Quel est votre nom, voyageur ?
L'aventure n'attend que vous !
   

Pages : (18) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll

> Chapitre III : La quête de l'Opale, Chapitre III : La quête de l'Opale
  Écrit le : Vendredi 05 Mai 2017 à 15h40 par Atlas
Quote Post
 
Maître des Exilés
Chambre 4
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

hrp.gif Sans nouvelle de Bistan depuis … très longtemps, il passe PNJ jusqu’à nouvel ordre.

user posted image

Le Sourire du Kraken, Chapitre III : La quête de l’Opale
8ème jour de Chess, 1373


La « Porte des Caravanes » était ouverte, laissant passer un nombre croissant de caravanes qui vers le Nord, encore peu nombreux, qui vers le Sud, qui s’agglutinaient déjà devant le Pont au-dessus du Delimbiyr de part et d’autre duquel des tours de bois avaient été construites pour en assurer la garde et qui filtrait les voyageurs.

Il faisait toujours aussi froid et humide mais chacun des aventuriers savait pertinemment que le plus dur les attendait. A partir de là, les haltes régulières de la route de commerce ferait place au marais, traitre, glacé, habité de créatures qu’aucune patrouille ne dispersait jamais, qu’aucun convoi plus ou moins fortement armé n’affrontait jamais.

Cette dernière étape nécessiterait de trouver un guide, voir d’adapter leur équipement dans un environnement qu’une mule aurait plus difficile à traverser –mais pouvaient-ils s’en passer ?- mais le Fort de la Dague devait être le meilleur endroit pour répondre à tous leurs souhaits en la matière.

Alors qu’ils prenaient place dans la file des chariots, un garde s’approcha rapidement d’eux :
– « Belle rencontre Voyageurs, que nous vaut votre visite dans notre belle cité ? Les suivants du dieu qui pleurent sont toujours les bienvenus, il est de ma charge de vous assurer le meilleur. Faites-vous escale ou faites-nous l’honneur de rester plus longtemps ? »

Bistan, auquel le garde s’adressait directement, le salua en croisant les mains sur son cœur, un sourire fatigué aux lèvres. Tout habitué qu’il était des voyages, son âge semblait l’avoir rattrapé sans que ses compagnons ne s’en soient rendu compte, probablement chaque jour un peu plus.

- Mes amis ne sont que de passage, une sainte mission les attend par-delà les profondeurs du Marais au Lézard, mais le vieil homme que je suis profitera volontiers de votre hospitalité. Nous vous serions redevable si vous pouviez nous indiquer l’auberge dans laquelle je pourrais reprendre des forces.

Pour surpris que purent l’être les deux bardes, le Maquar et le Paladin, la logique s’imposait d’elle-même, même si elle était douloureuse d’être une perte de plus –puisque ni Célestia ni Azuraël n’étaient réapparus -l’annonce de Bistan ne méritait pas qu’on tente de le ‘raisonner’. Le garde lui répondit aussi vite : - « Bien sûr ! En face de vous se dresse la Taverne de Dame Chance. Par ces temps les caravaniers sont moins nombreux, vous y trouverez de la place à coup sûr. Le service y est très bon. Il vous faudra par contre commencer par rejoindre l’étable, suivez les cavaliers, vous trouverez sans peine, les palefreniers prenant grand soin de vos montures. »

Se tournant alors vers le Maquar, considérant son exotisme comme un signe possible de compétences particulières, il revint sur l’annonce de la mission à travers du Marais : - « Connaissez-vous le marais ? C’est un endroit aussi dangereux que tout ce que vous avez pu en entendre. Sans un guide, vous vous perdrez dans ses méandres même en suivant le Delimbiyr. La Taverne en question est le meilleur endroit pour en trouver un si vous en cherchez un et que vous êtes … convaincus autant que convaincant. Sans vouloir vous inquiéter, même nos remparts ne nous ont pas protégé de ce qui en est sorti récemment. »



" Par delà les brumes "
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 15 Mai 2017 à 12h25 par Ahuizotl
Quote Post
 
 

Sahadeva avait été surpris lorsque Bistan avait fait part à ses compagnons de son désir de se retirer de leur expédition. Il estimait que les prêtres, plus que toute autre personne, devaient aller jusqu'au bout de leurs capacités pour servir leurs idéaux et les missions dans lesquelles ils avaient décidé de s'engager.

¤ Ces Nordiens ne sont vraiment pas dignes de confiance : la constance semble leur être étrangère... On voit bien que la Sagesse dictée par les préceptes de l'Adama n'a pas encore atteint ces contrées. ¤

L'étonnement n'était cependant pas complet : le prêtre d'Ilmater avait éprouvé des difficultés à suivre le rythme de l'expédition et son visage exprimait souvent la douleur qu'il ressentait régulièrement. Il était donc peut-être plus prudent de continuer à quatre que de s'encombrer d'un aventurier qui ralentirait considérablement et constamment le groupe.

Mais pour l'heure, la discussion entamée avec l'un des sentinelles de la ville leur avait fourni de nombreuses informations sur sa topographie et sur la suite des événements : halte et recherche d'un guide. Ces deux objectifs les mèneraient tout droit à la "Taverne de Dame Chance".

Sahadeva se risqua à questionner le garde :


- Merci pour ces informations. J'aurais deux questions à vous poser, en effet. Vous venez d'évoquer des créatures menaçantes sorties du marais, de quoi s'agissait-il exactement ?

La question poursuivait un double objectif : se préparer à ce qui les attendait et récolter une information peut-être en lien avec leur mission. Il poursuivit :

- Vous avez également parlé d'un guide. Avez-vous un nom à nous recommander?

Pas de trace, par contre, de son ancienne employeuse, Azur'ael. Il était possible, quoique peu probable, qu'elle les attende dans la taverne. Il était plus vraisemblable qu'elle ait été retardée et, dans ce cas, Bistan pourrait l'informer de l'itinéraire suivi par le groupe. Le Maquar se promit de le suggérer au vieux prêtre.



Fiche de Sahadeva

« Lutte contre ce qui est contraire à l’Adama »

PNJ : Ahuizotl,Galahad de Montléri
Autres PJ : Metzli Arnesen, Circé, Reïlo

user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Vendredi 19 Mai 2017 à 13h00 par Atlas
Quote Post
 
Maître des Exilés
Chambre 4
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image

Le garde hocha la tête, le regard protégé par le voile de celui qui se refuse à trahir ses sentiments et se borne, en protection, à relater des faits. Il était manifeste que ce qui s’était passé l’avait touché, durement. Si des créatures venant du marais avaient réussi à rentrer, c’est qu’ils avaient passé la garde … combien des amis de l’homme qui lui faisait face étaient tombés ? A moins que ça ne soit autre chose qui l’ait touché plus personnellement ?

- Des Rats-Garous … Une vingtaine peut-être … aussi mauvais et sournois que leurs homologues animaux. Mais nous leur tenions tête, par le feu et l’acier, et seuls deux d’entre nous ont été blessés alors que nous en avons tué un. Puis des Hommes-Lézards ont suivi alors que nous étions concentrés sur les rats. Eux ne craignent pas le feu et leurs armes sont plus lourdes que les nôtres... Grace aux dieux, ils ont fui en même temps, sans qu’on sache vraiment pourquoi, comme s’ils suivaient les rats. Nous sommes prêts à les recevoir aujourd’hui, nos gardes de nuit sont plus importantes.

Le regard du garde se perdait dans son souvenir.

- Le Rat, c’était un gamin… il a repris son apparence humaine quand on lui a coupé la tête. Même si les témoins étaient peu nombreux, ça s’est su, les gens restent choqués. Parlez-en le moins possible, plus personne n’en a vu depuis. Pour le guide, vu l’implication des Hommes-Lézards, les prix vont monter. Je peux vous conseiller Erik ou Florian s’ils sont encore là. Ca fait une lune que je n’ai pas quitté mon poste, ils ont pu quitter la ville par une autre porte que la mienne. Quoi qu’il en soit, bonne chance dans votre entreprise, Tymora vous garde !

Dans une toux sèche, Bistan invita ses compagnons à laisser ce garde tranquille. Il le salua d’une demi-courbette que l’autre lui rendit.

- Les amis … nous savons qui sont ces Rats et que les Hommes-Lézards vivent dans le marais, mais l’idée qu’ils aient profité de l’attaque des Rats pour attaquer la ville ne tient pas à mon avis. Déposons nos montures, si il y a à en apprendre, ce sera là, et à la Taverne de Dame Chance.



" Par delà les brumes "
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 21 Mai 2017 à 15h32 par Glaurung
Quote Post
 
 

Tùrambar ne savait pas trop comment réagir. Tant sur la décision de Bistran. Il avait bien ressentit lui même la diminution du vieil homme. Au fil des jours il avait fini par comprendre et avait choisi de garder pour lui cette états de fait.
Il respectait le choix du vieux prêtre, après tout, il existe milles façon de servir le dieu en pleur. Cette communauté aura grandement besoin de l'aide d'un des servant d'Ilmater.

Pour les rats-garouts. Il glissa rapidement au garde pour l'aider à s'apaiser l’esprit.

- La lycanthropie est une malédiction. Hélas ces choses frappent sans distinction d'age. Vous n'aviez rien pour rompre cette malédiction. Vous avez fait ce que vous deviez pour protéger vos famille, vos amis. Ne vous en voulez pas.

Le paladin salua le garde et suivit ses compagnons.
- Je comprend mieu ce qu'Opale nous a dit sur les choses qu'ils ont fait malgré eux. Les pauvres... Je prierais pour qu'ils trouvent leur rédemption.
Quelque chose à l'air d'être à l’œuvre dans ses marais. Les hommes lézards... S'il ont profité de l'attaque et se sont replié au départ de rats, ce n'est surement pas anodin. Mais allons laisser nos monture aux écuries. oui, j'ai hâte d'en savoir plus une foie à la taverne. Mes amis bardes, savez vous des choses sur les hommes lézard ?



user posted image
Réputation 3
La fiche de Naïrod
La nuit vient... Que la Trinité luise.
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 28 Mai 2017 à 17h35 par Vieltal 'Vuurdan
Quote Post
 
 

Vieltal ne s'opposa pas à la décision de Bistan. Il était d'ailleurs un peu mal à l'aise en la présence du vieil homme qui parlait très peu. Ses compétences et sa sagesse se seraient avérées peut-être fortement utile pour la suite du parcours mais il préférait croire que l'homme les auraient ralenti. Ce n'était pas le premier compagnon qui quittait l'aventure mais il espérait que ce serait le dernier.

En écoutant attentivement les gardes, Sahadeva et Nairod, le barde n'ajouta rien sinon que des signes de tête approbateur. Les gardes étaient avenants et respectueux, plus que dans la plupart des autres villes. Gageons que la grande diversité des peuples qui s'arrêtait au Fort ouvrait l'esprit des gardes. Le barde aurait pourtant cru le contraire.

Alors qu'ils faisaient route vers l'écurie, le barde répondit à Nairod.


- Nous avons croisé un représentant de leur espèce avant de vous trouver. L'attitude des hommes-lézards est compréhensible. La mort du roi Shukak, de la tribu de l'Œil Rouge engendra le chaos. Ce roi puissant avait réussi à entretenir des relations paisible entre les hommes-lézards et les humains du Fort et des environs. Un groupe d'aventurier l'aurait tué, mettant fin à la situation déjà précaire de paix.

Le lien entre l'attaque des hommes-lézards et des rats-garou ainsi que leur retraite commune m'échappe pourtant... Peut-être que les hommes-lézards ont seulement profiter de l'attaque des rats-garou pour causer des dommages au Fort...

Bien qu'intelligent, il doutait que les hommes-lézards étaient au courant de l'attaque et qu'ils aient pu coordonner leur attaque avec celle des rats-garou relevait de l'exploit.

Ça me semble bien peu probable. Dans tous les cas, je ne crois pas que les hommes-lézard que nous rencontrerons par la suite seront aussi amical que celui que nous avons croisé. Nous ne perdons rien à essayer de communiquer avec eux et de leur mentionner que nous connaissons l'un des leur. Ce qui me fait penser, nous devrions choisir notre guide judicieusement. Je doute que les créatures des marais oublient rapidement le visage d'un homme ayant fait couler le sang là-bas.



La vie est tout comme un scintillant diamant... De cette façon dont il brille lorsqu'on le polit bien.
Vieltal 'Vuurdan
user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 07 Juin 2017 à 10h30 par Atlas
Quote Post
 
Maître des Exilés
Chambre 4
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image

Les mots de Tùrambar avaient apporté un semblant de réconfort au garde, le paladin partageait ses convictions avec tant d’assurance qu’on ne pouvait que le croire. Même s’il n’oublierait pas le mort de sitôt, peut-être parviendrait-il à accepter qu’il n’avait pas le choix.

A Vieltal, Bistan acquiesçât : -
« Peu probable, je suis d’accord. Ils auraient pu faire bien plus de dégâts si c’était leur idée. Le garde n’a parlé d’aucune perte chez eux ni de leur fait, le Fort n’était peut-être pas leur cible ? Pour la mort du roi, c’est … la malheureuse démonstration des conséquences d’actes d’aventuriers… Qu’aurions-nous fait à leur place ? »

La question resta ouverte tandis qu’ils longeaient le temple de Tymora pour entrer sur le Champ d’Entrainement, fermé par des baraquements assez larges que pour accueillir une véritable armée, une place de terre battue d’une vingtaine de mètres de côté.
Sur la gauche, le passage des cavaliers dessinait une route vers l’Est.

Un ordre tout nanesque régnait bien qu’ils ne furent plus maitres de l’endroit depuis longtemps. La propreté et le calme étaient remarquables, on pouvait se demander ce que les habitants faisaient de leur détritus et comment ce lieu de commerce semblait échapper à une criminalité qui aurait pu ternir l’ensemble. Sur leur gauche, la route haute ramenait vers la place du marché vers laquelle se dirigeait le plus grand flux de personnes, humaines pour une écrasante majorité, mais venant de toutes les régions de Toril d’après leur teint de peau et leur accoutrement.

La troupe passa entre la banque de la Côte de l’Epée et une énorme bâtisse qu’ils ne purent identifier, laissa sur la droite la voie Kanith et arriva devant les Ecuries. Une cinquantaine de box s’alignaient de part et d’autre de l’entrée de la bâtisse et autant de stalles ainsi que d’un espace de stabulation libre dans lequel dix poulains circulaient librement. Un palefrenier s’approcha d’eux, les saluant et les invitant à descendre de monture. Sept autres, dont un Nain, s’occupaient des autres nouveaux venus. Un espace plus grand encore, surveillé par deux gardes, accueillait une trentaine de chariots de tailles diverses.


- Si mes bons seigneurs veulent s’donner la peine de nous préciser la durée de leur passage parmi nous ? l’homme d’une vingtaine d’année faisait un effort remarquable pour se montrer à la hauteur de visiteurs de marque. Il s’épousseta son habit comme s’il découvrait qu’il était sale de passer plus de temps dans le foin et la boue qu’ailleurs. Nos tarifs sont d’cinq pièces d’argent par jour par monture en box ou trois en stalle, quelle qu’elle soit la monture, à payer quand vous revenez les chercher. Les vôtres ont l’air bien soignées, vous n’aurez pas b’soin d’autres soins. Pour l’chargement de votre mulet, soit on l’garde ici, soit on vous l’envoie pour une pièce d’argent dans l’auberge de vot’ choix. Faites à votre aise, j’suis à votre service. La circulation est seulement permise à pied en dehors de la route que vous avez prise et la route de la Colline qui longe le château ducal et qui relie les deux autres portes. Question d’sécurité, vous comprendrez.

Le Fort de la Dague était aussi vivant que pouvait l’être une telle halte de commerce, les marchands et leurs accompagnant armés étaient nombreux, les gardes présents sans être oppressants. De l’attaque récente, nul ne semblait souffrir, aucun visage fermé par autre chose qu’une retenue culturelle ou une fatigue visible. Un groupe de Hin aux habits colorés et au ton chantant se démarquaient peut-être mais pas plus que les cinq Shou ou les trois Uthgards ou le demi-Orc les bras chargés d’un colis presque aussi gros que lui qui suivait docilement un marchand ventripotent.



" Par delà les brumes "
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 12 Juin 2017 à 10h51 par Ahuizotl
Quote Post
 
 

Au fur et à mesure de la progression du groupe, Sahadeva avait découvert le Fort de la Dague. Loin d'être le hameau désert qu'il s'était imaginé alors qu'il était à Eauprofonde, la localité était animée mais semblait bien administrée, ce qui n'était pas pour lui déplaire.

Tandis qu'ils arrivaient aux écuries locales, un palefrenier était venu leur présenter les différentes options qui s'offraient à eux. Le Maquar n'avait pas particulièrement une âme de chef mais il était, à présent, le membre le plus ancien de l'expédition originelle, ce qui lui donnait une certaine forme d'ascendance naturelle sur ses compagnons. Il se résolut donc à répondre :


- Je pense que nous pouvons nous permettre de la placer en box. Nous ne savons pas encore quelle sera la durée de notre passage ici...

La dépense était certes plus conséquente mais le guerrier d'Estagund estima préférable de disposer d'une monture en pleine forme pour le trajet du retour, qui ne serait peut-être pas aussi paisible que l'aller.

¤ Avec l'avance que nous avons reçue, nous avons largement de quoi payer son séjour ici... Même s'il est déplaisant d'utiliser cet argent lié d'une manière ou d'une autre au clergé de la Reine Garce ¤

Sahadeva poursuivit :

- Quant au matériel, vous pouvez le faire livrer à la Taverne de Dame Chance. L'un des nôtres y restera un moment et pourra conserver ce dont nous n'avons pas besoin...

Il finit par indiquer à son interlocuteur :

- Nous devons poursuivre notre route vers la côte du marais. On nous a indiqué qu'Erik ou Florian pourraient nous y guider. Savez-vous s'ils sont toujours au Fort?



Fiche de Sahadeva

« Lutte contre ce qui est contraire à l’Adama »

PNJ : Ahuizotl,Galahad de Montléri
Autres PJ : Metzli Arnesen, Circé, Reïlo

user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Vendredi 23 Juin 2017 à 10h57 par Atlas
Quote Post
 
Maître des Exilés
Chambre 4
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image

La question de Sahadeva déclencha des réactions diverses sur le visage du palefrenier, se fermant pour Erik et s’illuminant pour Florian. C’était particulièrement bien vu considérant le fonctionnement de la cité. Les écuries étaient le meilleur endroit pour savoir si qui que ce soit avait quitté les lieux.

- Oui, leurs montures sont toujours ici. Sauf votre respect, si vous avez le choix, préférez Florian. Ils sont bons tous les deux, pour sûr, mais … quand je vois dans quel état est revenu la jument d’Erik, j’pense qu’il n’doit pas accorder beaucoup d’attention aux autres.

L’homme parlait avec franchise, considérant le guide au travers de la seule chose qu’il pouvait juger de par ses compétences et sa sensibilité pour le bien-être animal. L’homme les salua, leur assura apporter le plus grand soin à leurs montures et promis un transfert rapide du chargement.

Au travers de la foule de la place du marché, ils purent voir les quelques étals des résidents, l’interdiction de circulation jusque-là à cheval les avait contraint à choisir des chariots légers, sur roue, se dépliant pour offrir une plus large superficie d’exposition. Le système était ingénieux, une observation précise aurait relevé la présence d’une signature identique sur chacun. Des épices, des breuvages divers, quelques vêtements, boucles de ceinture, pochettes, bourses, préparations culinaire. Un marché agréable laissant la vente d’objet de grandes tailles aux commerçants dans leur échoppe.

L’air frais n’était pas gênant à l’intérieur des murs, le soleil, même voilé, était agréable.

Ils rejoignirent rapidement la Taverne de Dame Chance.

La bâtisse, impressionnante de l’extérieur, était proprement stupéfiante de l’intérieur.
Véritable ode à l’aventure, elle était soutenue par un pilier central énorme, recouvert sur toute sa hauteur de trophées de chasse, de pièces d’armures et de bannières. Le mur du fond accueillait une tapisserie incroyable de la carte de Féérune, du Calimshan à l’Epine du Monde, des Moonshaes au Raurin.
Le second étage, en mezzanine, était accessible par une série d’escaliers menant à divers balcons reliés entre eux par des passerelles suspendues.

La plus impressionnante décoration pour quiconque découvrait les lieux était sans conteste la gigantesque aile de dragon noir momifiée suspendue par huit chaines au plafond comme un voile noir.

Nombre des tables dispersées dans la salle commune étaient occupées par une ou deux personnes, offrant leurs services de gardes de caravane ou autres. Pas de personnel de salle mais un bar derrière lequel se tiennent cinq personnes pour servir la clientèle.





" Par delà les brumes "
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Vendredi 07 Juillet 2017 à 17h23 par Glaurung
Quote Post
 
 

Tùrambar resta silencieux aux écuries. Shadevada avait posé toutes les questions qui semblait utiles au paladins. Les prix indiqués par le palefrenier ne lui semblaient pas exorbitant, il choisit la stalle trouvant que le contacte avec d'autre chevaux ferait du bien à sa monture.

En passant par le marcher, le paladin ne prit pas vraiment le temps de regarder de près les produits proposés. Il avait en effet fait ses achats avant de partir de la grand ville. Seul les mets locaux en ventes dans la rue l'intéressaient un peu, mais il se dit que l'auberge devait sans doute les leur en proposer également.

En passant la porte de la Taverne de Dame Chance, le paladin fut abasourdi. L'endroit en plus d'une taverne tenait presque d'un temple dédié à l'aventure et au aventurier.
Tùrambar observa avec attention, les objets recouvrant sur toute sa hauteur le pilier centrale : trophées de chasse, de pièces d’armures et bannières.
En suivant le pilier des yeux vers le haut, le paladin admira l'aile de dragon noire.
Il observa alors la salle du regard utilisant son pouvoir de détection du mal.

-Je pense que nous devrions demander au bar où nous pouvons trouver nos guides, qu'en dîtes vous ?



user posted image
Réputation 3
La fiche de Naïrod
La nuit vient... Que la Trinité luise.
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 08 Juillet 2017 à 14h46 par Vieltal 'Vuurdan
Quote Post
 
 

C’est le souffle coupé qu’entra Vieltal dans l’auberge. Autant il en avait vu des dizaines et des dizaines, autant celle-ci était d’un cachet extraordinaire. Comme chaque fois qu’il entrait dans une auberge, le barde respira un bon coup. Il appréciait le mélange de toutes ces odeurs qui régnaient dans un tel lieu. Les odeurs de bouillons de légumes, de viandes salés, d’houblons et de vins. Le tout se mariant parfaitement avec les odeurs de chiens mouillés des aventuriers crasseux et la sueur des autres…

Ces établissements étaient toujours uniques, particulièrement ici, la foule bigarrée le fit sourire. Sans se soucier de ses camarades, il s’approcha rapidement du comptoir, héla un des tenanciers et se commanda une bière.

Il se retourna promptement, accoudé au bar et observa la salle. L’aile de dragon et la gigantesque carte de Féérune. Puis il s’adressa à ses compagnons.


- Nous devrions manger ici également, ce lieu est tout simplement magnifique. Mais soit, trouvons d’abord notre homme!

Pivotant sur lui-même il refit face au comptoir, alors que sa bière arrivait il demanda :

- Nous cherchons un dénommé Florian, savez-vous s’il est ici? Nous allons également prendre quelque chose à manger, que me suggérez-vous?



La vie est tout comme un scintillant diamant... De cette façon dont il brille lorsqu'on le polit bien.
Vieltal 'Vuurdan
user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (18) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll