt fait de les mouiller jusqu’aux os, rendant la marche bien moins agréable. Mais comme ce temps semblait vouloir durer, ils n’avaient guère d’autre choix que de continuer à marcher en s’emmitouflant dans leurs plus chauds vêtements. Pour ne rien arranger, ils trouvaient de plus en plus de ronces et autres plantes rampantes sur leur route, qui les obligeaient à faire de petits détours ou à se frayer un chemin à coups d’épée ou de bâton.

Nul sentier ne se présenta à eux, et pendant des heures ils durent crapahuter sur de petites collines parfois à la limite du praticable. Certaines zones devenaient très boueuses, et ils devaient regarder où ils mettaient les pieds, sous peine de glisser et de s’étaler de tout leur long. Heureusement, cela n’arriva à aucun des trois, qui étaient tous agiles ou habitués aux terrains difficiles.

Malgré ces mauvaises circonstances, ils ne pouvaient qu’admirer la beauté de la forêt de l’Orée. Les arbres majestueux, droits et espacés faisaient penser à une véritable cathédrale naturelle, et le relief offrait à maintes reprises une vue ravissante sur de petits vallons baignés par la brume. Ils longeaient parfois des mares où poussaient doucement des nénuphars et d’autres plantes aquatiques aux reflets bleutés, et l’eau troublée par la pluie offrait un reflet mouvementé des colonnes végétales qui s’élevaient vers le ciel nuageux. Des grenouilles s’écartaient de leur chemin en plongeant dans la mare, produisant une série de « ploufs » qui finissaient par devenir familiers. Ces mares semblaient d’ailleurs abriter une énorme profusion de vie. Il suffisait de se pencher pour y voir des tritons ou des salamandres, des insectes de toutes sortes, et il n’était pas rare que des poules d’eau ou d’autres oiseaux s’envolent à leur passage.

En revanche, de fées ou de démons il n’y avait nulle trace. La forêt devenait peu à peu moins silencieuse, mais les seules créatures qu’ils y trouvaient étaient tout à fait naturelles et inoffensives.
Sans savoir quelle heure il était, les trois aventuriers commençaient à avoir mal aux pieds, et leur estomac criait famine.





user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 14 Février 2011 à 18h14 par Atlas
Quote Post
 
 

Arzhaelig l'aurait admis volontiers : il était complètement perdu.

Sa boussole de marin l'aidait certes à s'assurer qu'ils gardaient un cap mais après quelques minutes de marche, il avait déjà compris que le contournement du moindre obstacle -et cette forêt en était truffée- les faisait se décaller de plusieurs mètres dans un sens ou dans l'autre et qu'il convenait mieux de se fier au savoir faire dont Hermine faisait preuve et qui lui semblait toujours parvenir à rattraper d'une manière ou d'une autre leur itinéraire.

La pluie acheva pour le coup toute confiance en ses propres capacités. Non qu'il soit particulièrement géné par le grain, il en avait vu d'autres au large de la Côte des Epées et ailleurs, mais parce qu'il savait pertinemment que ces grosses gouttes en génant leur vision, alourdissant leurs jambes et leurs paquetages, ne feraient qu'accentuer le décallage qu'il savait ne pouvoir éviter tout à fait. Et malgré tout il bénit Séluné pour son pied marin qui lui avait évité de se vautrer par terre, la résistance de ses bottes et pour la joie du voyage qui, sur terre comme sur mer, vaudrait toujours la destination. Surtout dans pareil décor.

A la faveur d'un espace plus dégagé d'un vallon, il monta au côté de Nelyn et interpela Hermine qui semblait ne jamais vouloir s'arrêter : -
"Dis-moi Hermine, as-tu une idée du temps depuis lequel nous marchons? J'ai l'impression qu'il y a bien des heures que nous avons quitté le Dragon et je pense qu'une petite pause nous serait profitable."
Il lui semblait qu'il ne devrait pas être difficile de profiter de la proximité d'un arbre assez large que pour leur assurer un espace plus ou moins sec sur lequel ils pourraient se poser un instant. Pas pour faire un feu et s'installer vraiment, pas avant que le soir ne soit tombé sur la forêt de l'Orée, mais se poser, souffler un instant, boire autre chose que la pluie et grignoter de quoi combler le creux qui se formait dans leur estomac.

Le barde avait la conviction que cette proposition n'entacherait en rien la valeur que la guerrière lui attribuait : proposer cette halte c'était leur éviter d'avoir à faire aveux de faiblesse, à elles deux, la femme qui n'aurait jamais accepté qu'on la considère moins qu'un homme, et la Hin d'age mur qui aurait préféré ramper que de laisser paraitre que son age -ou sa taille- puissent-être un handicap dans l'expédition.
"Qui veut aller loin ménage sa monture", ce n'était que sagesse de faire les haltes nécessaires dans une marche dont on ne connaissait la durée.


- Je vous propose de ne pas faire de feu, ça nous prendrait du temps avec ce qu'il nous tombe dessus depuis des heures, et les fées pourraient ne pas apprécier, mais une pause … s'impose. Cet endroit en vaut certainement un autre toute cette faune est bon signe qu'aucun démon n'est à trop près, cherchons juste un abri.




user posted image

PJ Arzhaelig Tenedor de la Main des Mystères - Barde Humain Demi-fée - niv 8 (FP10)
MJ Atlas
PJ Gaerlhach'dhin - Rôdeur-Druide Demi-elfe - niv 2 {FICHE}
PG Mjöllnir “Poing-de-Cendres” Noirmarteau du Monastère des 9 Portes - Moine Nain Phrénique - niv 7 (FP9) {FICHE}
PNJ Kiirmyeti - Main des Mystères, Explorateur du Surnaturel
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website

Topic Options Pages : (20) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll