Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Etymologie et Mythologie, Ou l’origine du Jeu de Rôles
Écrit le : Samedi 08 Novembre 2008 à 18h44 par Ţhųnđer Jaċk
Quote Post
 
Đémởŋ đeş Ińtŗiġůeş
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


user posted imagen nouveau chapitre s’ouvre sur mes propres chroniques, moi, mythographe herméneutique d’état, mais tout à fait amateur dans sa discipline. Pour faire simple, mon loisir est d’étudier les mythes, d’interpréter les textes anciens, obscurs et sacrés, afin de les compiler et de les confronter.
Ensemble, nous allons nous pencher sur les mythes qui ont conduit à la création du jeu de rôle que nous connaissons tous. Car, comme chacun sait (ou devrait le savoir), peu de choses sont issues de la simple imagination humaine, et beaucoup de choses ne sont que simplement tirées d’une source unique. Si l’origine paraît évidente pour certaines races (comme les géants, les démons, les anges, etc.), il en est qui tirent leurs origines dans des textes obscurs et reculés, que nous allons tenter de percer à jour.

Bien entendu, ce dossier n’est que le fruit de mon interprétation propre, et celle que j’ai réuni à travers différents ouvrages très intéressants et pour le moins troublants. Ce n’est donc pas une œuvre à éditer dans le prochain Larousse, mais plus une étude intellectuelle destinée à faire connaître ce que tous devraient savoir.
Vous pouvez contester corps et âme mes propos, car après tout, à chaque mythologie son interprétation, mais vous pouvez aussi me faire part de votre contribution sur un point que vous pensez lésé. J’éditerai alors ce propre dossier pour y inclure vos écrits et vos sources.

Vous allez aussi découvrir que tout, absolument tout est intrinsèquement lié, comme si toutes les races découlaient d’une seule et même source. Ce qui, l’on peut aisément imaginer, est pour le moins plutôt étrange. Mais.. Si vous lisez à tête reposée, alors vous comprendrez..



 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Samedi 08 Novembre 2008 à 19h04 par Ţhųnđer Jaċk
Quote Post
 
Đémởŋ đeş Ińtŗiġůeş
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


user posted imagel n'y a pas énormément à dire sur ces créatures, tout simplement car leur origine est précise, et simple à assimiler. Nous n’allons donc pas nous attarder sur le sujet !
Et si vous pensiez que les orques, (et non orcs, je précise), étaient issus de la mythologie Romaine, et plus précisément du dieu Orcus, maître des souterrains, alors.. Vous avez tout faux.


On doit en réalité se pencher sur les pygmées, assimilés aux gnomes et génies familiers que les sorciers peuvent soumettre, d’après un recueil de magie du XVIe siècle.
C’est bien dans la mythologie scandinave qu’on trouve les origines de ces créatures. Leur nom dérive en effet de
Orkein, mot norrois désignant les îles Orcades, au nord de l’Angleterre et de l’Ecosse. Celles-ci évoquent des autochtones plutôt effrayants puisque décrits comme étant de « petite taille, hirsutes, de peau bleue et vivant sous terre, dont ils jaillissaient comme des diables. » Les habitants réels des Orcades et de toute l’Ecosse à l’époque des premières incursions vikings (vers l’an 600) étaient des pictes « Hommes Peints », ainsi nommés par les Romains parce qu’ils se peignaient la peau en bleue pour la guerre – ou se tatouaient, comme de nombreux peuples celtiques – et vivaient dans des crannog, des huttes à demi enterrées au vent et au froid. Celà a d'ailleurs grandement inspiré quelques esprits quant à l'habitation typique des Hobbits..

Aujourd’hui, les orques ont des variantes de teinte de peau aussi nombreuses que les humains, allant du gris au vert. Ils ont un visage porcin et un front tombant pour souligner leur bêtise crasse, et un goût prononcé pour le combat, car ils sont d’origines « celtes », qui eux aussi, adoraient faire la guerre.


user posted image



 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Samedi 08 Novembre 2008 à 20h45 par Ţhųnđer Jaċk
Quote Post
 
Đémởŋ đeş Ińtŗiġůeş
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


user posted imagel est vrai que nous connaissons tous parfaitement la propension énorme qu’ont les elfes et les nains à se détester, cela relève d’une culture ancestrale et entretenue depuis des générations. Mais alors pourquoi faire grincer les dents, en faisant l’affront de regrouper ces deux antonymes ? La réponse est très simple : C’est parce que contrairement à ce que l’on croit, la frontière qui sépare ces deux peuplades est extrêmement mince.


Les origines elfiques
La source dont sont issus les véritables elfes est bien loin de celle qui nous est proposée à notre époque actuelle. La vision qu'en donna John Ronald Reuel Tolkien dans son œuvre a sensiblement influencé leur représentation. Il leur a donné leur grande taille et leur grande beauté, de même qu'un penchant pour la mélancolie et la nostalgie, cette idée que leur civilisation est en déclin face à celle de l'homme.
De la même façon, c’est bien Tolkien qui leur conféra des oreilles pointues afin de marquer physiquement leur différence avec les humains..

En réalité, les elfes sont des esprits élémentaires de l’air, mais aussi des forêts et des collines. Ils sont issus de la mythologie scandinave et sont dénommés álfar (singulier nominatif, álfr)dans la langue norroise. Ils incarnent l’esprit des morts, mais le terme anglo-saxon elf (pluriel, elven) les assimilent aux fées et autres membres du Petit Peuple en général.
Les elfes des forêts sont de petits personnages ailés, d’apparence et de taille enfantine, dont la peau est souvent de couleur verte. Ils volent dans les frondaisons des arbres, et sont reconnaissables à leurs yeux malicieux étirés sur les tempes et à leurs oreilles pointues très caractéristiques. Ils s’apparentent alors aux fées sylvestres dont ils sont le pendant masculin.
Les elfes nobles enfin, ressemblent en tout point à des êtres humains de haute taille, dotés d’une fière beauté et d’un comportement raffiné, vêtus à la façon des seigneurs du Moyen-Âge.


Les tuatha dé Danann, une inspiration noble
Les elfes nobles s’inspirent des tuatha dé Danann, ou « tribus de la déesse Dana » - Dana étant une déesse-mère du panthéon celtique-, peuple elfique originaire des mystérieuses îles du nord du monde (sans doute Hyperborée), qui furent jadis les occupants de la verte Irlande (Demandez-vous pourquoi le berceau des elfes est une île), après en avoir chassés les Fir Bolg, « Hommes-foudres », peuple de forgerons. Immortels et éternellement jeunes, ils furent à leur tour évincés par les Milésiens, qui allaient donner naissance au peuple gaël. (Les Humains, d’où la fameuse retraite des Elfes)
A l’issue de la bataille de Tailtiu, aujourd’hui Teltown dans le Comté de Mealth, une alliance fut conclue entre les Tuatha et les nouveaux maîtres de l’Irlande, chaque peuple se partageant une partie de l’île : les Milésiens occupèrent la surface tandis que les elfes se réservaient le sous-sol, bâtissant de véritables villes et palais souterrains, cachés sous les collines et les tertres de la Verte Erin (Ca ne vous rappelle pas une race particulière ?). Les Tuatha étaient investis de pouvoirs magiques couramment appelés Dweomers, et les hommes de la surface les consultaient fréquemment.
Enfin, oserais-je assimiler Larethian (de Corellon) à une anagramme d’Ollathair ? C'est-à-dire « Le Père de Tous » ?


user posted image

Une mince frontière : Les elfes noirs seraient-ils des nains ?
Dans les légendes nordiques, les elfes se divisent en elfes clairs et elfes noirs. Les elfes clairs, qui évoluent dans l’air, s’apparentent aux sylphes et aux anges, tandis que les elfes noirs, ayant fait le choix de demeurer dans les profondeurs de la terre, s’identifient aux nains, (aux gnomes et aux démons tout autant, soit-dit en passant).
C’est pour cela que tout oppose ces deux races, car elles ne sont issues en réalité que de la même, mais sont le miroir difforme de chacun. Les nains sont généralement vieux, souvent laids et difformes, et ont un caractère susceptible et facilement belliqueux. Ils sont aussi le contraire physique des elfes, ce qui les opposent radicalement. De nombreux auteurs ont d’ailleurs accentué ces différences afin de les dissocier complètement.


Les origines naines
Leur nom, issu du norvégien dvergr et du vieil-allemand zwerc, signifie « tordu » au sens propre comme au sens figuré.
Les nains forment un peuple laborieux et industrieux vivant essentiellement dans les grottes et mines souterraines. Paracelse fait descendre les nains des gnomes (Ca ça, vous n’êtes pas trop choqués ?)
« De même, sachez que les nains engendrés par les gnomes qui habitent les montagnes : c’est pourquoi leur taille n’atteint pas celle des géants, au contraire, ils sont plus petits qu’eux, dans la même proportion que sont les gnomes par rapport aux sylphes. »
On attribue aux nains la force de douze à vingt hommes, ce que certains auteurs expliquent par la possession de nombreux objets magiques. Les nains sont d’excellents mineurs, d’habiles forgerons, de fabuleux artisans et de précieux joailliers. On leur doit, avec l’aide des elfes, la fabrication d’objets légendaires, comme l’épée Durandal, ou la lance magique d’Odin : Gungnir.


Grands nains et petits nains
Notons toutefois que le terme « nain » est un terme générique, comme « elfe » ou « géant », et n’impliquent pas forcément que les nains soient petits. C’est ainsi qu’il peut y avoir de « grands nains » et de « petits nains ». Le Nainattitude, vous connaissez ?

Des nains à la pelle
Les peuples nains sont innombrables, et il est presque impossible de les répertorier tous. Il faut tout de même citer les berstucs, nains minuscules d’origine slave que les laboureurs découvrent parfois endormis dans les mottes de terre ou à l’ombre des brins d’herbe ; les curètes, variété de gnomes, serviteurs de Rhéa, vivant dans l’île de Crête, qui faisaient retentir le bruit de leurs armes pour couvrir les cris de Zeus bébé afin d’éviter qu’il ne soit découvert par son père Chronos ; les dactyles, dont le nom dérive du grec dactylos, « doigt », gnomes phrygiens pourvus de doigts exceptionnellement agiles, et serviteurs de Cybèle, à qui l’on doit l’invention du travail des métaux ; les goètes, gnomes malfaisants et sorciers originaires de Bohême, dont Ismaël Mérindol signale la présence près du château de Vyserhad (le « château élevé »), sur la rive droite de la Vltava, où fut fondée la ville de Prague, et qui ont pour sinistre spécialité de forger des souliers de fer ensorcelés ; les gommes des Alpes vaudoises, assimilés aux kobolds et aux knockers, qui sont des nains gardiens des mines souterraines...



 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll