Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Pages : (2) 1 [2]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> 17 de Kythorn 1383, Port [Feihong & Zacsiah]
Écrit le : Samedi 25 Mai 2019 à 14h58 par Khelrod
Quote Post
 
 

Comme de nombreuses autres personnes présentes près de ce quai, Feihong reçut l’onde sonique de plein fouet. Toutefois, au contraire de nombre d’entre eux, les heures passées quotidiennement aux différents exercices enseignés par chacun de ses mentors successifs permirent au jeune moine de résister et de ne pas s’effondrer. S’il sentait bel et bien une grande douleur, il était toujours en bonne santé et debout sur ses pieds, ce qui lui permit grâce à des réflexes affutés d’empêcher deux des gardes qui se trouvaient à côté de lui de tomber inconscients dans l’eau. Certes au prix d’un effort incommensurable ajoutant encore à sa douleur, mais cela ne pourrait que lui être profitable pour plus tard…

Il observa alors autour de lui, constatant le chaos qui régnait, chose qui en elle-même n’était pas forcément pour lui déplaire. En d’autres circonstances, il aurait même certainement profité de la situation… Voyant les badauds courir, s’enfuir ou tenter de ranimer leurs proches, il ne ressentit pas vraiment de compassion à leur égard. Toutefois, sans qu’il ne comprenne pourquoi, il se sentait étrange alors qu’arrivaient à ses narines des odeurs lui rappelant cette petite enfance dont il n’avait pourtant aucun souvenir. Et c’est avec une sorte de nostalgie inexplicable qu’une idée lui vint à l’esprit.


¤ Les cordes. Les marins sont arrivés par là. C’est grâce à elles que je vais entrer sur le bateau. Je ne serais pas gêné par leurs grosses armures et je pourrais faire diversion pour leur faciliter la tâche. Il faudra nager. Mais la distance est faible. Ça devrait le faire, les pantins ont été pulvérisés eux aussi. ¤

Au milieu du chaos ambiant, de cet air irrespirable et de cette purée de pois dans laquelle tout le monde se trouvait, il était vraiment à son aise. Et alors qu’il s’apprêtait à se jeter à l’eau, il entendit les propos de l’aristocrate qui souhaitait sonner du cor pour avertir la flotte. A tout hasard il tenta de trouver l’enseigne et son cor pour en indiquer la bonne direction au meneur d’homme. Et c’est là qu’il le vit : l’enseigne était probablement mort, gisant à la surface une mare de sang l’entourant et même des morceaux grisâtres et gélatineux de ce qui devait avoir été un jour son cerveau… Le cor était encore visible et semblait intact. L’homme étant probablement mort, aucun des marins-poissons ne semblait s’occuper de lui. S’avançant de quelques mètres vers le donneur d’ordre, le moine du chaos lui adressa quelques mots d’une voix la plus audible et claire possible avant de sauter dans l’eau.

- Le cor est intact, dans l’eau Monsieur. Pas votre homme. Je vous l’envoi.

Il sauta alors dans l’eau afin de se retrouver le plus près possible du corps du pauvre Roedrig, se focalisant sur le cor pour éviter de penser aux morceaux gélatineux et au sang. C’est que, n’ayant jamais donné la mort à qui que ce soit, il n’aimait pas beaucoup tout ce qui pouvait avoir trait au sang ou aux viscères… Il tenta alors de récupérer le cor puis de d’aller se tenir comme il pouvait à un anneau d’amarrage pour tenter de lancer le cor vers l’aristocrate, qui il l’espérait, l’aurait suivi afin de récupérer son précieux avertisseur sonore.


hrp.gif Feihong saute dans l'eau le plus proche possible du cor, le récupère puis va se tenir à un anneau d'amarrage après quoi il tente de lancer le cor vers l'aristacrate si le gars à suivi. Sinon... Euh...


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 04 Juin 2019 à 21h22 par Phineas
Quote Post
 
Oeil de l'Ombre
Chambre 8
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Feihong

L'eau glacée submergea ses sens. C'était la baie d'un port, et cela ne sentait pas vraiment la même chose que les rives clapotantes d'une plage. L'eau était salée, certes, mais aussi un peu nauséabonde, et là ou la profondeur allait progressivement au bord du sable, là, la profondeur plongeait soudainement à plus de dix mètres. Avec une certaine terreur, le moine se rendit compte qu'il ne voyait pas grand chose. L'onde qui avait pulvérisé une partie des pantins avait répandue tant de vase et de sciure en suspension qu'on y voyait guère à plus d'un mètre devant soi.

Tentant de se repérer, le moine se concentrait sur les mouvements de l'eau. Mais il était loin, très loin de son environnement habituel. Se concentrant pour garder son cap et retrouver le cadavre qui sombrait, il senti soudain quelque chose tenter de l'agripper. Heureusement, ses réflexes le sauvèrent. Il agita la jambe et ce qui n'était autre que le bras encore agressif de l'un des pantin désormais inerte, s'envola derrière lui. Il sentit un peu plus loin passer l'un des marin qui remontait à grand coup de bras faire la surface en trainant un milicien derrière lui.

Enfin, en moins de temps qu'il ne l'aurait cru vu la situation, il avisa les volutes carmines un peu plus loin, et découvrit les restes ensanglantés de l'enseigne Roedrig. Rapidement, il détacha le cor de sa taille et remonta à la surface, plus sale que depuis longtemps. Réussissant sans mal à s'agripper, en imitant les marins autour de lui, il s'arrêta un instant sur ses genoux, l’expérience l'ayant plus fatigué qu'il ne le croyait. En se relevant, il constata que l'officier n'était pas là. Soudain il entendit :


- Eh ! Vous ! Soufflez quatre fois dans le cor !

L'aristocrate était affairé à l'autre bout du champ de désolation, tentant de coordonner ses dernières troupes pour disperser le reste de foule afin que les renforts puissent arriver plus promptement.

Feihong souffla.



Tous

Le cor retentit plus puissamment que le moine ne s'y attendait. Quoique ses notes ne soient pas parfaites, ses coups étaient suffisamment clairs pour faire comprendre l'intention. Intention que, d'ailleurs, il ne comprenait pas lui même. Une sorte de silence se fit autour de lui et, en vérité, il lui semblait même que le silence se faisait dans toute la ville quand il eut terminé.

Dans la baie, un premier navire plus rapide, s'approcha encore. Il ne devait guère dépasser les quarante mètres de long et assumait une évidente ancienneté. Ses voiles blanches arboraient des étoiles bleues. Lorsque le cor sonna, il ralenti rapidement, et deux lourdes ancres furent jetées à terre.

L'autre vaisseau était d'une autre envergure. Dépassant apparemment les cinquante mètres, plus large et arborant un mat supplémentaire, en faisant un trois mats, il semblait autrement plus récent, son profil et la forme de ses voiles indiquait une technologie plus récente. Il s'arrêta un peu plus loin mais sa masse gigantesque interdirait désormais à n'importe quel navire de quitter le port. Quatre coup de cors venu de ce navire retentirent au réponse à ceux lancés sur le port, et l’œil aiguisé vis des balistes êtres avancées sur le pont après que les quatre ancres du galion aient été larguées.

Au bout de la jetée, les renforts Pourpres peinaient à avancer à travers la foule. Ils rechignaient de toute évidence à blesser la population, et restait pour l'instant en formation de défense, avançant lentement alors que les suzailiotes terrorisés passaient autour d'eux.


Zaxiah

[i]Reprenant difficilement ses esprits, la Grimaldius se redressait alors que le nain allait aider d'autres soldats à se relever. De toute évidence, il avait une certaine capacité à rendre une certain consistance morale aux hommes. Pendant qu'elle observait, l'officier en charge tentait de mettre de l'ordre dans la situation avec une relative, quoique réelle, efficacité.

On compris vite que personne, les soldats en premier, ne s'attendaient à ce qu'un tel évènement puisse se produire au cœur même du Royaume. Si bien que, même si ils étaient préparés et disciplinés, le tout était critique.

L'arrivée des navires et leur stationnement à l'appel du cor avait cela dit quelque chose de rassurant. Au même titre que la puissance de l'instrument qui avait dû avertir toute la ville du danger, si ce n'était pas encore fait.
Soudain, l'officier apparut dans la poussière autour de la sorcière. Il criait à l'un de ses subordonnés un peu plus loin.


- Raphael ! On a des nouvelles de l'Académie !

- Aucune Monsieur !

- Bordel... Que foutent les mages, ils devraient déjà être là... dit il pour lui même, plus inquiet qu'en colère. Il siffla dans ses doigts, Bergram, Antonin, prenez deux hommes chacun, et réquisitionnez des marins pour ouvrir la voie aux Pourpres !

Il s'arrêta un instant et toussa.

Lancers...


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Vendredi 14 Juin 2019 à 14h23 par Khelrod
Quote Post
 
 

Alors qu’il passa la frontière entre l’air et l’eau puis s’enfonça sous la surface, son corps et ses sens indiquèrent au moine du chaos une chose qu’il n’avait pas anticipée : le milieu aquatique n’était clairement pas le sien… D’autant plus après une explosion si proche d’un quai… Le choc thermique, les odeurs nauséabondes et la visibilité presque nulle eurent, l’espace d’un instant, le dessus sur sa résolution, résultant en un sentiment de panique. Fort heureusement pour lui, Feihong avait subi un entrainement extrêmement rigoureux et se reprit la seconde d’après.

¤ Qu’on en finisse, et vite ! ¤

Même si la frayeur était passée, il n’en demeurait pas moins que le milieu dans lequel il se trouvait ne lui plaisait pas. Il lui plaisait encore moins que ce qu’il aurait pu imaginer. Il fallait qu’il se dépêche d’aller chercher le cor et de passer à la suite. Plus vite il serait hors de l’eau, plus vite il se sentirait mieux. S’il avait été surpris par ce qui avait tenté de l’agripper, ses réflexes lui permirent de s’en débarrasser rapidement et aisément, aussi il ne fut que légèrement perturbé dans son périple. Agitant encore une fois la jambe pour s’assurer que la chose avait lâché prise, il se dirigea tant bien que mal vers l’enseigne décédé et très rapidement repéra le sang qui lui permit de se diriger vers sa cible et ainsi achever son périple sous-marin en ayant récupéré l’objet de son « plongeon ». Une fois à la surface, il se sentit légèrement mieux, bien que l’odeur lui semblait encore plus forte. Alors qu’il s’accrochait à un anneau d’amarrage il entendit une voix lui indiquer ce qu’il convenait de faire avec l’instrument.

Là, dans cette puanteur de port et de mort, au milieu du sang et des petits morceaux de cervelle, il parvint difficilement à retenir un haut le cœur. Il n’était vraiment pas là où il aurait dû être. Constatant que l’aristocrate ne l’avait pas suivi, et probablement pas entendu, il fit le vide dans esprit pour évacuer toute distraction, et surtout le dégout puis il exécuta la séquence qu’on lui avait indiquée : il souffla quatre fois dans le cor.

Le disciple du chaos fut lui-même surpris par le son qu’il entendit. Plus encore, il fut surpris et même impressionné par le silence qui s’ensuivit. Silence si lourd qu’il avait l’impression que plus une seule âme en ville n’osait respirer. Il resta ainsi immobile et ébahi pendant quelques secondes, le temps de voir le début des manœuvres du trois mâts qui venait d’interdire toute sortie du port à un quelconque navire. Et alors qu’il s’apprêtait à se diriger vers le navire shou duquel se déversaient les hordes de golems de bois, il entendit quatre nouveaux coups de cor, venant du galion sur lequel les balistes avançaient à mesure que les ancres tombaient. C’est alors que tout sembla revenir à la normale, les Dragons Pourpres et les orques tentant tant bien que mal de percer une foule de badauds effrayés (à juste titre) sans les blesser, ralentissant ainsi considérablement leur progression.

Il avisa alors l’un des marins ou des gardes proche de lui en lui lançant le cor.


- Tenez. Ramenez ça à terre. Ca peut toujours servir.

Se focalisant de nouveau sur la corde qui lui permettrait de monter à bord, il se dirigea tant bien que mal à la nage vers le navire de ses compatriotes.

¤ C’est maintenant. ¤

Et alors qu’il progressait vers le bateau, faisant de son mieux pour ignorer le froid et les odeurs nauséabondes, il se répétait son plan, comme si cela pouvait lui permettre d’en relever d’éventuelles failles, et comme si se concentrer sur son objectif lui permettait de faire abstraction de tout le reste.

¤ Infiltration. Tu montes par la corde en toute discrétion. Repérage. Tu observes ce qui se trouve à l’intérieur avant d’agir, quelles que soient tes possibilités, le but étant d’avoir l’avantage. Diversion. Le but est de faciliter la tâche des Pourpres, rien d’autres. Pas d’engagement direct avec des créatures si nombreuses et contre lesquelles tes poings ne semblent pas pouvoir grand-chose. Pour le reste, sois créatif. ¤

Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’il allait commencer à grimper à la corde.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 10 Juillet 2019 à 11h43 par Ashura
Quote Post
 
 

Le corps meurtri de l’intérieur, comme opprimée par une douloureuse crispation, la sorcière luttait contre la pulsation sourde qui lui martelait le crâne. Elle tentait de décrypter la nature de l’impulsion magique et sonore qui avait violemment balayé le port de Suzail. Bien qu’une intuition se fût logée en son esprit, elle ne savait pas exactement qui osait troubler la paix de la dynastie Obarskyr. Avec un juron inarticulé, elle se redressa douloureusement, le regard passant du navire aux citoyens désorganisés.

A travers la poussière et le chaos environnant, elle déclama un nouveau discours paré du gracieux accent guerrier, défenseur de la veuve et de l’orphelin, évoquant la nécessité d’une riposte. Elle relayait la volonté de l’officier afin que les marins assistent la garde pourpre. Il fallait renverser le rapport des forces en vue d’opérer une percée vers le navire ennemi. Elle se fit forte de paraître un rempart lucide dans une atmosphère fiévreuse et hostile, invitant avec détermination les survivants à repousser les assaillants qui marchaient résolus, nuisibles et acharnés contre leur patrie.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Dimanche 21 Juillet 2019 à 21h27 par Virgile
Quote Post
 
Habitant des Royaumes
Chambre 27
5 gemmes
Haut
Bas
 
 

Pour une fois, Skappin avait un plan.
Inutile, sans doute. Voué à l'échec, probablement. Mais elle s'était lancé ce petit défit de subtiliser quelquechose à Sylcraës , et comptait bien s'y atteler.
Elle eut un dernier regard vers Lysandra quand cette dernière les distança après être monté sur son cheval.

¤ A très bientôt toi... ¤


Skappin suivait docilement ses compagnons tout en cherchant un sens aux propos du capitaine quand le cor retenti. Bien qu'ignare en la matière, sa puissance et son ton auraient suffit à la roublarde pour comprendre qu'un évènement hors norme venait d'arriver. Mais l'inquiétude du demi-elfe, d'habitude nonchalant, fini de la convaincre que quelquechose de grave se passait à l'intérrieur de Suzail même.
Voyant les deux marins partir en courant, elle leur emboîta le pas.

¤ Ca sent le chaos. Faut pas que je rate ça. Rahhh ¤

hrp.gif Ambiance

En sueur, Skappin arriva aux abords du quai. Déjà, Sylcraës et Salmane  fendaient la foule et jouaient du coude pour rejoindre le chasse-rêve. Lysandra, qui les avait largement devancé était invisible.
Par contre un énorme navire battant pavillon inconnu dégueulant des soldat de bois sur quelques gardes au bord de la rupture était lui immanquable. Il fallait agir. Le désordre autour d'elle était total.

¤ Il va falloir user de magie. Nova n'est pas taillée pour ça. ¤

Sans réfléchir davantage, la changeline profita de la pagaille. S'engouffrant dans une ruelle entre deux bâtiments, elle s'abrita derrière des caisses de chargements vides, et fouilla frénétiquement dans son havresac. Au point d'y mettre la tête entière. Du moins, c'est ce qu'elle voulait faire croire pour qui l'observerai.
Usant de sa nature, elle changea ses traits du visage, et modifia de deux tons la couleur de sa chevelure. Relevant la tête, elle noua ses cheveux en un chignon pratique. Elle ôta ses quelques ornements et les jeta au fond du sac, du quel elle sorti tout de même sa dague pour la mettre à la ceinture.

Tout en ressortant de la ruelle elle vérifia la présence de composants dans les poches des vêtements de Nova.


Ingrid Sanvala
Entre les passants hagards cherchant à fuir la place, et les soldat cherchant à rejoindre le cœur de l'action surgit Ingrid. Insensible au chaos qui régnait autour d'elle, tout juste si les coups d'épaules de la populace qui la frôlait semblaient perturber sa concentration. Observant attentivement l'arrivée des bateau de la marine en renfort, elle constata que le rapport de force n'avait guère changé durant son absence.
Sans se presser mais de manière déterminée, elle entrepris de remonter la foule à contre courant par le centre au grée des groupes de Pourpres qui créaient par moment des passages.





--------------------
Ingrid ne semblait pas aimable, ni avenante. Mais peu importe, elle ne comptait pas sur ces atouts pour se faire respecter.


¤ Alors alors.. Qui joue à quoi dans le coin ? De qui faut-il se faire remarquer ? Qui faut-il abattre ? ¤

La roublarde n'avait pas l'intention d'aller jusqu'au bateau couper du petit bois. Un sort était à l’œuvre, et il n'était pas impossible que le responsable observe son travail depuis le quai ou les bâtiments.
Mettant en pratique ses talents de magescroc, elle tenta de détecter si quelqu'un usait de magie sur les pantins.




hrp.gif Skappin utilise "détection de la magie" pour voir si quelqu'un à l'extérieur du bateau use de magie qui bénéficierai aux pantins.
A défaut, elle se dirige vers ce qui lui semble être le l'endroit d'où la contre-offensive est organisée.



Sorts par jours : 3/0 + 1 (Sort Bonus CHA)
Sorts lancés : 0/0
user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Jeudi 25 Juillet 2019 à 11h09 par Phineas
Quote Post
 
Oeil de l'Ombre
Chambre 8
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Skäppin

Alors que Skäppin se séparait des deux marins elle entendu ce qu'ils se disaient en écartant la foule vers leur navire.

- On va partir comme ça cap'taine ?

- Certainement pas.

Et ils disparurent de sa vue.

Bientôt, et sans que personne ne l'ait remarqué, elle avait changé de visage. La ligne qu'avait dû former la garde civile pour empêcher les badauds de se mettre en danger était maintenant un lointain souvenir rappelé par des boucliers et des lances abandonnés ci et là alors que les soldats se pressaient pour aider leurs collègues à sortir de l'eau.

C'était un bordel sans nom. Elle mit du temps pour rassembler ce qu'elle pensait comprendre du puzzle qu'elle avait devant elle. Ce qui ne pouvait être que des marins, vu leur carrures et leur agilité à gravir les cordes jetés le long du quais pour les faire remonter, sortait de l'eau des soldats qui y était tombés. Elle compris à entendre ce qui se disait que les soldats de bois avait pousser les hommes de la Couronne à l'eau.

Derrière le gigantesque bateau, deux lourds navire de la flotte cormyrienne stationnait, pour l'instant inopérant malgré le fait que l'on s'agitait sur les ponts supérieurs. Sur le grand bateau en lui même, c'était une vrai fourmilière, quoique sa hauteur empêcha d'y comprendre quoique ce soit.

Comme une bouche béante, le bateau était ouvert sous la proue, d'où dégueulait des troupes d'hommes de bois dont le nombre semblait infini.

Pourtant, elle compris vite, qu'apparemment, les shous qui avaient amené le navire marchand se disait innocents de l'attaque. Quelques uns d'entre eux, dont le capitaine, était sous bonne garde sur le quai.

Le plus étonnant restait la force de défense principale. Une dizaine de Dragons Pourpres, muraille d'acier rouge, tentaient d'enfoncer les lignes adverses, avec un succès relatif mais évident. Et il était aider en cela par trois colosses, trois orques arborant les mêmes tenues que les marins shous au sol, qui les poussaient dans le dos, les empêchant de reculer.

Alors qu'elle se faufilait parmi la foule, au loin, elle reconnu la voix de Sylcraës, sur un ton bien différent que ce qu'elle avait entendu jusqu'ici. Puissant, autoritaire, strict, sans un brin de séduction dans la voix. Le Chasse-Rêve, quoique n'y étant pas accolé, était le premier navire à droite de l'immense bâtiment shou.


- Remontez l'ancre ! Manœuvre de sortie d'urgence ! Madame Filaë, montez sur votre vigie ! Messieurs Rurik et Palmore, aux voiles ! Monsieur Salmane, faites moi hurler ces avirons ! Mada...

Elle perdu le reste des ordres alors qu'elles s'approchaient de ceux qui semblaient être le cœur de la débandade. Un humain, de toute évidence l'officier en charge, avait maintenant abandonné cape et tout ce qui pourrait le gêner dans ses mouvements. Non loin, un nain semblait diriger une troupe de civil volontaire et avoir un ascendant certains sur tout ce qui n'était pas militaire. Une femme d'une beauté et d'un charisme sans commune mesure haranguait les soldats.

Sa détection de la magie ne remarqua rien d'utile autour d'elle.




Tous

Cela faisait déjà près de vingt minutes pour Feihong et Zaxiah, qu'ils étaient désormais plongé de tout leur esprit et de tout leur corps dans le chaos de la bataille. Les harangues de la sorcière étaient efficace, et elle sentait que, ça y est, elle commençait à exister dans la noblesse d'épée de Suzail. Là où l'officier en charge l'avait presque insulté au départ, ce n'était maintenant plus le cas. Alors qu'il se chargeait de l'opérationnel, il avait bien compris que les mots de la jeune femme pouvait régénérer ses hommes. C'est donc dans un accord tacite qu'ils jouaient la même partition.

Le moine, après avoir joué du cor, avait suivi les instructions et aidé ci et là comme il le pouvait. Il se rendit vite compte qu'il n'était pas le seul civil à agir. Un nain aussi impressionnant de force que d'autorité dirigeait d'une main de fer une troupe de malabars à la peau tanné par le feu des forges et le soleil marin. Il l'avait vu faire exploser le tronc de l'un des pantin de bois d'un seul coup de son lourd marteau d'artisan. Feihong avait aidé à remonter les soldats et trainé des civils hors de danger. Ce faisant, il avait constaté que la journée serait probablement fructueuse pour les croquemorts.

Tous ne pouvaient que garder un œil sur le commando hétéroclite qui seul désormais empêchait le navire de dégueuler un nombre inconnu, si il était fini, de pantins agressifs sur le port. Mais ils ne pourraient pas tenir longtemps, et déjà on comptait des pertes dans cette compagnie qui se réduisait peu à peu à peau de chagrin. Heureusement enfin, les renforts arrivèrent. Peu, mais comme certains civils qui venaient prêter mains forte quelques pourpres, une dizaine, réussi à passer la fouille encore grouillante. C'était peu, mais cela suffit pour relever ceux qui servaient de remparts. Orques comme humains accueillir la relève avec des hourra rendu faibles par la douleur.

Soudain, celui que Zaxiah savait désormais être Helmig Chardon, un prénom inconnu, ce qui lui fit supposer qu'il était un noble d'épée plus que de cours, probablement le plus compétent en l’occurrence, appela le capitaine du navire et le commandant des Pourpres venant d'être relevé. Et avec une certaine surprise, il appela aussi la sorcière et le moine à les rejoindre. Une femme à la peau d'un noir exotique les rejoint quelques secondes plus tard non sans faire soulever un sourcil à l'officier en charge :


- Lysandra, c'est ça ? Vous servez la Marquise de Sarrière non ?

- En effet, répondit elle en croisant ses mains derrière son dos.

- Vous êtes peut-être en mesure de me dire comment le Conseil à put rater un truc pareil, et pourquoi ils sont pas encore apparu devant moi ?

- Ma Dame a été appelé en début de décade pour une mission d'imp...

- Plus importante qu'éviter la destruction de la ville ?!coupa Helmig, le rouge lui montant aux joues, bah ! Ca n'empêche pas qu'il doit y avoir d'autres problèmes, on a pas de nouvelles ni de l'Académie, ni du Conseil, et je ne vois pas de Mages dans les troupes de renforts bloquées là bas...

Pendant que Lysandra restait stoïque, n'aillant rien à répondre de plus, l'officier repris.

- Bon, on va devoir se débrouiller seuls. La force brute ne marchera pas Anselme.

- J'en doute oui, répondit le commandant Pourpre dont le visage était tuméfié et l'armure poisseuse du sang qui coulait de son arcade et de sa joue.

- Vous deux, j'ai l'impression que vous êtes de ces individus doués de capacités paramilitaires utiles. Vous avez une idée ? Ceux qui ont pondus cette attaque ne sont pas cons, ils ont choisi le bon jour. Une partie des troupes locales sont en manœuvres à plus d'un jour de marche. Et ils ont pris votre équipage en otage capitaine ?..

- Fa Zeong-Uh. En effet, l'ennemi est rusé.

- Ouais. Et ni Sa Majesté, ni l'Empereur ne voudraient que des shous meurent dans notre port. La marine ne peut donc pas prendre le navire d'assaut tant que l'équipage est à bord du bao.

- Il faut que quelqu'un réussisse à entrer dans le navire pour découvrir ce que nous affrontons, dit Lysandra.

- Je sais ! Mais faut trouver comment. Les eaux vont bientôt êtres infestés de ces tas de sciure, même si les marins balançaient des cordes de là haut, ce serait du suicide d'aller les attraper... Qui a des idées ?


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Jeudi 08 Août 2019 à 22h21 par Virgile
Quote Post
 
Habitant des Royaumes
Chambre 27
5 gemmes
Haut
Bas
 
 

Alors qu'elle s'approchait du cercle réduit de ceux qui semblaient en état de réfléchir, Skappin ne pu que constater l'immense bordel qui régnait sur le quai. Impossible de poser les yeux à un endroit où il n'y avait pas un blessé. Pour sûr, le coin était dangereux. Mais il avait pour avantage de lui laisser toute liberté pour exprimer sa fourberie.

Alors qu'elle était à portée de voix du groupe, elle écouta avec intérêt l'échange entre le pourpre et Lysandra.

¤ Ainsi te revoilà.. Surveille tes arrières ma jolie. Il n'y a pas que les pantins dont tu doives te méfier..¤

Skappin avait décidé de ne pas faire dans la finesse aujourd'hui. En reconnaissant l'époustouflante noble qui avait harangué la foule lors de la vente aux enchères, contrant la tirade de Sylcraës, elle se souvint s'être maudite d'avoir été si timorée. Autour d'elle, d'autres personnes semblaient aussi tirer leurs épingle du jeu, travaillant avec plus ou moins d'efficacité à repousser les bouts de bois.
Mais pour l'instant, personne ne semblait avoir la clefs.


Ingrid Sanvala
Passant a côté de deux blessés assis et prostrés par terre, se tenant l'un à l'autre, elle leur aboya dessus sans aucune autre forme de procès :
- QU'EST-CE QUE VOUS FOUTEZ ?!
Si vous pouvez pas aidez, TIREZ VOUS ! Qu'on ai pas à vous gérer en plus des patins ! rajouta-t-elle après qu'ils aient sursauté.

Les laissant à leur sort, elle rejoint le groupe qui discutait de la stratégie à mener, et entra dans le vif du sujet sans se présenter.

- Bon alors, si vous décidez pas vite quoi faire, il y en a qui vont pas attendre longtemps avant de faire des conneries. Personnellement, avant de vous entendre j'aurai déjà mis le feu au bateau si j'en avait la capacité.
C'est vous qui coordonnez ce merdier ? Avec tout ces rafiots, pas un est foutu de se lancer à l'abordage et d'envoyer des hommes sur le pont ? Ne serai-ce que pour diviser l'ennemi.
Je veux dire, si vous êtes décidé à y rentrer, faut y aller quoi!
Je maîtrise un peu la télépathie, mais pas suffisamment pour communiquer avec ces bateaux. Ou alors faut se rapprocher.
C'est pas possible qu'aucun de ces navires n'ai les moyen d'aborder! J'ai même vu passer le chasse-rêve.

Devant l'étonnement général, Ingrid s'arrêta de parler. Un quart de seconde, tout au plus.

- BEN QUOI ?! On va pas passez une heure a faire des ronds de jambes, à se présenter, et à se demander où sont les renforts ?! Appelez moi Madame, ça ira très bien pour l'instant.

Résumons, je ne sais pas geler l'eau, je ne sais pas me téléporter, je ne sais pas voler. Quelqu'un peut être ??
Du coup, faute de mieux, si vous me cherchez je vais à la seule entrée connue. Je vais tenter de créer une ouverture, pour information.

Mais je promet rien, rajouta-t-elle en tournant déjà les talons.


--------------------
Ingrid ne semblait pas aimable, ni avenante. Mais peu importe, elle ne comptait pas sur ces atouts pour se faire respecter.

hrp.gif Si personne ne la retient, elle se dirige vers le Bao, avec l'intention de placer le sort "couleur dansantes" sur le flot de pantins qui sort du bateau. (A voir comment, pour ne pas prendre les pourpres dans le cône, ce qui peut faire l'objet d'un prochain post).



Sorts par jours : 3/0 + 1 (Sort Bonus CHA)
Sorts lancés : 0/0
user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 20 Août 2019 à 22h20 par Schninkel
Quote Post
 
 

Les forêts et les chasses lui manquaient, mais la ville avait l’avantage d’offrir bien plus de surprise.

Mû par une sorte d’instinct et une ouïe fine, le Hin au faciès blafard poursuivit sa route vers le port de Suzail attiré par une rumeur grandissante. Le chemin devenait de moins en moins fréquenté et plus hanté que jamais. On n’y croyait pas et pourtant le prestigieux royaume semblait être attaqué directement en sa capitale. Accroupi sur la toiture d’une masure isolée, à l’ombre d’une cheminée. Mi’im jetait sans cesse des regards en arrière et observait avec une grande attention le chaos qui s’agitait sur les quais. Certains criaient, bondissaient et brandissaient leurs armes avec frénésie et agressivité, pensant faire front aux envahisseurs. Ceux-ci étaient de drôles de pantins doués de conscience. Des marionnettes, des automates, ou le fruit d’une invocation quelconque.

Le petit être haut perché grinça nerveusement des dents, redoutant naturellement ce qu’il ne pouvait pas chasser. Alors il profita de sa situation pour continuer d’observer les citadins qui peinaient à s’organiser face à cette soudaine menace.



"En observant vos ennemis sous un millier d’angles, vous trouverez mille manières de les tuer."

user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (2) 1 [2]  Reply to this topicStart new topicStart Poll