Quel est votre nom, voyageur ?
L'aventure n'attend que vous !
   

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Au fond du gouffre, Hermine
  Écrit le : Lundi 08 Avril 2019 à 04h55 par Hermine
Quote Post
 
 

user posted imageuit jours.
Une courte période, au cours de laquelle la plupart des gens travaillent, s'amusent, passent du temps avec leur famille ou leurs amis. Huit jours peuvent paraître, pour ceux qui la subissent, une éternité d'une existence morne et sans lumière ni plaisir. Pour les aventuriers, huit jours sont aussi la période d'ajustement, nécessaire pour que les disputes et les prises de têtes, propres à une vie en communauté dans des conditions difficiles, s'apaisent et pour que le groupe devienne réellement fonctionnel.
Huits jours peuvent aussi suffire pour à jamais changer une vie. Ou pour la détruire.


user posted image

Jour 1

Il est des endroits que le soleil baigne, et où abonde la vie. D'autres où le soleil est si intense que la vie, écrasée par ses rayons, se transforme en survie. Et il existe aussi des lieux que lumière et chaleur n'ont jamais touchés. Des endroits oubliés de tous, ou que tous font mine d'oublier. Comme des cavernes. Des grottes. Des donjons. Où certains cachots.

- Avance, salope !, cracha l'un des trois gardes, poussant sans cérémonie sa captive en avant. Celle-ci, cernée, ne pouvait guère faire autre chose qu'avancer.

Une escorte de trois guerriers armés et vêtus d'armures noires. Un devant, tenant torche et épée. Deux autres derrière, leurs lances fermement pointées dans son dos. Tenter quoi que ce soit, ou même ralentir le pas, signifiait la mort, ou de cruelles blessures. Elle-même n'était de toute manière pas en position de se défendre : sa courte tunique de toile déchirée et maculée du sang de ses récentes blessures, les pieds nus et les mains liées par une lourde corde, elle baissait la tête, passive.
Volée d'escaliers après volée d'escaliers, le couloir devenait de plus en plus sombre, ancien et dégoutant. Les murs de pierre laissaient place à des parois de pierre ou de terre, de moins en moins etayés. Au bout d'un moment, le petit groupe s'arrêta sur le sol poisseux, dans ce qui semblait un cul de sac -si on excluait une grille de fer rouillée qui, sur le sol, semblait servir d'égout. Faisant cercle autour de leur prisonnière, les trois brutes échangèrent un regard. La jeune femme gardait son visage fermé dissimulé derrière le rideau de ses cheveux. Elle n'ignorait pas ce qu'ils devaient avoir en tête : elle était à leur merci. Personne n'en saurait rien.
Après un instant de flottement, l'un des hommes souleva la lourde grille rouillée, produisant un assourdissant bruit de raclement, rapidement étouffé par le silence pesant des lieux.


- Allez, fit-il d'un ton sec en désignant le gouffre. « Là-dedans. »

À la pointe des lances, la prisonnière s'avança précautionneusement au bord du trou circulaire, qu'elle considéra. Cela n'avait rien d'une cellule. Aucune lumière. Pas d'escalier. Pas d'échelle. Et pas le temps de réfléchir : sans prévenir, un des gardes -elle ne saurait jamais lequel- lui donna un violent coup de pied dans le dos.
Elle chuta dans l'obscurité. Une chute douloureuse, car elle se cogna la tête, les genoux et les épaules à plusieurs reprises contre les parois étroites, avant de s'écraser violemment sur un sol fangeux. Son corps meurtri, elle n'eut que le temps d'entendre une seconde fois le raclement de la grille d'acier qu'on replaçait. Étourdie et nauséeuse, elle releva difficilement la tête et ne put qu'aperçevoir, loin au dessus d'elle, la lumière de l'unique torche disparaitre.

Hermine resta seule dans l'obscurité.



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
  Écrit le : Mercredi 10 Avril 2019 à 06h00 par Hermine
Quote Post
 
 

Jour 3

user posted imagene faible respiration au milieu de l'obscurité.
C'était tout ce qu'était devenue Hermine -tout ce qu'elle entendait, la seule chose qui lui restait.

Au début, éreintée, il lui semblait qu'elle avait beaucoup dormi. Combien de temps ? Elle l'ignorait.
Durant ses rares périodes d'éveil, son corps n'était que douleur. Pendant longtemps, suite à ses blessures dues au combat et à la chute, elle n'avait même pas vraiment réussi à bouger. Elle sentait quelque chose d'humide lui ruisseler le long du dos, d'un bras, de la jambe et même, plus inquiétant, de la tête. S'était-elle cognée si gravement ? Son sang se mêlait-il à la boue et -à en juger l'odeur- aux excréments, infectant ses blessures ? C'était difficile à déterminer : elle n'y voyait rien, et rien que le fait de bouger le bras pour tenter de toucher la source de son inconfort lui arrachait des cris puis, à mesure que ses forces faiblissaient, des gémissements, qui la faisaient sombrer à nouveau dans l'inconscience.

Au bout d'un moment, il sembla que ni Nérull, ni Wy-Djaz, ni aucun passeur d'âmes ne voulaient d'elle -du moins, pas tout de suite. Elle parvint à réunir assez de force pour bouger, et même ramper un peu. Chacun de ses mouvements lui arrachait une grimace, à cause de la douleur et des miasmes dans lesquels im semblait qu'elle se vautrait. Dans l'obscurité totale, elle parvint à faire le tour du lieu qui lui servait de geôle, lentement et faiblement. Le résultat était sans appel : un trou de peut-être deux ou trois mètres de diamètre, aux murs de pierres.
Aucun son. Aucune lumière. Aucune issue.
La souffrance et le désespoir pour seuls compagnons.

Les larmes sur ses joues avaient séché, et il semblait qu'elle n'avait plus assez d'eau ou d'énergie en elle pour en produire d'autres.
À bout de forces, elle s'endormit à nouveau.



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
  Écrit le : Jeudi 11 Avril 2019 à 10h45 par Hermine
Quote Post
 
 

Jour -1

user posted imageientôt, les soldats vêtus d'armures noires débouchèrent dans la clairière.
Ils y avaient été guidés par le panache de fumée noire qui s'élevait au dessus du petit bois. Lorsqu'ils arrivèrent sur les lieux, ils trouvèrent l'objectif de leur mission : au milieu de la clairière se trouvait le convoi elfique qu'ils cherchaient. Mais les chariots argentés élancés étaient détruits. Certains avaient été renversés sur le coté, tandis que d'autres avaient été réduits en cendres et achevaient de se consumer. Leurs occupants gisaient, inertes, un peu partout dans la clairière, dans un état similaire à celui de leurs véhicules. Les bannières, les capes et vêtements d'or et d'argent flottaient tristement dans le vent, pâle reflet de ce qui devait être leur gloire à peine quelques heures auparavant.

Au milieu de ce désastre, une seule âme était encore en vie ; accroupie près d'un chariot qu'elle semblait en train de piller, elle se releva dès l'arrivée de la patrouille. Il s'agissait d'une humaine au teint cuivré et aux longs cheveux noirs. Son équipement semblait être celui d'une combattante aguerrie. Son visage haineux et maculé de suie laissait apparaître deux yeux d'émeraude qui semblaient lancer des éclairs.
Dans sa main, elle tenait un riche amulette d'or et d'argent d'allure royale, certainement magique, que le lieutenant de la patrouille reconnut immédiatement :


- L'armoirie Fleur-de-Lune !, rugit le lieutenant. Il pointa un doigt accusateur vers la femme : « C'est pour cela que tu as attaqué ce convoi, maraude ? Jette tes armes, et rends-toi immédiatement ... ou meurs ! »

Lentement, la jeune femme enroula la chaîne entre ses doigts et fit disparaitre l'amulette dans son poing. Un sourire mauvais apparut sur ses lèvres. Elle prononça une incantation mystique et une aura magique l'entoura quelques secondes. Ébranlée, la patrouille de gardes se mit immédiatement sur la défensive mais, ralliée par les aboiements de son lieutenant, commença à s'éparpiller afin d'offrir une cible moins aisée à d'éventuels sorts de zone. Tandis qu'ils tentaient de cerner la sorcière de combat, celle-ci cria ce qui ressemblait à d'autres incantations. Tandis que diverses auras magiques apparaissaient autour d'elle, elle se mit à grandir, atteignant la taille d'un ogre. Elle avait fait disparaitre l'amulette dans une de ses poches.

- Vous ne l'auяez pas !, hurla-t-elle. « Je la pяotègeяai de ma vie ! »

Tandis que le lieutenant ralliait à nouveau ses troupes pour les inciter au calme, elle chargea les soldats. Déjouant sa garde, elle abattit son épée dans la poitrine d'un premier soldat, puis sur le crâne d'un second. Le combat se transforma rapidement en une mêlée furieuse.

Après plusieurs minutes, de haute lutte, le lieutenant parvint enfin à vaincre la géante, qui tomba inconsciente et reprit une taille normale. Lorsqu'il regarda autour de lui, il vit que seuls quatre de ses hommes étaient encore en état de se battre. Les autres étaient morts, ou mourrants. Deux d'entre eux succombèrent à leurs blessures sur le chemin du retour, malgré la hâte des survivants de la patrouille à regagner leur forteresse. La sorcière, elle, survécut, ajoutant encore à la rage et à la frustration du lieutenant.
Mais celui-ci rongeait son frein : dans quelques jours, ses maîtres reviendraient. Ils voudraient en savoir davantage sur cette échauffourée. Ils tortureraient la sorcière longuement, pour lui arracher sa confession. Puis pour l'exemple. Puis pour le plaisir. En attendant, qu'elle pourrisse dans leur pire oubliette. Il lui fallait juste faire le minimum pour la garder en vie quelques jours. Quand à ce qu'il adviendrait d'elle après ...
Oui ... l'affront de cette femme ne resterait pas impuni !



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
  Écrit le : Lundi 22 Avril 2019 à 11h00 par Hermine
Quote Post
 
 

Jour 7

user posted imageecroquevillée sur le sol, Hermine restait totalement immobile au fond du gouffre, pensive.
Quelque part, cette obscurité fétide, quasiment sans aucun autre stimulus sensoriel que l'odeur étouffante de la vase humide et des ordures en décompositions qui la remplissaient, avaient le mérite de ne lui offrir aucune distraction. Combien de jours, de semaines, de mois s'étaient-ils écoulés depuis qu'elle avait été jetée dans cet enfer confiné ? Cette question ne la taraudait plus.

Certes, les premiers temps avaient été très durs : l'aventurière avait cru devenir folle dans ce trou obscur, immobile, innommable. Ses blessures la lançaient, la douleur et la solitude l'avaient un moment submergée. S'étouffer en avalant sa langue, canaliser les forces qui lui restaient pour se précipiter la tête contre un des murs de pierre, et d'autres idées semblables lui avaient traversé l'esprit. Toutes, également séduisantes car elle semblaient pouvoir lui offrir ... le répit. Le répit d'arrêter ses souffrance, et peut-être de rejoindre un monde meilleur ... Peut-être
son monde, où elle pourrait retrouver les siens, débarrassée de toute culpabilité, effleurer du doigt les steppes et les champs d'or, ne plus être seule, enfin ... Mais pour l'apatride, rien de tout cela n'était garanti, et il était si difficile de renoncer à la vie.

Au moment où elle était quasiment prête à franchir le pas, une sensation étrange l'avait tirée de sa rêverie morbide. Quelque chose lui avait maculé le visage. Cette odeur, c'était quelque chose ... de comestible ? Ce n'était vraiment pas grand chose, probablement seulement des haricots ou autre, mais Hermine s'en était délectée comme on jouit d'un miracle inespéré. Ce repas était néanmoins très frugal, et rappelait douloureusement à la jeune femme à quel point elle avait faim. Mais cela l'avait réveillé et permis de constater, à son propre étonnement, qu'elle n'allait plus si mal que ça. Évidemment, elle était courbaturée et percluse de contusions et d'écorchures, mais son corps semblait avoir pis à profit son immobilité forcée pour la régénérer. Lentement, comme sans y croire, elle était même parvenue à se lever.
Tout cela, conjugué, avait remis en marche ce qui était peut-être sa plus grande arme : enfin, elle s'était remise à avoir des pensées cohérentes.

Si quelqu'un, là-haut, probablement un de ses geôliers, l'avait nourrie, c'est qu'on ne la voulait pas morte -en tout cas, pas tout de suite. Si on la maintenait en vie, même au minimum, c'est qu'il lui restait du temps. De la vie, du temps, qu'elle pouvait mettre à profit. Même si aujourd'hui devait être son dernier jour ici-bas, elle pouvait toujours, jusqu'à son dernier souffle, faire tout ce qui était en son pouvoir pour changer son destin.

Faute d'autres choses à faire, et pouvant atteindre, à tâtons, de nouveaux endroits de sa geôle, elle acquit de nouvelles informations sur l'endroit. La mauvaise nouvelle, c'était que les murs friables de pierre et de briques branlantes étaient, pour elle, et surtout dans son état, vraiment impossibles à gravir. Cependant, fait curieux, en glissant ses doigts sur la roche, la pierre et le mortier afin de, peut-être, déclencher un mécanisme caché, elle découvrit divers gravures. Elles n'étaient pas nombreuses, mais elle put y déceler quelques mots ... peut-être des noms (Ma.. Maer.. Maercson ?), et quelques dates. À n'en pas douter, tout ceci était le témoignage que d'autres prisonniers étaient passés par ici. Or, en fouillant ce tas d'immondices à la recherche de quelque objet utile, elle n'avait trouvé ni squelette, ni cadavre. Donc, d'une manière ou d'une autre, il était possible de sortir d'ici.

Elle s'était à nouveau recroquevillée au sol, pensive. De l'extérieur, ce qui semblait de l'apathie cachait en fait un esprit éveillé, et aux aguets. Sur la défensive, Hermine réfléchissait ... et attendait. Quoi, elle ne savait pas exactement. Peut-être un bruit, un signe, un mouvement ... N'importe quoi qu'elle pourrait mettre à profit pour changer son destin.

Enfin, elle entendit quelque chose.



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
  Écrit le : Lundi 22 Avril 2019 à 11h12 par Hermine
Quote Post
 
 

Jour -1, quinze minutes plus tôt.

user posted imagenquiète, Hermine déboucha dans la clairière.
Elle y avait été guidée par le panache de fumée noire qui s'élevait au dessus du petit bois. Sous ses yeux se trouvait ce qui semblait être les restes d'une caravane elfique. Des chariots argentés élancés étaient détruits. Certains avaient été renversés sur le coté, tandis que d'autres avaient été réduits en cendres et achevaient de se consumer. Leurs occupants gisaient, inertes, un peu partout dans la clairière, dans un état similaire à celui de leurs véhicules. Les bannières, les capes et vêtements d'or et d'argent flottaient tristement dans le vent, pâle reflet de ce qui devait être leur gloire à peine quelques heures auparavant. Qui donc était l'auteur de ce terrible massacre ?

Alors qu'elle déambulait sans véritable but dans les décombres, l'aventurière suprit un bruit très léger, qui semblait provenir de sous un des chariots. Sur ses gardes, elle s'accroupit doucement :


- Du calme, je ne te veux aucun mal, murmura-t'elle d'un ton qu'elle espérait rassurant. « Qui es-tu ? Compяends-tu le commun ? »

Très prudemment, la fillette elfe se rapprocha légèrement en hochant la tête. Richement vêtue, sale mais apparemment indemne, elle semblait effrayée, et traumatisée. Avec d'infinies précautions, Hermine tenta de la rassurer afin de déterminer qui elle était, où était ses parents, et ce qui s'était passé. La pauvre fillette restait évasive sur ses origines. Mais, à force de calme et de paroles rassurantes, elle finit par avouer à l'humaine, d'abord de manière circonspecte, puis avec un torrent de paroles affolées, ce qui venait de se passer.
Voyageant au sein d'une escorte protocolaire en route vers une communauté elfe voisine, et tentant d'éviter toute rencontre avec "des brigands en armure noire", elle et les siens avaient été attaqué par une force à la puissance considérable. Hermine fronça le sourcil en entendant la description des assaillants, que l'elfette décrit comme de "terribles grosses chaussettes volantes avec des dents et quatre bras". Ces monstres semblaient doté de puissants pouvoirs magiques, et avaient rasé le convoi, malgré la résistance héroïque de ses gardiens. La fillette, quand à elle, n'avait réussi qu'à rester cachée de son mieux, comme le lui avaient intimé ses gardes avant de se sacrifier. Elle était restée recroquevillé sous ce chariot, retenant son souffle, jusqu'à la disparition des assaillants. Même alors, elle n'avait pu que rester ainsi dans sa cachette, seule et sanglottante, jusqu'à l'arrivée de l'aventurière. Mais ce n'était pas elle qu'elle attendait : il était prévu que sa caravane soit accueillie dans la région par un comité d'accueil d'une demie-douzaine d'elfes.


- M'aiderez-vous à rejoindre ces gens, madame ?, demanda l'enfant, les yeux embués de larmes. Elle ajouta immédiatement, de manière parfaitement inutile : « J'ai de quoi vous payer, regardez ! »

Elle ôta de son cou et fourra dans la main d'Hermine la plus belle amulette que celle-ci ait jamais vu. À en juger par la richesse et la finesse de son apparence, elle valait peut-être davantage que tout ce que l'aventurière portait sur elle. La fleur de lys représentée sur le bijou avait certainement une profonde signification, bien que celui-ci échappât complètement à l'humaine.
Hermine s'apprêtait à lui dire de reprendre son amulette, mais de nombreux et lourds bruits de pas se firent entendre. Rien qu'au bruit, il était aisé de deviner que ce n'étaient certainement pas des elfes.


- Vite, cache-toi ! Et, яestes-y, quoi qu'il aяяive !, murmura-t-elle à la fillette, avant de se lever pour accueillir les nouveaux arrivants en faisant écran de son corps.

Qui était exactement cette fillette, l'importance qu'elle avait pour son peuple, la nature de ce convoi ou celle des monstres qui l'avaient détruit par la magie et le feu lui étaient complètement inconnus. Si elle avait eu davantage d'éléments pour juger de cette situation complexe, sa réaction dans les prochaines minutes aurait peut-être été différente. Mais là, tout ce qu'elle voyait, c'était une enfant sans défense menacée une bande de brutes.
Hermine n'était pas quelqu'un qui avait beaucoup étudié la philosophie ou la politique. Le Bien, le Mal, l'Honneur, les intrigues des grands de ce monde ... Tout cela restait très abstrait pour elle. Elle essayait de faire le bien, à défaut de faire le "Bien". Et là, une fillette démunie était sur le point d'être capturée par une quinzaine d'hommes à l'air patibulaire. En l'absence d'informations précises, pour qui prendre parti ?
Aussi longtemps qu'elle vivrait, Hermine prendrait le parti des petits. De ceux qui sont seuls. Des faibles. Toujours.

Lentement, alors qu'elle réfléchissait, elle fit disparaître l'amulette dans son poing. Si elle les laissait faire, ces hommes en noir allaient fouiller le convoi. Ils trouveraient la fillette, et ils l'emmèneraient, ou la tueraient. À six contre quinze, les elfes envoyés à sa recherche risquaient de ne pas faire le poids. Et même alors, comment pourraient-ils se battre alors que leurs ennemis retenaient la fillette en otage ?
Non. Elle devait à tout prix attirer l'attention sur elle-même. Abattre le plus d'adversaires, concentrer tous les regards sur elle. Les faire tellement la haïr qu'ils en oublieraient jusqu'au fait de fouiller le convoi. Ainsi, la fillette resterait en vie jusqu'à l'arrivée de ses hypothétiques sauveurs.
Elle n'avait pas à vaincre tous ces adversaires, ni même à survivre. Elle devait simplement détourner leur attention suffisamment longtemps.
Un sourire mauvais apparut sur ses lèvres. Elle commença à incanter les sorts les plus impressionnants de son répertoire limité. Cela sembla produire son effet : les gardes changèrent de formation, intimidés.


- Vous ne l'auяez pas !, hurla-t-elle. « Je la pяotègeяai de ma vie ! »

Rendue plus forte par son Art et d'avoir quelqu'un à protéger, Hermine chargea.



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
  Écrit le : Samedi 25 Mai 2019 à 17h30 par Hermine
Quote Post
 
 

Jour 7

user posted imageoudain, un bruit vint rompre le silence.
Recroquevillée en position fœtale sur le sol boueux, elle crut d'abord que c'était son imagination : ces derniers jours, la douleur, l'isolement, la privation sensorielle lui avaient fait imaginer des choses qui confinaient à la folie. La seconde fois, elle n'osa pas y croire. Mais au troisième raclement, le doute n'était plus permis : silencieusement, précautionneusement, elle changea de position.

Le bruit, d'abord lointain, devenait de plus en plus fort. Comme si le quelque chose ou le quelqu'un qui le produisait se rapprochait. Au fur et à mesure, les sens aux aguets de la jeune femme parvinrent à émettre une hypothèse. Apparemment, quelque chose de gros se rapprochait. Difficile d'identifier des bruits de pas : soit l'être avait du mal à se déplacer, soit il transportait quelque chose, soit sa physionomie était inhumaine. De temps en temps le bruit irrégulier était interrompu par autre chose, comme si l'être cassait, froissait, fouillait ou raclait quelque chose ... elle ne savait pas trop. Le bruit se situait à son niveau, quelque part à l'intérieur des murs. Ça n'était assurément pas un geôlier.

Alors qu'Hermine était tapie, aux aguets, à quatre pattes sur le sol, espoir et peur se mêlaient. Après des jours de silence assourdissant, elle n'entendait plus que ce bruit étrange, diffus et inquiétant. Mais était-ce une promesse de liberté, ou de mort, qui s'approchait ?

À un moment, le bruit sembla s'éloigner à nouveau, plongeant Hermine en pleine détresse. Et si c'était sa seule chance de revoir un jour la lumière du jour ?
Elle risqua le tout pour le tout : au milieu du silence, elle feignit un gémissement de douleur et de détresse.

Après un instant interminable, le bruit se fit entendre à nouveau. Il se rapprocha, doucement, comme si ce qui le produisait s'efforçait d'être silencieux. C'était vraiment une sensation étrange -pas forcément une bonne nouvelle. Le volume qui augmentait confirmait que ce qui le produisait semblait vraiment gros. Sentant l'appréhension monter, la jeune femme se demanda si elle avait bien agi ... Mais il était trop tard pour avoir des regrets. La chose semblait juste derrière le mur. Et le silence retomba, aussi lourd qu'une chape de plomb, en un instant qui sembla durer une éternité ...

Après son combat contre les hommes en noir et l'épreuve qu'elle venait de traverser, seuls trois constructs de sorts restaient clairs dans la mémoire d'Hermine. Dans sa folie, elle avait failli les gâcher maintes fois. Mais elle avait rassemblé toute sa volonté et était parvenue à les économiser pour un instant comme celui-ci. L'instant de vérité. Sans oser bouger, elle ferma les poings, contracta tous ses muscles, bloqua sa respiration, et produisit le gémissement le plus faible, le plus vulnérable qu'elle put.

Aussitôt, trois coups très lourds et violents s'abattirent sur le mur en face d'elle. un quatrième coup le fit exploser au moment même où Hermine faisait repli en ajustant sa garde en un motif mystique complexe, ce qui lui permit d'éviter l'avalanche de terre et de briques irrégulières. Devant elle, se dressa une bouche immense, enchâssée au milieu de corps rond et boursoufflé de la taille d'un ogre, encadré de trois puissantes tentacules aux extrémités barbelées : un otyugh !

Sans réfléchir aux conséquences, pensant simplement au couloir sombre qu'elle pourrait emprunter si elle passait sur le corps du monstre qui s'attendait à la trouver faible et sans défense, Hermine attaqua à corps perdu.



hrp.gif
Un peu plus long à sortir que les précédents, voilà finalement le post clôturant cette petite narration.
Grâce à Atlas et à mes homologues PJs, les événements de ces derniers mois dans Le Sourire du Kraken m'ont donné envie d'explorer un coté plus sombre de mon personnage. En effet, tout Neutre Bon qu'il est, mon personnage a été successivement amené à cambrioler un logement, à tuer de simples hommes d'armes motivés par le seul besoin de se nourrir ainsi que leur famille, à rendre service à un esclavagiste maléfique, et à vaincre un monstre horriblement cruel dans le but de sauver plein de gens de la mort, pour au final rendre service à une divinité du Désastre, Umberlie, et à son culte d'affreux jojos.
Je me suis donc posé la question : Que vaut le système d'alignement traditionnel de D&D face à ce genre de situation en nuance de gris ? Hermine est-elle vraiment une "gentille" ? Et qu'arriverait-il si un jour mon héroïne s'abandonnait à son hubris (H.U.B.R.I.S.!) ?
C'est une menace bien réelle, car les faiblesses d'Hermine sont nombreuses ; par exemple :
  • sa prudence, sa tentative de tout planifier, peuvent la rendre froide et détachée de la réalité
  • comme tous les PJ, elle risque de prendre la grosse tête au fur et à mesure qu'elle prend des niveaux ;
  • en tant que façonneuse d'objets, elle risque de trop dépendre de son équipement
  • son armure, qu'elle façonne niveau après niveau pour se protéger du monde extérieur, risque de la transformer en un être tenant davantage du golem que de la femme
  • sa paranoïa, qu'elle a développé comme mécanisme de survie, menace parfois de la submerger ;
  • la plupart des aventuriers commettent des meurtres ... ou se situe la limite ?
  • elle ne sera jamais chez elle en féerune, alors ... à quelles extrémités pourrait-elle se résoudre pour rentrer chez elle ? et si elle ne le peut, pourquoi ne pas tout envoyer balader ?
En gros, Hermine a les défauts de ses qualités.
Faute d'avoir pu/voulu explorer tout ça ici, j'ai essayé d'en donner une idée, et de faire en sorte que le lecteur se pose lui aussi la question : quel enchainement d'événements qui pourrait faire en sorte qu'un héros ou une héroïne "se brise" et tombe de son piédestal ?

Bref.
Sinon, j'avais aussi besoin que, au cas où je n'ai pas cette opportunité dans Le Sourire du Kraken, je puisse justifier de deux prérequis : sauver un·e elfe, et passer une semaine dans un trou. Voilà, c'est chose faite : maintenant, si un jour je décide d'évoluer de cette manière, ça ne devrait pas poser de problème.

Merci de m'avoir lu ! yes.gif
Comme d'hab', tout retour me fera grandir !


bl_paw.gif




Ce message a été modifié par Hermine le Dimanche 26 Mai 2019 à 07h15



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll