Quel est votre nom, voyageur ?
Sillonnez les couloirs de la Taverne !
   

Pages : (38) 1 2 [3] 4 5 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll

> L'étudiante, Rochedor
Écrit le : Jeudi 29 Juin 2006 à 23h38 par Baltazard
Quote Post
 
Frère des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

altazard se rendit très vite compte de sa maladresse. Il aurait du porter plus d’attention aux individus qu’il croyait être de simples étudiants. Il passa près de la table des gnomes, jetant un rapide coup d’œil aux gnomes, leur adressant un sourire courtois, il se rendit compte de leur âge avancé assez distinctement. Il continua sa route en direction de la table de l’Halfeline et du nain et au moment même où il comprit qu’il ne valait mieux pas les déranger en pleine étude de parchemins et fit un geste de la main pour décliner son invitation lui indiquant qu'il ne voulait pas le déranger en pleine étude de parchemins. Puis il senti la présence d’Hermine et croisa instinctivement son regard et lui rendit son hochement de tête poliment. Il venait de se rendre compte que sa compagne lui avait rendu une fier chandelle en le tirant de cette impasse...

Pour ne pas paraître suspect d’un quelconque comportement étrange, il continua sa route non pas vers la table de l’halfeline mais celle où Hermine se dirigeait. Il s’essaya en face d’elle et prêta l’oreille aux table alentour comme le faisant sa Sœur.

Cependant, rester là a ne rien dire alors qu’il était en compagnie de la demoiselle pouvait paraître un poil étrange pour les yeux baladeurs des autres tables si tel était le cas. De ce fait, Baltazard posa son sac sur l’une des autres chaises libre de la table et en extraie un ouvrage sur l’architecture. Puis il fit mine de montrer à Hermine certain croquis de voûtes et de piliers finement décoré, les commentant lorsqu’il n’y avait rien d’intéressant a entendre tout autour de lui.

Il espérait que cette ruse fonctionnerais à merveille et comme Hermine, il souhait pouvoir glaner des informations par sa fine ouïe.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 01 Juillet 2006 à 10h30 par Hermine
Quote Post
 
Soeur des Marches
Chambre 13
Aucune gemme
Haut
Bas
 
 

ne fois qu'elle eut pris place, Hermine sortit son couteau de table et coupa une tranchette dans sa miche de pain, avant de mettre une tranche de jambon dessus et de commencer son petit déjeuner, non sans avoir proposé à Balazard une portion de son repas, car celui-ci semblait affamé, si on en jugeait la vitesse avec laquelle il avait englouti le sien. Elle-même n'avait pas très faim, sa bonne humeur sûrement un peu douchée par ce qu'elle avait vécu depuis qu'elle était arrivée dans la salle. Puis, écoutant les commentaires de son compagnon elle considéra avec un réel intérêt l'ouvrage ouvert devant eux.

Depuis qu'ils avaient dû s'acheter ces ouvrages de référence pour entetenir leur couverture d'étudiants, Hermine s'était aperçue qu'elle appréciait les livres. Caresser leur reliure de cuir, tourner et retourner les pages était une douce nouveauté pour elle, et elle était toujours surprise par la quantité de savoir que pouvaient contenir ces simples feuilles de parchemin. C'était la première fois qu'elle était en contact avec des tomes, car les peuples du Nord, très occupé par de justes questions de survie, ne maintenaient pas une grande tradition écrite ...

A mesure que son estomac se remplissait et que la jeune femme se rappelait ces pensées réconfortantes, sa rancœur s'apaisait peu à peu. L'hostilité que lui avait manifestée le tavernier n'était pas si importante après tout, et la journée ne faisait que commencer. Et puis, Baltazard avait eu un très bonne idée : si les gens d'à coté étaient des architectes, montrer que lui et elle 'étaient' des étudiants en architecture ne pouvait que leur fournir une bonne excuse pour amorcer la conversation avec eux ...

La guerrière eut une idée subite. Posant un instant sa tartine, elle s'empara de son matériel d'étudiante qu'elle avait emporté de sa chambre. Puis elle posa ses livres sur sa table, déserra la lanière qui les maintenait et saisit le livre de moindre qualité qu'elle possédait. Enfin, elle s'empara d'un fusain et, tout en continuant de comparer des points de vue avec son voisin, fit mine de griffonner quelques commentaires dans son livre, bien en vue de son compagnon. Cependant, ce qu'elle annotait l'air de rien était d'une nature bien différente : c'était en fait un résumé succint en commun de ce qu'elle avait pu apprendre jusque là, et que Baltazard n'avait probablement pas pu comprendre, puisque les conversations s'étaient tenues en nain.



user posted image

il y a bien 1 tple ds le coin ..

bcp archeolog & avent. st venus ici récemment
... tavernier : pas heureux de ça †

type bizarre ds chambres étage

humaine au sac = infos sur le temple
n. : Gallia Barbefer.



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 01 Juillet 2006 à 17h18 par Andris
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Andris senti que le poids de la caravane ne le poussait plus vers le vide. Incrédule il regarda les chevaux qui venaient de s'immobiliser. Les bêtes fixaient Mahalalehel, comme si elles attendaient ses instructions.

¤Comment il a fait ça ? Encore un tour de rôdeur.¤

Il se tourna vers Amar Laumee. Bien qu'il était blanc comme un esprit, il ne semblait pas blesser. Il se permis alors un soupir de soulagement, tout était fini. Il frotta ses yeux irrités par le soleil et alla se pencher au dessus du précipice.

¤Je suis pas sure qu'il y aurait eu de quoi remplir un cercueil.¤

Le barbare s'assit et débanda ses muscles. Une fois que ce fut fait, il se leva et sortit du chemin afin de satisfaire un besoin naturel qu'il avait bien cru ne plus pouvoir faire quand il entendit Zilk apostropher Maha.


¤En plus de faire l'abruti avec les chevaux, il faut maintenant qu'il nous face prendre.¤

Andris ne voyait qu'une seul solution pour tenter de donner le change. Il se dirigea vers Zilk et le poussa avec violence.

-Abяutis, tu as failli tous nous faiяe tuer. Donne moi une seul яaison de ne pas te balancer dans le яavin.



Que nos épées tombent avant de se croiser à nouveau. Mais seulement après que nous nous soyons rompu l'échine à soulever des trésors.
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 01 Juillet 2006 à 18h35 par Zlik
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Zlik,poussé par Andris, tomba par terre dans une gerbe de poussiere, surpris. Interloquée, il se releva et regarda Andris puis dit d'un ton neutre :

-"C'est pas de ma faute si les chevaux ont paniqués quand les pierres sont tombées, j'ai juste essayer de les arreter"

¤Il est pas un peu fou, lui¤

Tremblant, Zlik s'epouseta ses vetements, lui donnant l'occasion de reprendre ses esprits. La surprise avait laissé place à la colère dans sa tete.

-"j'essayais de faire quelques choses de constructif, je ne suis pas assez pretentieux pour simplement croire arreter un chariot tiré par plusieurs chevaux rien que par la force. "

Zlik se retourna, et continua, suivant la caravane, toujours les main tremblantes de colère.Il avait très chaud et il etait transpirant.Ses vetement lui coller à la peau, de plus il avait un peu de terre dans la bouche ce qui n'etait pas pour ameliorer son humeur. Il se murmura pour lui mème :

-"pfff, la prochaine fois, je te laisserai tomber, ça vaudra mieux pour tout le monde..."

¤un barbare ,tu parle ,une bonne dague derrière la tete et sa fait plus son malin... ¤

Il regarda ses pieds en marchant, et essaya de se calmer, de ne pas penser à ce que venait de faire son "compagnon" , et de ne pas penser à cette chaleur oppressante


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 03 Juillet 2006 à 03h06 par Mahalalehel
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

e nain commençait à se demander s'il avait bien fait de s'engager dans cette aventure. ¤Une bande d'incapable, oui...¤ fulminait-il en son for intérieur. Il n'eut pas le temps de laisser les mules que ses compagnons commençaient à se disputer. Pire que des bêtes ! Au moins les mules étaient prévisibles.

- Merci les gars, ca va. Pas la peine de s'engueuler. Vous avez cru tous les deux bien faire. C'est pas comme ces trois abrutis là.Maha pointa son gros doigt calleux sur les trois autres mercenaires qui étaient restés bouche bée pendant l'accident. Il le tourna ensuite vers leur patron :
- Laumee, j'espère que vous vous en souviendrez le jour de la paye. L'incident est clos.

Le rôdeur se dirigea vers Zlik et le remis sur pied, et lui mis une bonne claque dans le dos.
- La prochaine fois, assures-toi de savoir ce sue tu fais avant d'agir. Et toi Andris, la prochaine fois que tu voudras frapper quelqu'un, prends-en toi à quelqu'un qui puisse se défendre.
IL mit une bourrade dans le dos du barbare et lui fit un clin d'oeil en douce, et lui dit doucement :
- Merci d'avoir tenu la roulotte, on serait tous tomber sinon.
Maha se tourna vers le reste du groupe pour finir de prendre les choses en main :

- Cinq minutes de pause pour souffler. Puis on remet tout en ordre et on s'en va. Laumee, je pense que se serait une bonne idée de déboucher une de ses bouteilles que vous gardez dans votre coffre. Tout le monde à eu son compte d'émotions.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 03 Juillet 2006 à 11h55 par Zlik
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Zlik, aprés l'intervention du nain, s'assit sur une pierre, en plein soleil puisqu'il n'y avait pratiquement pas d'ombre. Zlik etait toujours enervé par l'attitude de Andris, mais heureusement une petite brise souffla miraculeusement et lui enleva une partie du fardeau qu'etait la chaleur, sans quoi il aurait craqué. Mahalahel conseiller à Laumee de sortir ses bouteilles. Zlik remarqua la familiarité avec laquelle Mahalahel parlait à son employeur.

¤Ils sont marrant ces nains,je les aimes bien...¤

Zlik s'enfouit la tète dans ses mains. Il avait chaud. Il etait loin d'avoir l'habitude d'autant de chaleur. Zlik etait depuis toujours un grand feignant,et il ne supportait pas transpirait. En arrivant ici, il avait été en quasi permanence degoulinant de sueur, et c'etait fou comme il ne supportait pas sentir ses vetements le coller.

¤C'est pas possible autant de chaleur, les dieux en ont aprés moi, c'est obligé ¤

Zlik releva la téte en soupirant, et tourna son regard vers la grande faille, les yeux dans le vide.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 04 Juillet 2006 à 10h52 par Nollïa
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Narration

Andrid, Malahahel, Zlik

user posted imagei Amar Laumee était un habile négociant, obtenant les marchandises au plus bas prix tout en conservant le sourire de celui avec qui il faisait affaire, le caravanier Shaaran était un piètre meneur d’hommes. D’ailleurs, il éprouvait un dégoût presque maladif à donner des ordres. Aussi fut il bien aise de voir Malahahel prendre la tête des mercenaires et donner ses directives pour la suite du voyage. Il s’empressa de trouver la bouteille dont parlait le nain, ne s’étonnant pas même qu’il en eut connaissance malgré le soin tout particulier qu’il avait pris pour la dissimuler. A moins que le rôdeur n’ait pensé à une « bouteille ordinaire » faisant partie de la commande du tavernier de Rochedor ce que le marchand ne compris pas.

- N’en abusez pas surtout ! Une ou deux gorgé seulement dit Laumee qui refusait à servir le précieux liquide dans le service en cristal qu’il espérait refourguer pour un bon prix au maire du village.
Il tenait entre ses doigts noueux une bouteille élégante de verre bulbeux ou l’on pouvait lire « Liqueur d’Ambre de Priador » qu’il présenta a chacun de ses employés.

- Cet alcool est traître, surtout par cette chaleur, et vous ne pouvez vous permettre de défaillance !

Les deux mercenaires Shaarans aussi basanés l’un que l’autre, s’empressèrent de porter leur lèvres au goulot. L’effet fut quasi immédiat : une grande euphorie semblait s’être emparé d’eux, les poussant à déclamer des blagues des plus douteuses. Par chance ils ne s’exprimaient que dans leur langue natale épargnant les aventuriers de comprendre les grossièretés qu’ils exprimaient.

Andris se plongeait dans la contemplation des mouvements du torrent, ne sachant pas que quelques dizaine de lieu plus loin, après s’être jeté dans le lac glacé de la Faille, il gonflerait jusqu’à devenir la grande rivière souterraine du Shaar avant de refaire surface et d’abreuver les plaines arides. D’un geste machinal, il lustrait la lame de sa fière hache.

Rodegmund Fibredacier n’avait que très moyennement apprécié la critique de son congénère, mais il ne releva pas l’offense et se contenta d’offrir au nain un regard chargé de mystère. Par contre, il s’approcha de Zlik, et d’un geste familier lui entoura les épaules.


- Eh bien, mon p’tit gars ! lui dit il a voix basse. «Je vois que tes services ne sont pas fort appréciés ici ! C’est la première fois que tu fais ce boulot, pas vrai ? M’est avis que t’es plus doué pour autre chose que l’escorte de caravane, j’me trompe ? »

Tout en prenant un air complice, il guida l’halfelin un peu à l’écart et poursuivit l’air de rien sa conversation sur un ton de plus en plus bas.

- Je te suggère de venir t’asseoir à mes côtés. On pourra discuter durant le voyage. Ajouta t’il en accompagnant ses mots d’un clin d’oeil.

Les derniers décombres écartés, la fameuse bouteille rangée, Amar Laumee ordonna d’une voix peu convaincante le rassemblement du matériel éparpillé et la vérification de l’harnachement des montures afin de pouvoir remettre le convoi en route et arriver à destination avant midi, espérait il.




Baltazard, Hermine, Vieltal

user posted imagerann Souflefeu salua d’un grand geste de la main la nouvelle venue et l’invita à rejoindre sa table d’un ton si familier qu’il était impossible de ne pas comprendre qu’ils avaient déjà fait plus ample connaissance, probablement autour de l’un de nombreux livres que semblait affectionner cette communauté de chercheurs.

- Emilia et moi y allons ce matin. J’ai obtenu de Galia Barbefer un laissé passé pour nous seul pour l’entièreté de la matinée ! Moyennant quelques pièces bien entendu. Tout se paye par ici ! Etrange procédure pour un village minier qui fournit l’or à frapper ! Enfin, peu importe ! dit il en observant l’élégante demoiselle s’asseoir entre lui et Vieltal. « Je voulais vous proposer de nous y accompagner si vous éprouvez le désir de parfaire l’analyse de la porte. »

Il se pencha vers elle, et murmura d’un ton transirant le complot.

- A vrai dire je voulais surtout éviter d’être interrompu par ces piailleurs. D’un regard, il désigna la table des gnomes. « Ou pire encore…par cet elfe suffisant qui daigne jamais partager la moindre information avec ses collègues. »

- Ooh vous savez, Monsieur Aran’Dil ne sort pratiquement jamais, ce n’est pas lui qui vous importunera, mais plutôt le contraire, d’après ce que j’ai pu observer. Elle réprima un éclat de rire cristallin en posant sa main devant sa bouche. Puis elle se retourna vers Vieltal et se présenta dans un sourire. « Mademoiselle Dentrefond. A qui ai-je l’honneur de partager cette table ? »

--------------------
Elinor Dentrefond est une jeune fille au teint de porcelaine et aux longs cheveux foncés retenus en des coiffures plus ou moins élaborées. Sa stature élancée est gracieuse, et ses goûts en matière d’habillement sont raffinés. Son tempérament doux, presque timide l’ont toujours poussée a préférer davantage la compagnie des livres que celle d’enfants de son âge, attisant ainsi une curiosité sans borne et un amour particulier de l’étude et du savoir. Elle est devenu avec le temps l’étoile montante de l’université de Lunargent, et est investie des plus grands espoirs de ses professeurs et de sa famille faisant partie de la haute noblesse.


Emilia Brumegenet, qui s’était levée au cours de la conversation, enfonçant sur sa petite tête d’halfeline un chapeau aux larges bords, et ajustant la courroie de son porte parchemin, remarqua enfin le petit manège d’Hermine et Baltazard.

- « Oh tient ! Des nouveaux ! »



user posted image
 
 
   Top
PM
Écrit le : Mardi 04 Juillet 2006 à 14h39 par Zlik
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Zlik suivit le nain à l'ecart, intéréssé, et écouta attentivement les paroles du nain.Il avait réussi à piquer la curiosité du halfelin.

-"ok, je me mettrais avec vous pendant le voyage"

Amar Laumee ordonna que l'on se prépare à partir, Zlik, comme les autres, débarassa les décombres qui etaient sur le chemin de la caravane, vérifia l'arnachement des montures, vérifia que tout etait prèt, les paroles du nain en tète.

¤Il est bizzare pour un nain... D'habitude ils m'envois chier et ne m'adresse jamais la parole de leurs plein gré. Enfin un nain simpa. Bah je verrai bien ce qu'il a à me dire.¤

La chaleur etait toujours étouffante,et la petite brise qui s'etait levée,etait retombée. Zlik observa les autres qui travailler. Ils ne semblait pas sentir cette chaleur torride,et n'etait, visiblement, pas autant mal à l'aise que l'etait Zlik. Puis quand les préparatifs furent terminés et que tout le monde se préparer à partir, Zlik courut jusqu'au chariot de téte et prit son arc et son sac en toiles ,qui contenait la majorité de ses affaires. En réponse au regard interrogateur du gnome,qui etait deja assit, prèt à partir, Zlik dit en faisant un geste de la main montrant un des chariot de queue :

-"Si vous me chercher,je serais avec Rogedmund Fibreacier,à l'arrière."

Puis Zlik se dirigea lentement vers l'arrière de la caravane,en vérifiant si ses affaires etaient toujours là, aprés l'accident qui venait de se produire. Il vérifia en mème temps,si il n'avait pas perdu un objet qui etait sur lui.

¤la dague... c'est bon. le coupe verre... ok. la bourse...¤

-"ok c'est bon"

Zlik, aprés avoir vérifié qu'il n'avait rien perdu ,se dirigea vers Rogedmund,soulagé. Si il lui manqué un objet, en temps normal, il lui aurait suffit de voler le mème à la prochaine ville, mais il etait en mission pour la compagnie et ne voulait pas attirer des ennuis à ses compagnons et de faire rater la mission. Ensuite, il monta aux cotés du nain, s'assit avec lui et attendit que la caravane parte, et que le nain aborde les choses sérieuses qu'il avait à lui dire.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 04 Juillet 2006 à 14h52 par Mahalalehel
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

ahalalehel avait du être dur avec ses compagnons de voyage, mais c'était nécessaire pour éviter que les autres se posent trop de questions sur leurs rapports. Ils avaient fait front ensemble face à l'obstacle et s'était une bonne chose, bien que certaines réactions aient manquées d'un peu de réflexion.
Il avait jouer quitte ou double avec le gnome, mais pensait obtenir une bonne prime quand même, pour lui et ses deux camarades. Et le vin avait du endormir la rancoeur des deux Shaariens. Restait son congénère le nain Fibredacier ; il espérait ne pas s'en être fait un ennemi. Il gardait tout de même un oeil sur lui; peut-être que le halfeling pourrait l'amadouer.

Maha était monté sur le chariot du gnome, que conduisait Andris. Il souriait intérieurement de la pâleur de mort qu'avait leur patron en sortant de la carriole. Mais le marchand avait été choqué et le nain voulait le réconforter :


- Alors, Laumee, on a eu chaud, non? c'était moins une. Depuis quand vous faites la route entre Rochedor et la ville?


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 05 Juillet 2006 à 11h12 par Hermine
Quote Post
 
Soeur des Marches
Chambre 13
Aucune gemme
Haut
Bas
 
 

es coudes sur la table, mâchonnant sa tartine d'un air rêveur, Hermine semblait faire une pause dans son étude des livres, même si elle écoutait pour moitié ce qui se disait sur la table à coté, pour moitié les blagues cocasses des gnomes.

- « ... obtenu de Galia Barbefer un laisser passer ... tout se paye ici ...
- ha ha ouais ! et celle du castor bourré, tu la connais ?
- de l'or ... l’analyse de la porte ...
- mince alors, t'es vraiment qu'un poireau !
- ... Aran’Dil ne sort pratiquement jamais, ... d’après ce que j’ai pu observer. ...
- ouah ha ha, c'est la meilleure de l'année ! ... »

Et soudain :

- « Mademoiselle Dentrefond. A qui ai-je l’honneur de partager cette table ? »

La nordique faillit avaler de travers, et ne put s'empécher de détourner vivement la tête pour considérer la nouvelle venue un court instant. Foutre, c'était bien elle. Elinor Dentrefond, à deux mètres d'elle. Comment avait-elle pu ne pas la reconnaître ?

Hermine engloutit le reste de sa tartine et se replongea vivement dans son livre ouvert. Elle eut juste le temps de raturer les deux dernières lignes qu'elle avait écrites auparavant avant d'entendre la voix d'Emilia Brumegenet qui s'adressait à Baltazard et elle. La voilà, l'occasion.

Hermine leva la tête sur la halfeline, faussement surprise, et souria de façon hésitante en jettant des coups d'oeil autour d'elle pour s'assurer qu'on s'adressait bien à elle. Elle poussa un petit soupir pour se donner du courage et réguler sa respiration et, juste après avoir croisé le regard de Baltazard, se leva de sa chaise. Puis elle avança de quelques pas, un sourire aimable aux lèvres.


- Bonne яencontяe, mademoiselle. Oui, vous avez deviné, nous sommes nouveaux en ville. Tendant la main : " Heяmine. Et voici mon ami Baltazaяd, nous sommes deux étudiants venus du Noяd lointain, et à la яecheяche des tяésoяs aяchéologiques de la яégion. Il semble que nous sommes bien tombés à Яochedoя, n'est-ce pas ? "



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (38) 1 2 [3] 4 5 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll