Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> 17 de Kythorn 1383, falaise côtière [Skäppin]
  Écrit le : Dimanche 10 Février 2019 à 18h47 par Phineas
Quote Post
 
Oeil de l'Ombre
Chambre 9
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Côte cormyrienne aux abords de la porte sud-ouest.
17 de Kythorn, 1383.
Temps étouffant.


Ci et là, toute la matinée, parmi d'autres informations, avaient été publiés les bans d'un duel. Au zénith, hors de la ville bien sûr, Sir Vandar Morler avait déclaré duel, au premier sang, au Capitaine Sylcraës du Chasse-Rêves. Est notifié les armes peu banales décidée pour ce duel : une paire de fourchettes à anguilles.

Skäppin savait déjà la nuit précédente où elle se dirigerait, et c'est sans doute avec une certaine bonne humeur que, en fin de matinée, elle se dirigea vers la porte annoncée dans les bancs.
Il était plus simple de passer de ce coté que par le nord. Probablement cette route devait elle être moins empruntée. Et puis, sortir d'une ville, c'était toujours plus simple d'y entrer. Elle n'eut qu'à suivre les ragots.

Avançant sur le bord de la route, par ailleurs bien entretenue, les joints entre les pavés les dissociant avec élégance, elle se rendit vite compte qu'une petite foule allait dans la même direction. Autour de Nova, on s'interrogeait là sur le mystérieux capitaine, là on n'en revenait pas qu'un simple marin puisse défier la noblesse. Une partie, apparemment issue de l'aristocratie arborait un sourire amusé en se moquant de "l'idiot des Morler", qui aurait mieux fait de resté caché dans la forêt. Globalement, il semblait cependant que la balance ne penche ni d'un côté, ni d'un autre. Mais que le spectacle promettait suffisamment pour attirer les foules. Elle put aussi comprendre que les duels ne devaient pas être une monnaie si courante.

Après un petit quart d'heure de marche quelque peu épuisant car le soleil était particulièrement agressif ce midi là, des aides du magistrat en charge du duel guidèrent cette foule vers le bord d'une falaise. Le paysage était vraiment beau, la mer azurée sous le soleil d'or aurait put être le théâtre d'une après midi idyllique, voir romantique. Mais l'heure n'était pas à ce genre de réjouissance. Une petite arène de corde d'environ cinq mètres carrés avait été dressée à quelques mètres du précipice. En cherchant son capitaine, elle put observer qu'une subtile mais strict séparation sociale s'orchestrait, comme la mise en œuvre du protocole. Une bonne majorité de la foule saluait avec plus ou moins d'insistance une minorité. Et à l'intérieur même de cette minorité, certains en saluaient d'autres avec des gestes de soumission. Hélas, un peu distraite par sa recherche de Sylcraës elle ne repéra que l'un des quelques uns semblant être au sommet de la chaîne nobiliaire à ce moment. Un vieil homme, assis sur un tronc d'arbre abattu probablement laissé là à dessein pour permettre aux voyageurs de se reposer. Il portait un ensemble bleu et argent datant probablement d'une autre époque, d'une autre mode, mais encore élégante. Il avait les cicatrices de l'ancien soldat, et les nobles semblaient lui accorder une sorte de déférence affectueuse. Lui, appuyé sur une canne de bois blanc et cerclé d'anneau de bronze, discutait souriant, avec un jeune garçon, probablement issu du bas peuple, qui venait de s'assoir à côté de lui.

Et puis, la foule franchie (il devait au total y avoir entre soixante et cent personnes), Nova trouva Sylcraës. Il portait une ample chemise de lin rouge, largement ouverte sur les muscles secs de son pectoral, de simples braies de marin et allait pied nu. De l'autre côté de l'arène, son adversaire était entrain des ficelé dans une armure de cuir. Un sourire sardonique s'élevait sur le visage du demi-elfe. Si il aimait peut-être s'afficher, aussi peu porter sur la chose que soit Skäppin, elle ne pouvait que constater que ce beau marin au style mutin devait éveillé des désirs, elle fut immédiatement certaine que l'idée principale n'était pas là. Sylcraës, le roturier, portait le rouge du sang, sans armure, pendant que le noble portait armure. Qui serait alors considéré de facto comme le plus grave ? Le calcul était rapide. La rapière du capitaine était posé sur une petite table à côté de lui, alors qu'il discutait avec un humain, un véritable géant de prêt de deux mètres avec des muscles prouvant une activité physique intense et quotidienne. Son teint hâlé, voir brun, donnait son origine du sud. Il riait avec puissance à un trait d'humour du demi-elfe et la changeline arriva juste au moment pour entendre sa réponse.


- Même en sachant que tu vas finir par te faire assassiner dans une ruelle à force, ça vaut bien tous ces petits crimes de lèse-nobilité.

- Moi ? Un criminel ? Voyons Salmane, c'est Sir Morler qui m'a défié en duel, pas le contraire...

- Et tu vas dérouiller un chevalier avec une fourchette ?

- Et bien, il n'a pas son cheval.

Le demi-elfe haussa les épaules et fut accompagné d'un nouveau rire tonitruant. Il tourna la tête et vit Nova.

- Ah ! Chère Nova, vous êtes venue. Vous m'en voyez honoré !

Lancers...


 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll