Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Pages : (5) « Première ... 3 4 [5]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Bienvenue à Caer Callidyrr, Peurs et rumeurs
écrit le : Jeudi 16 Janvier 2020 à 09h32 par Sail
Quote Post
 
 

"-La rémunération me convient.", dit-elle en posant sa chope sur la table suite au discours de Sahadeva.

Elle avait écouté la déclaration du Maqar avec attention et quelques moues exagérées d'approbation teintée de condescendance. Ce concept de vie lui était d'autant plus inconnu qu'il lui était inconcevable. Veniam, le Ménestrel qui l'avait aidé à fuir les griffes de son maître, était également rempli de nobles préceptes comme le compagnon au turban. Aujourd'hui, il est probablement mort.

Elle n'avait certes connu que quelques printemps, mais jusqu'alors, la vie de Sail ne fût qu'un combat constant qu'elle avait déjà failli abandonner. Et bien qu'au plus profond d'elle la Calishite rêvait que Sahadeva lui prouve le contraire, elle avait hâte que quelques bandits agressent le groupe afin de lui montrer à quel point ce monde était déséquilibré par nature, et que la seule solution restait et resterait toujours la même.

Chassant ces sombres réflexions de son esprit, elle se tourna vers une Vëla qui ne cessait de la surprendre. Sous ses airs de machine de guerre dépourvue de sentiments et prompt à massacrer au nom de Torm, la paladine semblait dévoiler une personnalité bien plus ouverte, bien loin de la mercenaire sanguinaire sortie tout droit de l'imagination de Sail.

La mention d'une montée à cheval la mettait mal à l'aise. Trop fière pour afficher son manque d'expérience, couplé au fait qu'elle n'avait jamais chevaucher un traître canasson de toute sa courte existence, elle leva se chope en guise de salut vers Vëla et ajouta :


-Quant à votre proposition, Vëla, je vous remercie mais je préfère me déplacer plus discrètement et de manière à être parée à toute situation contrariante. Un destrier serait pour moi un élément supplémentaire à prendre en compte lors d'éventuelles complications.

Issue d'un milieu bigarré, pour ne pas dire carrément grossier, il était encore perturbant pour la Calishite de s'exprimer avec tant de délicatesse, si bien qu'elle avait constamment l'impression que ses mots sonnaient faux. Elle bu quelques gorgées puis se força d'un sourire à l'ensemble de la tablée, se doutant bien que son petit mensonge était plus ou moins passé, à en juger par les brefs échanges de regards de la perspicace Vëla.



À trois, ce petit doigt s'en ira ! Une, deux...


Fiche de Sail
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Jeudi 16 Janvier 2020 à 11h29 par Stor Mousseracie
Quote Post
 
 

Si Tijak avait pu ressentir une pointe d'inquiétude en proposant, de façon impulsive, ses services, cette dernière se dissipait peu à peu. Aucun des adultes présents ne l'avait rembarré au prétexte de son jeune âge ; au contraire, Vëla semblait même l'encourager dans sa volonté de participer à l'expédition, appuyant sa réponse par un clin d’œil complice.

Un sourire radieux se forma sur le visage du mousse alors qu'il s'asseyait à la table des "grands", se glissant sur le banc entre les aventuriers aguerris. Curieux assemblage qui se formait là : une guerrière qui suivait la voie de Torm avec force et détermination comme l'avait prouvé son intervention efficace sur le port ; un homme, originaire d'une lointaine contrée, dont la vie était guidée par un code de l'honneur des plus stricts et qui semblait précédé d'une solide réputation - mais, d'avantage que cette réputation, c'était son statut de compagnon d'aventure d'Hermine qui importait aux yeux de Jakelm ; une aventurière à la peau sombre qui affichait une calme assurance, tout en maintenant dans l'ombre certains aspects de sa personnalité ; et enfin un garçon d'apparence encore juvénile dont l'enthousiasme et la bonne volonté primaient encore certainement sur les compétences.


- J'appelle Jakelm Fileyeur, se présenta à son tour le gamin, profitant d'un silence dans la conversation. Mais vous pouvez m'app'ler Tijak. J'ai pas mon pareil pour briquer l'pont, rafistoler les cordages ou monter dans la mâture mais j'suis pas manchot non plus à terre... J'suis habitué à marcher en forêt et j'peux être discret si j'veux...

Une petite grimace d'inquiétude apparut, trahissant une inquiétude naissante à l'évocation de montures mises à leur disposition. S'il nageait comme un poisson et était parfaitement à l'aise à courir dans les bois, jamais l'enfant n'était encore monté sur un cheval et il appréhendait ce moment.

- Par contre, faudra m'aider pour les ch'vaux, conclut-il d'une petite voix penaude.



 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Mercredi 22 Janvier 2020 à 10h08 par Atlas
Quote Post
 
Maître des Exilés
Chambre 4
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

10ème jour de La Griffe des tempêtes, 1373
Port de Caer Callidyr


Hallgrim acquiesça à l’attention de ceux qui refusaient l’assistance d’une monture.
- Nos chevaux sont bien dressés mais je comprends ton point de vue Sail et ne t’encombrerai pas de monture si elle est pour toi un frein. Jakelm Fileyeur, si tu préfères monter en croupe, celui que nous mettrions à disposition de Sahadeva serait bien assez costaud.

--------------------
Hallgrim Waaler, mage du Conseil de Caer Callidyrr


Le Maquar comprenait, par la force des choses, les derniers mots de l’Hadozee qui les avait envoyé en mission. Le monde avait beau être vaste, il était régi par les mêmes principes de mouvement continu. Il suffisait d’être ouvert au monde pour qu’il vous le rende et vous transforme d’observateur à acteur.
Les bases étaient en place pour débuter un nouvel acte, les acteurs présentés et le décor bien planté.


11ème jour de La Griffe des tempêtes, 1373
Port de Caer Callidyr


Après une nuit confortable dans l’auberge et les quelques emplettes dont Sail avait besoin pour assoir son rôle de « Guérisseuse », il se retrouvèrent au petit matin à la table qui les avait réunis la veille.

user posted image

Les nouveaux compagnons traversèrent la cité par la route du Haut Roi, au milieu des chants des bardes -qui semblaient ne jamais dormir ou peut-être se relayer-, des appels des commerçants, des discussions des habitants ou des voyageurs de passage. Quittant le quartier des docks en bordure du quartier du Château, ils longèrent tour à tour les quartiers Forestier, des Plaines, des Loups, des Jardins et le Bas Quartier.
Chacun d’entre eux avait voyagé et eu l’occasion de contempler les différentes zones de grandes cités comme Eauprofonde. A la différence de la Cité des Splendeurs, l’ensemble était ici plus harmonieux, sans la disparité choquante des quartiers riches et des plus pauvres même si chacun était marqué par sa spécificité.

A la porte, deux gardes, un homme du Ppeuple et un Nordique, les saluèrent dans un salut martial, les bruits courraient aussi vite ici qu’ailleurs.

Le cheval mis à disposition de Sahadeva était une jument bai clair qui se laissa monter sans sourciller malgré le peu d’expérience évidente de son cavalier. Musculeux et très bien soignée, c’est à peine si elle sentit le poids de Jakelm quand on lui proposa de le partager.
Le palefrenier avait reçu ses consignes et n’attendait rien en retour, les sacoches de selle étaient chargées de rations de voyage et d’outres d’eau fraiche.

La compagnie nouvellement formée put assister à la raison du refus de Vëla lorsque, semblant venir de quelque royaume céleste, apparut à son côté, sa monture. Il s’agissait bien d’un cheval mais Abby était beaucoup plus que cela, et pas seulement pour sa musculature finement dessinée dans la masse de ce destrier de guerre au maintien parfait. Son regard brillait d’intelligence, il dégageait une sorte d’aura perceptible par tous.
Les témoins de la scène qui n’avait pas assisté au tour de force sur les docks furent proprement abasourdis, les autres ajoutaient déjà un couplet à la légende en devenir dans cette cité qui valorisait plus que toute autre, les héros et les bardes qui en comptaient les exploits.

Quittant la ville par la porte Sud, ils virent que la route, magnifiquement pavée de dalle de la même pierre que le château, se poursuivait, rectiligne, aussi loin que portait leur regard vers le Sud. A l’ouest, tout n’était que forêts –dangereuses à ce qu’ils avaient pu en entendre-, au Nord la baie du Poisson Blanc et à l’Est, leur destination, plaines et cultures. Eux devraient emprunter une route plus classique, de gravât et de terre, mais on voyait clairement que la voie était entretenue et bien utilisée.

Il était encore tôt, le soleil brillait droit devant eux au milieu de gros nuages cotonneux guère menaçant. Une grosse journée de marche pour Sail, de chevauchée pour les autres, s’annonçait sous les meilleurs auspices. Les oiseaux marins saluèrent leur départ. Les bocages rythmaient leur avancée sans encombre ni rencontre que quelques fermiers guidant des chariots de grains tirés par des bovidés, quelques enfants d’une ferme un peu plus loin en aval qui les observèrent les yeux écarquillés et la bouche entre-ouverte.

Quand arriva le temps de midi, ils avaient presque avalé la moitié du trajet. Une ferme isolée, face à un bosquet de tilleuls argentés, se dressait là à quelques centaines de mètre.



" Par delà les brumes "
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Mercredi 22 Janvier 2020 à 18h55 par Vëla
Quote Post
 
 

Les présentations se firent et la jeune fille ne manquait pas l’ajustement qu’apportait Sahadeva sur son sujet. Un simple sourire à son égard fut sa signature dont elle appuyait grandement. La paladin ne pouvait demander mieux, elle qui en d’autres occasions était presque toujours celle qui était pointée pour sa droiture et sa rigueur pointue. La Rashéménienne sentit que le pouls du groupe était bon et ne doutait que très légèrement que des animosités puissent apparaitre entre eux. Un sourire franc apparut lorsque Sail lui confirmait qu’elle préférait la marche furtive pour une meilleure réaction en cas de problème. Vëla avait ajouté qu’elle était quand même la bienvenue avec elle sur le dos d’Abby et qu’elle réitérerait son invitation à tout moment, le besoin venu. La jeune fille eu un léger rire lorsque Tijak, maladroit, affirmait son manque d’expérience sur une monture, pour elle qui était né sur le dos d’un cheval elle comprenait sans mal les craintes qu’un débutant pouvait ressentir à monter une telle majesté animale.

Repas terminé, elle prit sa chambre avec un bon bain et passait le reste de la soirée à soigner son armure et son épée pour qu’elle soit affutée, nettoyée et huilée juste le nécessaire voulut pour un entretien exemplaire. Sa nuit se passait comme il faisait longtemps qu’elle attendait. Si la jeune fille avait adoré dormir sur l’eau, bercée par les vagues et l’air revitalisant de la mer, elle appréciait ce repos en terre ferme avec le vent côtier qui entrait par la fenêtre. Les rêves qu’elle fit allaient de sa jeunesse jusqu’à aujourd’hui et ceci se finalisait en splendeur lorsqu’elle se retrouvait devant son amant Torm qui la regardait comme jamais il l’avait fait jusqu’à ce jour. Si l’ex-folle de Torm entrevoyait régulièrement son dieu, il était plus rare que ce dernier lui laisse un message clair comme en cette nuit. Seul le regard avait parlé appuyé de la lumière d’or qui émanait de ses yeux. Vëla comprit que ses vacances allaient être plus importantes qu’elle s’y attendait.

Son levé fut lent et empli d’admiration ainsi que de piété, ne cherchant pas à s’habiller de suite, ses prières furent exécutées dans un état d’exaltation pur. Ce qui c’était produit la veille lui prouvait encore plus que Torm ne l’avait pas abandonné et qu’il avait possiblement de grandes attentes par apport à elle.

Elle descendit sans son armure, ni son arme, seulement vêtu de sa robe légère d’un bleu azure d’une propreté irréprochable, ce qui faisait ressortir ses cheveux noir jais ainsi que ses yeux en amande pers qui se rehaussait du bleu de la robe. Il était excessivement rare de la voir ainsi, aussi peu vêtu et son charisme évident semblait vouloir monter d’un cran. La jeune fille avait des atouts non négligeables, mais il était évidant qu’elle n’avait aucune idée d’en tirer avantage, sa maladresse lui donnait d’ailleurs un certain charme. Prenant son déjeuner non copieux, elle commandait une bouteille d’hydromel ainsi que d’une bouteille d’esprit de grain comme elle les aimait, ce jeune breuvage qui n’avait pas encore passé une année complète en fût lui donnait un côté vif en bouche qui se prolongeait longuement et servait autant pour le plaisir gustatif que pour les vilaines blessures et désinfecter. Par la suite, la preux chevalière montait pour terminer de se préparer et sortit pour le départ entièrement habillé de son armure.

Le moment venu d’appelé Abby était pour elle un nectar pour l’âme, les mots psalmodier en céleste ne pouvait laisser son auréole sans grand éclat, celle-ci brillait des mille feux opalescents allant de l’or en passant par les sept couleurs. L’arrivé de son fidèle destrier auprès d’elle était toujours un moment de pur délice et d’une grande affection appuyée d’une caresse d’amour véritable. Le pelage soyeux de l’étalon était un mélange rare de pie Chubari gris clair argenté portant la raie de mulet et ayant des zébrures aux quatre pattes. Ses yeux vairons laissaient voir le droit particolor ce qui lui donnait un regard mystérieux et puissant. Sur son dos, une selle simple de bonne confection, le mort d’une simplicité déconcertante et les sacoches d’un cuir noir jais laissaient voir qu’ils étaient emplis de ration et autre équipement de voyage ainsi que d’une lance d’arçon retenu et bien disposé pour ne pas nuire.

La jeune fille une fois sur Abby, réitérait son invitation à Sail la laissait choisir sans mettre de pression. Le parcours de l’avant-midi lui plaisait grandement, ayant toujours aimé observer la nature jusqu’à la contemplation, elle savourait agréablement l’air, le paysage ainsi que du présent. Le moment était donc venu de prendre une pause repas et ils arrivèrent non loin d’une ferme et Vëla trouvait le moment juste pour joindre l’utile à l’agréable et dit doucement sans y mettre d’accent autoritaire…


-Une petite pause à cette ferme vous dirait? Nous pourrions nous informer aussi à savoir s’ils ont eu effet de quelque trouble dans les derniers temps et les chevaux pourraient s’abreuver en même temps!-

La jeune fille s’était disposée à discuter le trajet allant sans toutefois entrer dans de grand détail de sa vie, comme une jeune fille en vacance, le sujet restait simplet.



Je suis la chevalière Solitaire, non pas par peur des humains mais par respect des humains, par respect du silence des humains, par respect de l'intégrité des humains. Je m'achemine jour après jour vers le temple de mon coeur et le soleil s'y trouve, s'y féconde la Rose qui se déploie Chevalier d'O. Je regarde la Source, je devient Source, je coule Source... Telle est ta répétition mantrique, chevalière Solitaire.
Faire quelque chose à contre-coeur c'est faire quelque chose à contre courant; alors que être au coeur des Choses, c'est toujours être au courant.

user posted image

Fiche Vëla
 
 
   Top
PM
écrit le : Jeudi 23 Janvier 2020 à 22h33 par Ahuizotl
Quote Post
 
 

Sahadeva avait passé une soirée tranquille dans l'auberge et, comme Vëla, il avait profité du répit qui lui était offert pour faire sa toilette : se laver et se raser n'était pas aussi facile à faire en mer que sur terre. La nuit s'était écoulée paisiblement mais fut entrecoupée par quelques rêves étranges dans lesquels il rencontrait Hermine dans un paysage fantasmagorique...

Il s'était éveillé relativement frais et dispos. Le guerrier en avait profité pour réaliser quelques exercices d'étirements, puis de méditation, avant de s'équiper pour rejoindre les autres pour déjeuner. Il s'était naturellement assis à la table de Vëla qui, moins vêtue que la veille, était moins impressionnante. Il l'avait poliment saluée, avant d'entamer son repas frugal, constitué essentiellement de pain et de lait.

La suite des événements s'était déroulée comme prévu et le petit groupe avait trouvé une monture et des vivres, prêts à les accompagner dans leur périple. La jument que les autorités locales lui confiaient semblait être une bonne monture, assez docile. Comme tous les Maquars, il avait appris à monter et se sentait à l'aise en selle, une condition pour bien remplir sa mission lorsqu'il s'agissait de patrouiller aux frontières de l'Estagund. Néanmoins, il n'avait jamais été un cavalier émérite et sa dernière chevauchée remontait à plusieurs mois, aussi fut-il satisfait de sa monture.

Sahadeva proposa immédiatement à Jakelm de le rejoindre. Ce serait l'occasion de discuter avec lui des liens qui l'unissaient à Hermine et, plus simplement, de faire plus ample connaissance. Le Maquar n'était pas particulièrement disert mais il était prêt à lancer la conversation pour en savoir un peu plus sur ses compagnons de route.

Au cours de leur périple, il n'avait cependant pas détaché son regard des alentours : profitant assez peu du paysage, il essayait de rester vigilant, de manière à intercepter tout signe avant-coureur de danger. Ces précautions s'étaient avérées vaines jusqu'alors, tant le pays semblait sûr et bien entretenu.

Ils avaient finalement atteint une ferme isolée dans laquelle Vëla avait proposé qu'ils s'arrêtent. Le Maquar approuva sa proposition :


- Tu as raison, une halte nous permettra peut-être d'en apprendre un peu sur la région et ces troubles. Et un peu de repos ne fera pas de tort à ma monture.

Joignant le geste à la parole, il mit pied à terre et saisit la bride de l'animal, bien décidé à faire les dernières mètres à pied. Armes au fourreau, il avançait calmement mais ses yeux continuaient à scruter les alentours, à l'affût du moindre risque les concernant.



Fiche de Sahadeva

« Lutte contre ce qui est contraire à l’Adama »

PNJ : Ahuizotl,Galahad de Montléri
Autres PJ : Metzli Arnesen, Circé, Reïlo

user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Jeudi 23 Janvier 2020 à 23h43 par Stor Mousseracie
Quote Post
 
 

Tout à l'excitation de l'expédition qui s'annonçait, Jakelm avait, au final, assez peu dormi. En pensées, il avait au moins parcouru cent fois le chemin les conduisant au village de pêcheurs, retrouvant chaque détail de cette piste, même les plus profondément enfouis dans sa mémoire. Après avoir assuré être parfaitement capable de guider le groupe, il tenait à être à la hauteur de cette tâche et se refusait de commettre la moindre erreur, voire même de manifester la moindre hésitation, durant le trajet.

Au matin, le gamin avait les traits un peu tirés mais la flamme qui brillait dans ses yeux trahissait son enthousiasme et l'impatience qu'il avait de passer à l'action. Il arborait fièrement une armure rutilante et soigneusement graissée et avait soigneusement empaqueté son matériel dans le sac qu'il portait sur le dos de façon à restreindre le moins possible ses mouvements.

Devant les chevaux mis à leur disposition, il marqua une petite hésitation. Si la proposition de voyager en croupe était plutôt rassurante, elle chatouillait désagréablement l'orgueil du jeune garçon soucieux de ne pas être un poids mort pour les autres. Il accepta néanmoins de le faire, encouragé par le regard bienveillant du Maquar et par la promesse de bavarder un peu en chemin, mais il insista pour qu'on prenne aussi une monture pour lui, qu'on mènerait en longe au début et qu'il pourrait chevaucher, seul, plus tard une fois qu'il se serait familiarisé avec ce moyen de locomotion.

Si Tijak s'appliquait à jouer son rôle de guide avec minutie, il profitait également de la balade, assis derrière Sahadeva, pour bavarder avec lui, racontant la façon dont il avait connu Hermine, te tarissant pas d'éloges sur leur expédition vers les étoiles, décrivant avec une profusion de détails, parfois exagérés, souvent véridiques mais toujours merveilleux, les mondes et les habitants de la Mer de Nuit.

Progressivement, le garçon s'habituait à cette nouvelle façon de voyager. Ses muscles, initialement raidis et contractés, retrouvaient progressivement leur souplesse ; finalement, le léger mouvement de balancier provoqué par la marche du cheval s'apparentait assez au tangage d'un navire et Jakelm apprit vite qu'il valait mieux accompagner ce mouvement que de lutter contre lui.

Finalement, au détour d'un bosquet, une petite ferme isolée attira leur regard et semblait les invitait à une pause. Avant même que le cheval ne se soit arrêté, Tijak avait sauté souplement à terre pour se porter en tête du groupe. Prenant toutefois en compte les conseils de prudence de Sahadeva, il veillait à ne pas trop s'éloigner des autres tout en s'approchant de la bâtisse. Le visage souriant, il s'apprêtait aussi bien à héler joyeusement ses habitants et à leur demander l'hospitalité qu'à rebrousser rapidement chemin au moindre signe alarmant.



 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Aujourd’hui à 13h59 par Sail
Quote Post
 
 

-"... Ni à mes pieds!" , répliqua Sail à la suite de Sahadeva.

Ses pieds commençaient en effet à accuser les longues heures de marche entamées par la compagnie jusqu'alors. Elle était habituée aux courses rapides et discrètes en ville afin de délivrer des messages, mais il fallait encore un peu de pratique pour ce qui était de la marche à pied.

Sail stoppa sa marche pour la première fois depuis le départ, et contemplant le paysage champêtre et dégagé de la région, elle se dit non sans amertume qu'elle aurait dû accepter la deuxième tentative de Vëla l'invitant à chevaucher Abby avec elle. La fugitive se souvint alors de sa réaction lorsque la créature céleste sorti de nulle part. Elle n'avait jamais vu pareil spectacle. Bien sûr elle avait déjà observer des pratiquants de l'Art à l'œuvre, mais ces derniers utilisaient nombre de composants pour préparer leurs sorts qui pour la plupart semaient la destruction ou autre malheur,quand ils n'appelaient pas de sordides démons pour les assister.

Ce genre de magie pratiquée par la paladine lui rappelait vaguement le souvenir d'un prêtre lors de son enfance à Sudolphor; ce dernier avait soigner sa mère, alors souffrante, d'une étrange manière, en lui imposant les mains sur sa blessure.

Le flou de sa mémoire dissipa ces pensées, puis elle observa les alentours.


-"Aucun recoin sombre d'une quelconque taverne , aucun mur ici pour ne serait-ce qu'une once d'intimité" , marmonna-t-elle en tressaillant, l'air un peu angoissé. Il n'était question d'aucune discrétion au milieu des pâturages, et sa réaction montrait à quel point la Calishite était une citadine dans l'âme.

Elle décida de rejoindre ses compagnons de route qui s'avançaient vers la ferme. Si Sahadeva et Jakelm avaient l'air prudents, Vëla elle paraissait enjouée. Sail, quand à elle, ne pensait qu'à soulager ses pieds.




À trois, ce petit doigt s'en ira ! Une, deux...


Fiche de Sail
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (5) « Première ... 3 4 [5]  Reply to this topicStart new topicStart Poll