Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Reply to this topicStart new topicStart Poll

> La Folie du Géant
  Écrit le : Mardi 13 Août 2019 à 13h35 par Abrulion Bascollier
Quote Post
 
 

Année des Dragons Renégats,
Neuvième jour de la troisième chevauchée de la Griffe des Tempêtes

29 Tarsakh 1373


Peu avant la mi-jour.
Vent faible, 5°C, ciel couvert menaçant.



Le brick corsaire échoué sur la berge d'un bras de la rivière Rougade avait subit un retournement pour le moins original. Autrefois battant pavillon Cormyrien, il avait subit de plein fouet une bordée des trente-quatre boules de feu des mages de guerre d'une frégate de bien plus haut rang, qui avait irrémédiablement endommagé sa muraille bâbord. Abordé et offert comme « part du diable » à l'équipage victorieux, il se destinait naturellement aux fonds vaseux du lac d'Eaurouge, si l'absurdité d'un géant du feu ne l'en avait pas sauvé.
Hâlé sur près de quelques trente lieues en amont du lac jusqu'à la proximité directe de Reddansyr, le géant l'avait démâté, retourné, puis remonté sur la berge autant qu'il l'avait pu, ou l'avait dû pour remporter son pari. La dunette était enfouie dans les roseaux de la berge, tandis que les clapotis de la rivière léchaient le pont. La proue mouillait jusqu'à l'écubier, par une brasse de fond, solidement ancrée dans le lit de la rivière.

Par chance, la carène était intacte, et il ne fallu pas longtemps à Orlack Mantis pour découper quelques descentes supplémentaires, qui à l'aide d'une passerelle de bois et cordes, permirent de transformer ce bâtiment au funeste destin, en une auberge qui avait donné à Reddansyr ses galons de plaque tournante de l'information.
En cette tumultueuse Côte des Dragons, ce n'était pas peu dire.

Long de près de vingt-cinq mètre, large de cinq, la vaste et haute cale avait été aménagée avec brio par l'entrepreneur, en s'accommodant intelligemment du fait que le plancher de son auguste taverne n'était autre que le plafond de la cale. Les sabords avaient pris la charge de fenêtres, les baux servaient d’arrimage aux tables, bancs et chaises, tandis que le plafond, parcouru des lisses, donnait dans le cathédral.

La descente principale, l'entrée de la taverne, avait été découpée en plein milieu de la muraille tribord, entre deux listons de la plus belle espèce : deux dragons, emblèmes du dernier pavillon du navire - si ce n'est qu'ils étaient tête en bas. Le comptoir ainsi que la cuisine trônaient en plein centre de la cale et face à l'entrée. Une trentaine de tables se découpaient en deux groupes égaux, proue et poupe, de part et d'autre du comptoir. L'ambiance y était habituellement électrique, à croire que cette cale sèche incitait ses habitués à se rincer d'autant plus le gosier. Le service se faisait au comptoir directement, et l'établissement se dédouanait de tout achoppement intempestif contre l'un des baux, tables, ainsi que des conséquences plus ou moins facheuses et inattendues qui pouvaient en résulter. On payait comptant, la plupart du temps rubis sur l'ongle ; la maison ne faisait pas crédit.


Virgile avait quitté la contrée d'Elversult depuis bientôt une chevauchée. Allant au gré des vents, il avait compté battre le pavé jusqu'à Port-Ponant si Reddansyr et son étrange auberge ne l'avaient pas arrêté en si bon chemin. Curieux, il y étudiait les échanges d'information entre aventuriers et les conséquences heureuses, ou malheureuses, qu'ils avaient sur leurs destins. Ayant mis un coup d'arrêt à son épopée vers la côte ouest de la péninsule, il prit plaisir à prendre ses habitudes dans l'établissement, regardant avec délectation le bal des arrivées et venues, assis dans le coin bâbord de la proue, à proximité directe de l'un des trente-quatre trous. Une question d'odeur, semblait-il. Il avait vu cette femme plusieurs jours de suite maintenant. La tignasse rousse, le port altier, et seule ; autant dire qu'elle contrastait. Son ballet était intéressant, et révélait un motif différent des autres aventuriers habituellement présents ici.


Sabetha avait fait le déplacement de toute urgence vers Hautelune, envoyée par le Collège de Lunargent après l'attaque du dragon noir Zarlandris, le 17 Tarsakh. Constatant la destruction de la Tour du Lever de Lune avec effroi et consternation, elle y commença son enquête. Outre la rage des dragons, le nom Asturien, une guilde de voleurs de la Côte des Dragons, se fit entendre par deux fois. C'était une fois de trop pour n'être qu'une coïncidence, et en arrivant sur la Côte des Dragons, c'est naturellement vers Reddansyr qu'elle se tourna.
S'installant pour le troisième jour consécutif dans La Folie du Géant, elle décida cette fois de goûter à la proue du navire-auberge - la poupe étant privatisée, lui avait-on dit au comptoir - et s'installa sur la dernière table disponible, non sans remarquer son intriguant voisin, un beau barbu dégarni jouant aux dés, seul, tout sourire, dont l'aura avait somme toute quelque chose d'inhabituel.


Lorindol avait passé près de deux chevauchées avachi sur son grimoire, décryptant, recopiant la magie profane des archives des Gardiens Sylvestres dans son grimoire. L'heure était logiquement au dégourdissage de jambes, et le Haut Représentant de son ordre l'avait bien compris. Un convoi envoyé voilà maintenant deux chevauchées vers une antenne orientale de la guilde n'était toujours pas arrivé à bon port, et cela n'était ni normal, ni acceptable. Censé embarquer à Port-Ponnant, le bateau qui l'attendait n'en avait jamais vu la couleur. Il procéda en toute logique, à rebours, et partant de Port-Ponnant - qu'il quitta aussi vite que possible - il rejoignit ensuite Reddansyr. Une telle région emplie de fourberie sournoise n'était cependant pas sa spécialité et bien qu'il se concentrait sur son investigation, il savait devoir ne pas négliger sa protection personnelle. Après une scrutation en bonne est due forme, il choisit sa victime. En guise de salutations, il lança une bourse sur la table, et s'assit.


Arakh, rat des champs, rat des villes, rôdeur de son espèce, arpentait la Côte des Dragons à la recherche de sa future pitance. Ni trop fainéant pour s'abîmer dans la boisson, ni trop riche pour pouvoir se le permettre, il conjuguait l'utile à l'agréable et traînait ses guêtres dans l'une des auberges la plus renommée de la côte. La chance devait finalement lui sourire : à peine avait-il finit l'agréable que l'utile se fraya un chemin vers lui. Une bourse atterrit au beau milieu de la table et vint percuter sa chope vidée. Il avait à vrai dire fait bonne impression, et c'est un elfe à la peau dorée, un vrai !, qui s'acoquina à lui. Le rôdeur n'en avait pas vu des dizaines, mais celui-ci, avec son bandeau, sa cape sur son gilet, ses gants, et le tout de facture impeccable, gagnait de loin la palme du plus guindé - et aussi de celui-ci qu'on ne doit pas escroquer.



hrp.gif source : http://www.pirates-corsaires.com/glossaire.htm


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 13 Août 2019 à 19h41 par Phineas
Quote Post
 
 

Les yeux doux de la magicienne était plongé dans son parchemin. La dizaine de feuillet qui s'entassait sur la table était en partie vierge. Pour l'autre, c'était les notes qu'elle avait déjà. Mais, en vérité, en ce moment de repos, pour qui était attentif, on pouvait découvrir que la jeune femme était perdue dans ses pensées.

Lorsque Soran l'avait convoquée, des semaines plus tôt désormais, elle avait été étonnée. Il y avait longtemps que son ancien maître d'alchimie ne passait plus par des canaux aussi officiels. Toujours est il qu'elle s'était rendu à sa convocation. C'est avec plus de surprise encore qu'elle découvrit Jorus Mantelazur, le chef des Gardesorts, dans le bureau, en compagnie de l'alchimiste. Rapidement, ils lui demandèrent d'être leur éclaireuse dans les Vaux pour savoir ce qu'il en était de l'attaque de Zarlandris. Ils n'avaient pas réellement eu besoin de s'expliquer. Sabetha avait eu son lot d'aventures et plus que d'autres elle était en mesure de survivre sur les routes, même si elle vivait tranquillement depuis plusieurs années. Les Gardesorts ne pouvaient pas s'éloigner en ces temps troublés, et les chevaliers errants de la Légion manquait souvent des connaissances magiques. Et puis elle avait plus ou moins une dette envers le Collège. Une nuit plus tard, embrassant ses filles, son fils et son épouse - qui pour une fois n'était pas celle qui partait à l'aventure - elle empruntait la route de l'est avec une caravane depuis Sundabar, après que Mantelazur l'y ait téléportée, pour se rendre à Valprofond.

Là, ça avait été la consternation. Bien sûre, elle était bien placée pour avoir entendue parler de la folie qui s'opérait des Dragons cette année là, mais elle ne l'avait pas encore vue de ses yeux. D'une façon ou d'une autre, les Marches avaient pour l'instant été épargnée, et les rumeurs qu'elle avait entendue lui avaient parut lointaine. Mais alors qu'elle s'approchait de Hautelune, les fumerolles qui s'élevaient de l'immortelle Tour de la Lune-levante lui glacèrent le sang. Valprofond était une région tranquille, qui n'avait pas les tendances militaristes de certains de ses voisins. Pourtant, c'est là que le dragon noir s'était déchainé avant d'être abattu par les sentinelles au prix de leur vie.
Par rigueur mais aussi, par un intérêt pour les puissants wyrm mais aussi, c'était indéniable, par une certaine pulsion morbide, elle avait suivit l'immense sillon qu'avait tracé le fils d'Asgorath après avoir chuté. Enfin, elle était arrivé autour du colossal cadavre, entouré par des gardes. Le Conseil avait envoyé une cohorte composée d'hommes de chaque val pour venir en aide à la cité lunaire. Trop tard, hélas.

Toujours marqué par la vision de la gigantesque - mais morte - créature, elle avait cherché à en savoir plus. On ne savait toujours pas pourquoi les dragons étaient pris de folie meurtrière... On avait bien des idées, à Lunargent plus qu'ailleurs peut-être, mais trouver la vérité importait plus que le reste. Son premier rapport envoyé au Conclave, elle avait donc commencée son enquête. Peu de gens savaient quoique ce soit, et la plupart des lunaltiens étaient plus terrorisés qu'autre chose. Bien sûr, de tous les dragons communs, les noirs étaient probablement les plus à même de hanter à jamais. Elle avait entendu ci et là que le dragon avait "peut-être" dit quelque chose. Seulement les personnes parlant le draconiques ne couraient pas les rues. Celles qui étaient assez proche pour entendre distinctement ce qu'il aurait put dire parmi ses mots de pouvoirs, encore moins. De ce qu'elle en trouva, c'était probablement des éructations de rage et de douleur. N'abandonna pas elle chercha de longs jours et puis... Asturien.

Au début, ça ne lui évoqua peu, mais il y avait quelque chose au fond d'elle, comme une mince ligne de mémoire qui souhaitait remonter à la surface. Et la nuit suivante, le souvenir lui revint. Elle, la cormyrienne de haute naissance, avait entendu parler de ça, encore enfant. Son père en parlait à un autre homme dans la grande salle du château... Menée par cette indice elle découvrit qu'il s'agissait d'une guilde agissant sur la Côte des Dragons.

Et alors qu'elle écrivait son second rapport, la réalité la percuta : poursuivre son enquête allait la mener sur sa terre natale. Le Royaume Forestier, dont elle n'avait foulée le sol depuis plus de dix ans, la route la plus courte et la plus sûre pour descendre vers le sud y passait. Un moment elle se demanda si elle ne devrait pas refiler le problème à quelqu'un d'autre, mais elle décida qu'après tout, il ne serait pas si difficile d'éviter ses proches. Et qu'elle plus que d'autres n'aurait aucun problème à traverser le royaume.

De Hautelune, elle partie vers l'Ouest, prenant la grande route menant à Arabel. Avec une émotion particulière, elle leva les yeux vers les Monts du Tonnerre, et lorsque les premiers arbres de la dangereuse, mais si proche, forêt de Hullack, apparurent au loin, elle ne put retenir les larmes de lui monter au yeux. A quelques lieux au nord s'étendaient les terre de sa famille, de son père, l'un des seigneurs protégeant les marches septentrionales. Jusqu'à Arabel, elle fut plongée dans ses souvenirs, et arrivée dans la deuxième cité du Royaume, elle pris un bateau. Sur les quais, lorsque les gardes vérifièrent son identité, elle fit les yeux ronds lorsque ceux-ci firent une révérence malhabile. Elle n'avait plus l'habitude. Du Lac Wyverne jusqu'à la Mer des Dragons, elle fut bientôt en vue de Port-Ponant. Son voyage s'arrêtait avant et c'est ainsi qu'elle se retrouvait là où elle était aujourd'hui.


Revenant à la réalité avec un soupir étonnée, elle repris une gorgée de son bouillon de poisson pour se donner de la contenance. L'établissement était intéressant, c'était certain. Le patron se plaisait à en raconter l'histoire rocambolesque, certes, mais crédible. Là où leurs cousins des tempêtes faisaient figure de sages nébuleux, eux étaient plutôt du genre brute épaisse de ce qu'elle en avait lu.

Elle se redressa.

Elle savait quelques yeux qui l'observait plus ou moins discrètement. Elle n'avait jamais réussi, ni vraiment voulu, caché l’élégance qu'on lui avait enseignée. Elle sentait meilleur que la plupart des autres présents, et, on ne pouvait y échapper, avait cette grâce et cette beauté de ceux qui n'ont pas eux à mettre les mains dans la boue ou le feu dès leur prime jeunesse. Si aujourd'hui, ses mains étaient souvent dans la terre, ses doigts étaient encore délicat. Sa peau diaphane, quoique moins que lorsqu'elle courait les bals, n'aurait pas fait tâche à la cour du Thétyr, et le rouge qui rehaussait ses lèvre était presque provoquant. Mais ce n'était pas pour rien. Elle voulait attirer ceux qui pourrait être intéressant, et quoiqu'elle répugna à utiliser son corps, elle savait que dans ce genre d'endroit, c'était souvent nécessaire. Passant une main gracile dans ses cheveux, elle sourit au jeune homme au crâne luisant assis non loin, avant de retourner à ses notes.



Sorts || Niveau 0 : Langue mordue, Noir, Message, Lumière dansante | Niveau 1 : Armure de mage, Bouclier, Pacification, Charme-personne | Niveau 2 : Déblocage, Image miroir, Soins modérés | Niveau 3 : Boule de feu, Soins importants

Sabetha peut lancer des boule de feu sur 9 m, à 3d6 de dégâts, tant qu'elle à Boule de feu en stock (don : Explosion ardente)
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 13 Août 2019 à 23h22 par Arakh
Quote Post
 
 


La Folie du Géant, un doux nom aux oreilles d'Arakh.. S'il n'en était pas à son premier passage dans cette bicoque sacrément originale, il en appréciait toujours autant ses nectars.

Ses yeux adressèrent un regard morne à sa choppe désormais vide


¤ Elle est bonne, mais elle coûte la peau du cul ! A ce rythme là, j'suis à sec avant la nuit¤ Bougon, il passa une main dans sa bourse pour confirmer la chose. ¤ Bon, une p'tite dernière, et après il sera temps d'trouver d'quoi résoudre ce problème ¤

Le rôdeur était arrivé un peu plus tôt dans la matinée. Sur les chemins depuis plusieurs jours, en direction de Port-Ponant, cette étape faisait évidemment partie de son programme... Car s'il y trouvait avec certitude de quoi se remplir le gosier, il parvenait aussi régulièrement à y dégoter quelques affaires lucratives.

Pour l'heure, tout était plutôt calme, probablement à cause du temps frais et nuageux... Il faut dire aussi que midi n'avait pas sonné


¤ Bon, mon gars, qu'est ce tu vas prendre pour t'ouvrir l'appétit... Voyons voir ¤ Alors qu'Arakh faisait les tours des possibilités, une bourse vint tinter contre son verre vide. Relevant la tête, un elfe à la peau dorée et particulièrement bien apprêté lui faisait face

¤ Hé, bah voilà ! La chance me sourît ! ¤ Arakh accompagna sa pensée d'un large sourire dévoilant ses dents mal entretenus. Il laissa l'elfe s'installer et en profita pour loucher plus en détail sur son équipement.

- " Les présentations sont faites de ton côté ! Et laisse moi te dire que t'es le genre de type que j'apprécie ! Moi c'est Arakh, enchanté mon gars ! " En même temps, le rôdeur entreprît de délier les cordons de la bourse pour en visualiser le contenu, d'un oeil évaluateur il estima rapidement la valeur

- " Si on doit discuter tous les deux, va falloir qu'on se prenne un truc à boire. C'est toi qui invite évidemment !"







 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 17 Août 2019 à 21h06 par Virgile
Quote Post
 
 

Ces dernières semaines, et comme régulièrement au cours de sa vie, Virgile faisait le point.
Il n'avait ni projet en cours, ni travail, ni famille, ni véritablement d'ami. Mais cela ne lui posait aucun souci. Par contre, en regardant par dessus son épaule, il n'avait pas l'impression d'avoir beaucoup avancé dans sa quête. Et cela commençait à l'inquiéter.

C'est en se rendant dans des repaires comme cette auberge, qu'il se rendait compte qu'il n'était plus tout jeune. Il y avait bien quelques poivrot plus vieux que lui qui faisaient corps avec le bar. Et quelques miséreux que la vie avait contraint à rechercher un travail sur le tard. Mais des aventuriers de son âge, guère.

Aventurier.. Il ne se voyait pas comme tel, mais pour tout ceux qui ignorent ses motivations – c'est a dire Faërun presque entier – c'est ce qu'il semblait être. Et un vieil aventurier, pour le coup.

¤ Allez.. 90. Pour vu que ce soit 90 !

Ahah, 37 ¤

Un sourire illumina le visage du moine. Il s'amusait souvent avec ses dés pour déterminer des résultats à l'avance. Conscient que la quête de sa vie avait peu avancé, il espérait qu'il vivrait assez vieux pour avoir le temps de la terminer. Et les dés venaient de lui « annoncer » qu'il mourait à trente-sept ans, contre les quatre-vingt-dix espérés.

¤ Bon, il ne me reste plus qu'a remonter le temps, faut que je meure il y a dix ans..
...
Eh, mais c'est une idée ça, voyager dans le passé ! ¤

D'humeur joyeuse, Virgile essayait d'oublier qu'il n'avait pas la moindre idée de comment atteindre son but. Mais il n'y avait jamais renoncé. Un jour, il comprendrait les rouages du destin , et ce jour là, voyager dans le temps deviendrait futile.

En attendant, il promenait son regard profond sur les âmes qui animaient l'auberge. Il y en avait-il une qui le rapprocherai du dénouement ?
Pour l'heure, il n'avait qu'une manière de le savoir.



[...]


- Il ne viendra pas, annonça gravement Virgile.
L'homme providentiel que vous semblez attendre, il ne viendra pas. Rajouta-t-il devant le regard perplexe de la jeune femme rousse.

Voilà quelques jours que je vous observe, vous pas plus que les autres clients de l'auberge, rassurez vous. Mais vous n'avez pas l'air de chercher l'amour, ni ne semblez avoir rendez-vous. J'en déduit que vous espérez quelque chose, ou plutôt quelqu'un vu le lieux, dit-il en balayant la salle du regard.
Puis, quand son attention revint vers la jeune magicienne, il songea à se présenter.

- Virgile Lukadnua, amateur éclairé d'holistique, pour vous servir.
Je pratique cette auberge depuis quelques temps déjà, peut être puis-je vous renseigner ?

Le vieil homme doutait de pouvoir renseigner son interlocutrice sur quoi que ce soit qu'elle n'aurait pu obtenir d'un autre habitué du lieux.
Mais a dire vrai, il en avait marre lui aussi d'attendre quelque chose qui n'arrivai pas. Alors il, comme parfois, il se lançait au hasard..



L'eau qui dort fait plus de dégâts qu'un chien qui aboie mais ne mord pas..
user posted image
Virgile Lukadnua
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Dimanche 18 Août 2019 à 11h00 par Phineas
Quote Post
 
 

- Vous concevez que le tout est plus que les ensembles ? Quels ensembles forment le tout alors ?

Souriante, elle lui présenta une chaise tout en posant une feuille vierge sur ses feuillets et les réunissant en un paquet aligné, qu'elle entoura d'un ruban de cuir.

- Sabetha, je peux dire que le holisme est une tendance dans ma profession.

Vous avez l’œil, Virgile, je n'attends personne. On m'attend déjà à la maison.

Sur la table, le moine ne pouvait manquer de remarquer que les mains de la jeune femme en disaient peut-être aussi long que ses mots. Outre un anneau de corail dont il ne distingua pas l'utilité, mais qui ressemblait fort au délire esthétique d'un enchanteur, il nota une chevalière de bronze à son index gauche, dont il n'arrivait pas à déterminer le sceau. Et à sa main droite, en effet, un étonnant anneau d'argent et de bois sombre si poli et verni qu'il semblait partout briller de reflets métalliques. Elle le tournait inconsciemment autour de son doigt, ce qui augurait une importance particulière au bijou.

- Tout du moins, je ne sais pas réellement ce que j'attends. Je suis au milieu de ce genre de recherche dont vous ne connaissez pas réellement le point de départ. Je sais ce que je cherche, mais pas ce à quoi ça ressemble, ni à quoi m'attendre, une quête difficile en somme.

Mais vous, vous avez peut-être entendu parler de quelque chose ? J'imagine que vous savez que les dragons ont des tendances... agressives, ces derniers temps. Une enquête me conduit à croire qu'il se trame peut-être quelque chose en rapport avec leur rage dans le coin. Une idée ?



Sorts || Niveau 0 : Langue mordue, Noir, Message, Lumière dansante | Niveau 1 : Armure de mage, Bouclier, Pacification, Charme-personne | Niveau 2 : Déblocage, Image miroir, Soins modérés | Niveau 3 : Boule de feu, Soins importants

Sabetha peut lancer des boule de feu sur 9 m, à 3d6 de dégâts, tant qu'elle à Boule de feu en stock (don : Explosion ardente)
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Lundi 19 Août 2019 à 21h38 par Lorindol
Quote Post
 
 

e sombre message rapporté à Thuldae par Lorindol emplissait encore son esprit. La vision du fey'ri capturant Elzear devant lui, l'image du Mythal blotti dans les profondeurs de Lothen-la cité maudite des flèches d'argent, tous les moments de sa dernière quête se bousculaient dans son esprit torturé.

Le repos du corps promptement expédié, le mage s'était plongé avec avidité dans les multiples grimoires des gardiens sylvestres, conscient que c'était son manque de puissance profane qui était un des éléments de leur fuite.

L'opportunité d'aider les gardiens sylvestres se présentant, Lorindol se proposa tout naturellement pour reprendre la route. Un convoi perdu voilà une petite virée loin de ses souvenirs sombres .

Observateur comme à l'accoutumé, le mage pris soin d'observer les occupants du lieu. Il n'était plus l'elfe tout frais et fringuant débarqué d'éternelle rencontre, ses anciens compagnons lui avaient démontré le bien fondé de savoir bien s'entourer.

Observant ce qui lui sembla être un rôdeur, il se leva et entama la discussion par un lancé de bourse bien senti et une tournée de la meilleur bière disponible de l'auberge.


- A la bonne rencontre ! Je me nomme Lorindol. Mes pas me portent à explorer la cote des épées pour la première fois, votre aide me serai précieuse à n'en point douter. Je vous promet de ne pas etre un mage rébarbatif et bougon comme beaucoup de mes comparses ajouta t il en souriant.-



user posted image
Fiche de Lorindol
Réputation 0,5
Il me semble avoir lut quelques choses la dessus, attendez que je réfléchisse..
Sorts mémorisés :
Niv04 invisibilité suprême / tempête de grêle /porte dimensionnelle
Niv03 boule de feu / dissipation de la magie/sphère invisibilité/ immobilisation personne / eclair
Niv02 2x rayon ardent / cécité surdité/ rayons de flammes avec extension portée/rayon de glace /flèche acide melf
Niv01 bouclier / rayon affaiblissant / armure de mage / coup au but / volte face /projectile magique
Niv0 détection de la magie / aspersion d’acide / choc électrique / porte silencieuse
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 20 Août 2019 à 12h02 par Abrulion Bascollier
Quote Post
 
 

abetha avait-elle tout juste répondu a Virgile, qu'un elfe, doré qui plus est, fit son apparition à une table de distance. Les elfes du soleil étaient connus pour leur arrogance et il était rares de les voir en dehors d'Eternelle Rencontre, ou d'Evereska, voire de Lunargent. Reste que les généralités ne s'appliquaient que mal aux cas particuliers, et force était de constater que d’extraordinaire il y a quelques décennies, ils étaient progressivement devenus exceptionnels depuis que la Retraite avait pris fin. Ceci, Sabetha l'avait appris des quelques spécimens dores du Collège de Lunargent.
Pratiquante de l'art profane, elle ne pu s’empêcher de lorgner sur les atours du bougre. De simple bandeau bourgeois de mauvais goût pour le péon moyen, l’œil aguerri y voyait un objet magique de classe intermédiaire, que seul les mages expérimentés pouvait s'offrir. Certains des anciens du Collège en portait, d'ailleurs. Certains seulement.

Virgile et sa nouvelle interlocutrice ne purent manquer son entrée fracassante. Avec amusement, ils remarquèrent que les occupants des trois tables alentours froncèrent l’œil, mais préférèrent finalement s'abstenir de tout commentaire devant l'allure de l'elfe, et de son supposé acolyte.
Commencer une rixe pour récolter cette bourse, oui. Se frotter à un aventurier ivrogne et son ami elfe, certainement pas.

Les deux tables pouvaient s'entendre mutuellement sans trop de mal, pour peu de tendre l'oreille.

Arakh et Lorindol faisait connaissance. Après les formalités usuelles viendraient probablement les discussion autours des conditions du contrat qui allait sans doute les lier.


Commença alors un ballet intéressant.
La partie poupe de la taverne, jusqu'alors vide de clients - chose inhabituelle - ouvrit son cordon de réservation. Des groupes de trois, deux personnes à l'allure généralement douteuse, et une troisième bien présentable, se succédaient et y prenait place en ce qui semblait être une assemblée. Trois groupes déjà étaient passés par l’entrée.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 20 Août 2019 à 20h41 par Virgile
Quote Post
 
 

Virgile apprécia la réponse de la magicienne. A défaut de confronter ses théories naissantes à la réalité du terrain, il semblait qu'il allait avoir l'occasion de mettre à jour ses connaissances en devisant avec la dénommée Sabetha.
Mais deux événements l'empêchèrent de plonger directement dans la conversation.

En premier lieu, l'arrivée d'un voisin de table remarquable par sa nature, et par son comportement. Au cours de sa vie, le moine ne souvenait pas s'être retrouvé aussi près d'un elfe doré. Dispendieux qui plus est.

¤ La question reste entière. Les scélérats sont là, une bourse pleine aussi. Que manque-t-il pour générer une bagarre ?
Les ensembles ne suffisent pas à faire le tout.. ¤

Mais Virgile n'eut pas le temps de faire part de sa réflexion à son interlocutrice, que le second événement détourna à nouveau son attention. Pour lui qui était là depuis plusieurs jours, voir une partie de La Folie du Géant privatisé était déjà une surprise. Mais le manège des trios mal assortis l'intriguait tout autant.


Réalisant qu'il était debout, interdit devant la chaise proposée par la jeune femme, il secoua la tête comme pour chasser des idées et pris place.


- Vous voyez, dit-il en désignant d'un mouvement de la tête l'ensemble de l'auberge. Je sens que quelque chose m'échappe.
Je ne sais pas tout sur cette auberge et ses clients – une éternité ne suffirait peut être pas. Mais même si c'était le cas, je serai encore incapable de deviner ce qu'il va se passer pour le reste de la soirée.

Enfin, lança-t-il pour revenir à des considérations pour terre à terre. Je n'ai malheureusement aucun renseignements à vous donner. Ma seule connaissance des dragons se limite à une rêverie que j'ai faite dans une taverne. Je ne sais quel crédit porter à ces souvenirs, et ils se rapportaient à la région de Chult. Donc..

Par contre, faites attention aux mots que vous employez. Si vous cherchez la trame, et donc la liaison entre les ensembles qui forment un tout, vous vous engagez dans un travail pour le quel je n'ai pas significativement avancé en dix ans, annonça-t-il avec un sourire.
Mais si vous vous limitez à un domaine précis, et avec ma modeste aide, peut être y arriverez vous avant que votre famille ne se languisse trop de vous revoir,rajouta-t-il avec le regard dirigé vers la main de la magicienne, mais perdu bien au delà.
Revenant à lui, il enchaîna
.

- « il se trame peut-être quelque chose en rapport avec leur rage dans le coin »..
Je n'ai pas connaissance que cette région soit plus qu'une autre visée de leur rage. J'en déduit que vous soupçonnez que cette fois ci, la furie vous semble différente. En quoi ? Son déclenchement, son intensité, sa cible ?
A moins que vous ne soupçonniez un groupe qui semble trop bien profiter des conséquences ? Comme si, sans nécessairement y être mêlés, certains avaient eu les moyens d'anticiper la rage et avaient tout fait pour en tirer bénéfice..
Réalisant qu'il réfléchissait à voix haute, le moine repris un ton plus bas.

- Dites moi si je fais fausse route, et n'hésitez pas à me congédier si je vous gêne dans vos réflexions.
Par contre je persiste à penser qu'IL ne viendra pas. Enfin, pas jusqu'à vous.
Mais pensez vous que l'homme providentiel puisse trouver dans cette réunion privée ? termina-t-il en désignant du menton la partie réservée du bateau.



L'eau qui dort fait plus de dégâts qu'un chien qui aboie mais ne mord pas..
user posted image
Virgile Lukadnua
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Samedi 24 Août 2019 à 21h42 par Phineas
Quote Post
 
 

Gardant quelques instants les yeux sur l'elfe, Sabetha revint ensuite sur Virgile. Tout en politesse et courtoisie, elle semblait s'attacher à toujours regarder celui ou celle qui lui parlait :

- Je ne suis pas une sorcière, Virgile. Pour les magiciens, pragmatiques que nous sommes, la Trame, c'est bien souvent la Toile. Et avec la conscience que cette réponse n'est qu'une parmi l'infinité des autres, on se contente généralement de celle ci. Mieux vaut commencer le chemin en étant sûr de quelque chose, puis en changeant de route, que de rester bloqué au premier carrefour, non ?

Elle croisa ses mains.

- Je ne pense pas. Nous sommes à peu prêt certains que cette rage n'a rien à voir avec les précédentes. Cette folie est dû à un antique sort de haute magie elfique, un mythal, lié à l'apparition, et à la puissance de l’Étoile Régicide. De fait, cette étoile est devenue pour les dragons ce que la Lune est aux thériantropes. L'apparition de l'étoile est plutôt aléatoire au cours des dernier millénaire, la dernière date de 1356 et rien n'aurait empêché qu'elle n’apparaisse pas cette année sauf qu'elle n'est pas apparu. Tout laisse à croire que quelque chose, ou quelqu'un, utilise le mythal à son compte - un compte particulièrement néfaste - et à réussi à l'activer sans sa condition première.

Elle s'arrêta un instant pour prendre quelques gorgées d'eau.

- Vous avez peut-être entendu parler du Culte du Dragon ? Des serviteurs fanatiques des dragons chromatiques. Mes premiers soupçons allaient vers eux, mais ma piste n'est évidemment pas aussi claire que je le voudrais. Je suis persuadée qu'ils sont toutefois au cœur de cette manipulation. Même les servants de Tiamat n'auraient aucun intérêt à s'entretuer, et cette Rage est préméditée puisque les wyrms de cristal ont eu le temps de la parer.

Vous avez raison en cela, mon enquête contient beaucoup d'ensemble, mais je peine à trouver les liens entre eux. Nous pourrions peut-être nous entre-aider en effet, je ne crache jamais sur un coup de main. Mais, pardonnez moi, je pense que nous voyons tout les deux qui des clients actuels semble être le plus intéressant.

Elle se leva et regarda Lorindol, puis l'interpella.

-



Sorts || Niveau 0 : Langue mordue, Noir, Message, Lumière dansante | Niveau 1 : Armure de mage, Bouclier, Pacification, Charme-personne | Niveau 2 : Déblocage, Image miroir, Soins modérés | Niveau 3 : Boule de feu, Soins importants

Sabetha peut lancer des boule de feu sur 9 m, à 3d6 de dégâts, tant qu'elle à Boule de feu en stock (don : Explosion ardente)
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Reply to this topicStart new topicStart Poll