Quel est votre nom, voyageur ?
Flammerige (VII) 1373, 2ᵉ chevauchée
   

Pages : (2) 1 [2]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Chapitre III, Verset 1 : Sous l'ombre du Serpent, Varnas et la Goualeuse
écrit le : Jeudi 06 Janvier 2022 à 13h23 par Thojan
Quote Post
 
 

Si Varnas fut surpris de voir un de ces reptiliens reconnaître le Shou, il le fut encore davantage en l'entendant s'exprimer en Chondathan. Ce langage était sans doute le plus répandu dans le Mitan de Faerûn, après le Commun qui en était la version simplifiée et quasi universelle. Sans être capable de disserter dans cet idiome, le rôdeur comprit qu'on l'interrogeait sur ses liens avec la jeune femme et sa capacité à parler le Shou. Il mixa donc, dans sa réponse, des éléments fleuris du langage raffiné de Kara-Tur, et des explications beaucoup plus prosaïques en Commun. L'idée était avant tout de se faire comprendre et de se vouloir rassurant.

.

– Je connais le Shou et les Shou. J'ai vécu dans leur pays pendant longtemps. Je suis venu avec Colombe —il pointa la Goualeuse du pouce— dans des bateaux depuis Faerûn, la terre de l'autre côté de l'océan, du côté du soleil levant.

Cette évocation fit naître un léger sourire sur le visage tanné du vétéran. Même dans sa nation natale de Tesk, qu'ironiquement bien des faerûniens décrivaient déjà comme faisant partie de "l'inaccessible orient", les intrépides voyageurs ayant parcouru Kara-Tur faisaient sensation. Certains pensaient même que le soleil naissait à l'est chaque matin, mais Varnas avait vu que même en dépassant cent horizons, le petit comique apparaissait toujours plus loin. Que devaient penser ces autochtones d'Anchorôme face à la perspective de traverser l'océan pour rejoindre le "continent du soleil levant" ?

¤ Ils en ont sans doute rien à foutre. Sont trop occupés à devoir fuir les ours géants, par ici… ¤

, .

– C'est ma copine. On est Sym-Pa.


 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Vendredi 07 Janvier 2022 à 15h27 par La Goualeuse
Quote Post
 
 

Sans surprise, le vieux loup ne suivit pas ses conseils et baragouina dans une langue inconnue quelques mielleuses paroles sans se départir de ses armes. Quoi qu'il eût dit, il ne semblait pas avoir aggravé sa situation. La jeune femme cacha son agacement sous un sourire tranquille.

*Cette tête de mule comprendra quand il sera devant Kata-Ha ! Quoique... Il serait bien capable de lui servir ses pitreries.*

L'idée la terrifiait par avance... Ainsi, ce fut avec un soulagement non feint qu'elle accueillit le sémillant Sooskwit, écartant les bras en signe réciproque de confiance.

- Cet homme s'appelle Varnas, c'est un guerrier, déclara-t-elle en guise de préambule, sur le ton de la franchise. Je suppose qu'il est parti à notre recherche... Les miens devaient être inquiets.

Elle s'expliquait mal, en effet, la présence de son compagnon sur cette partie de l'île. Son sens de l'orientation était peu aiguisé, mais elle était à peu près certaines que l'escouade était partie dans une région diamétralement opposée à celle-ci.

- Voici Sooskwit, un Sage du village, expliqua-t-elle à Varnas, dont la mine circonspecte laissait deviner qu'il n'avait pas compris le vénérable saurien. Il s'étonne que tu parles la langue des "Gueules de démon" et demande des explications. Moi aussi, d'ailleurs...

Hélas, La Goualeuse ne put comprendre que la moitié de la réponse de son "copain". Elle espérait que les paroles parfois simplistes qu'il avait formulées en commun était la traduction de celles qui précédaient, sans oser y croire tout à fait. Le truculent personnage était aussi fanfaron que retors, elle l'appréciait sans pouvoir encore s'y fier. Jouant les interprètes, elle traduisit aussi fidèlement que possible.

- Qu'est-ce qui attend mon ami ? s'enquit-elle, pragmatique, estimant qu'il était préférable de ne pas laisser au bonimenteur l'occasion de se lancer dans une de ses innombrables affabulations.



Tous recherchent l'aventure... Moi, c'est elle qui m'a trouvée.
 
 
   Top
PM
écrit le : Vendredi 14 Janvier 2022 à 17h43 par Phineas
Quote Post
 
Façonneur de Montagnes
Chambre 5
3 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

- Royz, doyz ! Eznoz... Pal tuo kåo mywomy !

Sooskwit paraissait toujours joyeux, mais l'aura de respect qui l'entourait, malgré sa petite taille et son peu de potentiel guerrier, en disait probablement long sur son importance dans l'organigramme local. Et n'augurait rien de certain quand il disait ce genre de choses.

Il fit signe à l'elfe qui comprenait un temps soit peu les langages orientaux pour qu'il lui traduise ce que Varnas venait de dire. La configuration si particulière que prenait le shou lorsqu'il s'agissait de donner des salutations rendait probablement la compréhension relativement simple, même si l'elfe ne maîtrisait que très relativement l'idiome.

Le petit et vieux homme-lézard regarda Varnas, amusé.


- Tå wpydwpyl wuttyzf naody my zuål atol, jyfofy SazlTufyt, få al fduåvy fa nawuz.

Il associa ses étranges paroles en pointant Varnas de son bâton qui, par ailleurs, n'avait pas probablement saisi tout à fait les mots du sage. Il laissa le soin à Mesalyne de traduire avant de continuer. Pendant ce temps, il se tourna vers l'officier lézard et lui demanda quelque chose. Celui-ci acquiesça de la tête, et hormis l'elfe, tous les guerriers repartir vers la ville.

Il y avait probablement pour Varnas une étrange et désagréable impression d'être dépossédé de ses choix. Lui comme Mesalyne le savait : malgré l'apparente hospitalité des lézards et de leurs protégés humains et elfes, ils présentaient un intérêt pour eux et inversement. A ceci prêt, que dans le jeu des influences, pour le moment, leurs hôtes avaient très clairement la haute main, et si la partie de bougeaient pas, finiraient certainement par remporter la part léonine.

Néanmoins, si ils restaient dans le flou de leur propre utilité, la scène leur prouvait également que celle-ci existait. Dans la grande partie d'échecs - ou peut-être de Shoji - que semblait être la politique interne du continent, ils étaient un facteur exotique, pour l'instant neutre, et donc puissant. Kara-Tur, les restes de la première expédition, les mots de Balduran qui racontait un ennemi pour l'instant invisible... et Varnas lui pouvait rajouter la faune gargantuesque et l'évidente influence que semblait exercer les hommes-cerfs, sans vraiment savoir pourquoi.

Restait à savoir si ils allaient être en mesure de profiter de ce statut. En attendant, Sooskwit leur fit signe de le suivre.

Varnas pouvait donc découvrir la situation. Visiblement, et sa compagne lui confirmerait certainement, des humains (essentiellement hors de la ville de pierre) et quelques elfes, étaient réfugiés sous la protection de la ville de pierre des hommes-lézards au bout de la route. Derrière les murailles de pierres basses, sur l'île au milieu de la rivière flottait, contre toute règle commune de la réalité, un gigantesque cube de pierre. Ici aussi, l'utilisation du bois était réduite à un stricte minimum et la pierre, l'acier, l'argile et d'autres matériaux lui était préféré.

Les réfugiés n'étaient pas la depuis si longtemps, mais pas d'hier non plus. L'œil aiguisé du vieux briscard le lui disait. Les huttes et maisons étaient d'architecture trop complexe, leurs habitants s'était suffisamment stabilisés dans leur quotidien pour penser au confort avant la survie. Si l'incendie qu'il avait observé était bien ce qui les avaient fait fuir, celui ci ne devait guère dater de plus d'une année. Mais une année tout de même.

Pour la Goualeuse, ce nouveau tour du patelin était l'occasion d'examiner à nouveau le village et ses habitants à l'aune des dernières informations qu'elle avait accumulé. Ci et là, elle décelait désormais de petits talisman comme le sien. Moins ornés, plus simples souvent, ils figurait souvent une tortue ou un bison, ci et là un loup et assez régulièrement un ours. Même chez les réfugiés, le serpent également avait ses protégés. Sa compréhension de plus en plus aiguisé de ce qu'il se passait ici, malgré le peu de temps qu'elle y avait passait confirma une impression qu'elle avait vu en arrivant : les sauriens avaient accueillis les réfugiés... mais ces derniers n'étaient très probablement pas au même niveau social que leurs sauveurs.

Sooskwit sifflotait, étrangement. Ils s'arrêtèrent non loin des murailles, au bord d'un canal qui alimentait les champs circulaires un peu plus loin. Ils attendirent quelques temps, sans trop savoir pour quoi. Les deux pouvaient poser des questions, auxquelles le sage et l'elfe pourrait éventuellement répondre.

Et puis, après quelques temps, une silhouette aux écailles rouges surgit dans leur champ de vision. Ou plutôt deux. Puisque l'officier saurien qui avait arrêté Varnas, lui aussi écarlate, l'accompagnait. La Goualeuse reconnue la ministre qui l'avait introduit devant le chef.

Une fois arrivée, elle les ignora et écouta Sooskwit. Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle tourna les yeux vers Varnas. Et via le Sage, puis via la Goualeuse, le rôdeur reçu cette question :


- Que savez vous des Shous ?



Voyons voyons mon jeune ami, vous croyez vraiment que les montagnes grandissent seules ?
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Dimanche 16 Janvier 2022 à 18h11 par La Goualeuse
Quote Post
 
 

Peu rassurée par la réponse du petit saurien, la jeune femme tourna des yeux lourds d'inquiétude sur son sémillant compagnon.

- Ton sort n'est pas encore fixé, ce n'est pas bon signe, annonça-t-elle sans ménagement. Que tu parles le Shou semble te rendre... intéressant, mais j'ai dû mal à déterminer si c'est un bien ou un mal.

Les paroles de Sooskwit pouvaient s'interpréter de multiples manières... Et si elle pouvait se réjouir de rester dans les bonnes grâces du vieux sage, elle sortait de ce dernier échange avec la désagréable impression d'avoir les mains sales. Avait-elle offert Varnas en pâture à ses hôtes ?

*Fier comme un coq !* soupira-t-elle en détournant le regard de l'incorrigible bravache, dont elle préférait ne pas voir le petit air narquois alors que les gardes s'éloignaient.

Quelques minutes plus tard, ils se mettaient à leur tour en marche vers le village. Elle s'empressa de chuchoter :


- N'en dis pas trop. L'information est notre meilleure monnaie d'échange.

Chemin faisant, elle révéla à Varnas qu'elle et une petite escouade d'exploration dont elle avait pris la tête avaient été faits prisonniers à l'aube, alors qu'ils étaient sur le point de gagner Fort-Flamme. Ses talents de diplomate leur avaient gagné l'hospitalité des indigènes : elle était même "sous la carapace de la Tortue", entité protectrice nommée Miskwaadesi. Le gigantesque cube de pierre était en quelque sorte le palais du chef des lieux, un homme-lézard titanesque à l'âge vénérable, Katha-Ha, qu'elle évoqua d'une voix craintive et sur lequel elle n'osa s'attarder longtemps. Quant aux réfugiés, il s'agissait des rescapés d'une tribu auparavant ennemie des sauriens : celle-ci s'était attaquée aux Balduriens lorsqu'ils avaient incendié la forêt et avait été vaincue. La nature exacte des liens qui les unissait désormais à leurs hôtes n'était pas claire encore.

Cuzzaofdy syl Spuål ylfos åzy cuzzy wpuly, Suulrhof ? demanda l'aquafondienne, brisant le silence pour chasser la nervosité qui commençait à la gagner.

Quelques minutes plus tard, elle signalait à Varnas qu'il rencontrait là l'une des plus proches conseillères de Katha-Ha avant de lui traduire sa demande.



Tous recherchent l'aventure... Moi, c'est elle qui m'a trouvée.
 
 
   Top
PM
écrit le : Mardi 18 Janvier 2022 à 22h06 par Thojan
Quote Post
 
 

Il était singulier que Varnas utilisât des interprètes pour communiquer. C'était plus souvent lui qui endossait ce rôle grâce à ses talents de polyglotte et ses manières franches, mais il n'était pas pour autant ignorant de la diplomatie ou de la plus-value que pouvait notamment apporter Mesalyne si elle était bien considérée par les sauriens. Et puis, plus il y avait d'intermédiaires, plus on pouvait excuser une mécompréhension éventuelle… Varnas avait déjà vu ça…

Son arrivée impromptue dans ce cas semblait tomber sous le coup de sa mission. Il avait retrouvé un autre groupe d'exploration, donc son chemin, et des autochtones à amadouer et observer pour que l'expédition s'établisse au mieux. Baelnar serait content, et le vétéran appréciait un travail bien fait. Se rengorgeant à peine, il suivit sans histoires le petit groupe vers leur communauté.

Ce fut plus gravement qu'il écouta le récit de la Goualeuse, prenant note que les hommes-lézards semblaient opposés aux tribus de la forêt, et donc sans doute à celle qu'il avait rencontrée. Il ne devrait pas trop se vanter de les avoir fréquenté, si ce n'est pour souligner une intention de paix et neutralité de l'expédition. Il résuma rapidement ses propres aventures à sa partenaire, dans un commun simpliste: les deux humains n'avaient pas eu cours de langue ensemble.

Après avoir marché plusieurs jours, son groupe avait rencontré et sympathisé avec une tribu d'elfes barbus, dont un nain semblait le guide spirituel et rendait hommage à un esprit tortue. Un homme-cerf d'une autre tribu avait aussi été de la partie, et respecté par les premiers. Dans une partie de chasse impliquant un serpent géant, Varnas s'était retrouvé seul et avait marché pour retrouver la côte.

Il apprit ainsi qu'il se trouvait désormais au sud de leur point de débarquement, mais n'eut pas le temps d'échanger davantage, surtout au vu et sus des indigènes. Arrivé devant la rougeaude, il livra donc de bonne grâce certains détails de sa longue vie —pour un humain—, que sa compagne avait sans doute déjà subis pendant la traversée:


– J'ai beaucoup voyagé, dans beaucoup de pays. Je connais beaucoup de peuples et de langues. De l'autre côté de la mer et de Faerûn —il montra l'est—, la nation des shous est puissante et immense. Beaucoup de commerce, de guerriers, de magie, de savoir. J'ai vécu là-bas pendant de nombreuses années. Que voulez-vous savoir ? Des shous ont-ils traversé la mer ? Du côté du matin ou de la nuit ?

L'idée que les shous aient pu avoir fait le tour du monde et soit venus de l'ouest commençait à faire son chemin dans son esprit, mais cela paraissait tellement immense et inconnu que le rôdeur avait du mal à l'imaginer.


 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (2) 1 [2]  Reply to this topicStart new topicStart Poll