Quel est votre nom, voyageur ?
Heureuse rencontre, Voyageur !
   

Pages : (3) 1 2 [3]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Détresse Commune
Écrit le : Dimanche 30 Décembre 2018 à 20h39 par Schninkel
Quote Post
 
Mystique de la canopée
Chambre 21
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


Jolicœur & Volan
Écoutant poliment, comme on le fait quand un camarade discute de points abscons et difficiles d’une croyance particulière, Mathis laissa le semi-diable exprimer le fond de sa pensée. Il se permit un petit sourire pour rompre cette tension spécifique et ne parut nullement interloqué par les prouesses magiques du transformiste.

Pure rhétorique ou sincère introspection, les évocations de Volan semblèrent atteindre le jeune homme qui leva les yeux un court instant en signe de réflexion. La paille passa d’un coin à l’autre de ses lèvres. Puis son regard retrouva rapidement le guerrier au trident.


Mathis

- Un Elfe noir célèbre dis-tu ? Cela ne me parle pas mais je suis certain qu’il serait bien moins populaire en étant né Hin. L’exception qui confirme la règle comme on dit. J’ignore ce qu’il a du faire pour en arriver là, j’avoue même ne jamais avoir foutu les pieds dans les Marches d’Argent, mais je peine à imaginer qu’il aurait - à lui seul - estompé le fait que les Drows sont des êtres lâches, sales et traîtres.

Jaugeant d’un coup d’œil l’impact de ses propos chez ses interlocuteurs, il soupira et reprit d’une voix amicale :

- Pour dire vrai, le Roi Gareth-Tueur-de-Dragon et ses compagnons étaient autrefois des aventuriers anonymes, mais il ne faut pas oublier que l’histoire du royaume est liée aux menaces démoniques. Cela même bien avant le joug du Roi-Sorcier Zhengyi. Et les tensions restent nombreuses entre le trône souverain, les duchés et les baronnies. Rien n’est aussi simple que ce que tu ne sembles te le suggérer.

Il haussa les épaules d’un air caricaturalement navré, les mains toujours au niveau de la ceinture, il hocha du menton et reprit sa marche pour rejoindre le guerrier balafré qui s’était éloigné avec une confiance feinte vers il-ne-savait-où.

- Je ne remets pas en cause la bonne volonté et la tranquillité d’esprit des gens du coin. Les rumeurs ne sont pas totalement fausses, mais il ne faut pas non plus être naïf. Trop de périls surviennent de l’ancienne Narfell et de Vaasa pour ne pas sourciller à la présence d’un être cornu. Tu as plus à gagner en préservant cette apparence... ordinaire.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


***


Tout en discourant, les trois compagnons de fortune arpentèrent le paysage bucolique en remontant un sentier qui longeait une grande colline. Les deux guerriers se laissèrent naturellement conduire lentement et sinueusement vers le Nord en suivant une piste partiellement effacée. A présent, la route disparaissait sous une myriade d’herbes folles et de roches saillantes qui s’étendaient jusqu’à l’horizon. Le reste de la perspective n’était que sous-bois et immenses montagnes.

L’œil toujours vif pour observer le paysage, le jeune homme à l’arc reprit la parole pour rompre le silence qui venait tout juste de s’installer.

Mathis

- Bon, lança-t-il finalement. « Le plan d’attaque ». (il toussota dans son poing pou s’éclaircir la voix) Comme le disait le Capitaine, un assaut frontal est impossible. A cause des otages, d’un certain nombre de pièges et du grenier aménagé en vigie. (il pointa une direction de son index) Je propose de rejoindre une position en retrait afin de trouver la plante dont je parlais. Aux abords de l’arrière-pays, à la limite du domaine, nous pourrons contourner le manoir et les prendre par surprise.

Ses doigts caressèrent le collier de barbe blond qui lui encadrait le visage.

- Je ne garantis pas que nous passerons inaperçus, mais le répulsif éloignera la plupart des menaces. L’instinct a le défaut d’être prévisible pour ceux qui savent le décrypter. (il pointa du doigt le bois qui s’étendait sur la partie orientale) La demeure se trouve dans cette zone. Les nuits tombent tôt dans la région mais - pour vous comme pour moi - je propose que l’on si prenne le plus rapidement possible. On pourrait aussi chiper des fringues sur le chemin pour augmenter nos chances.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


Tout en continuant de progresser, il hocha la tête comme pour réclamer l’avis de ses comparses.

user posted image



user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 02 Janvier 2019 à 06h43 par Jolicoeur
Quote Post
 
 

Le guerrier à la gueule ouverte écoutait d'une oreille les discussions de ses compagnons d'armes. Il feinta l'indifférence lors de la transformation du demi-diable. Mais le défiguré attarda un peu son regard sur la broche que tripota Volan. Qu'il devait être pratique de pouvoir changer d'apparence comme bon lui semblait. Si il détenait un tel pouvoir, Jolicoeur ne se traînerait pas comme gardien de caravane, il courrait jupons et s'enrichirait grâce à sa double identité. Il fallait garder à l'œil cet objet magique. Si il arrivait malheur au tieffelin, Jolicoeur se ferait un plaisir de ramasser la broche et d'en profiter lorsque le moment serait venu. Après cette sage résolution, le jeune homme laissa son esprit naviguer, il avait lui aussi entendu les histoires de Drizzt. Si il ne tenait pas les drows dans son cœur, du moins avait-il la sagesse de les préférer à ses côtés que dans son dos. Le jeune homme n'avait que peu de principes, celui de ne pas juger un inconnu n'en était pas vraiment un. Il préférait simplement un vile compagnon qu'un ennemi aux aguets, tant qu'il restait sur ses gardes et évitait les poignards dans le noir évidemment. Une lame était plus facile à surveiller si elle était à vue.

C'est d'ailleurs en substance ce qu'il répondit à l'archer, le défiguré baissa la voix pour éviter que l'intéressé ne s'offusque :


- Je fais fe que les gens penfent des cornus. Felui-fi, che ne le connais pas et peu m'importe. Il femble favoir manier les armes. À nous de nous retrouver du bon côté du trident ! »

Si Jolicoeur tenta de rassurer l'archer, lui-même n'était pas dupe. Il faudrait que le cornu prouve sa bonne foi pour que le défiguré lui accorde une once de confiance. Si pour le moment, ils étaient du bon côté du trident, il ne fallait pas que celui-ci se retourne contre eux à un moment inopportun.

Le défiguré avait laissé sa place en même temps que le sentier se muait en piste et Mathis ouvrait à présent la marche. Le défiguré observait le terrain et anticipait les menaces, ses mains n'étaient jamais très loin du fourreau de ses lames.

Enfin, le meneur exposa son plan. Jolicoeur écouta attentivement, suivant du regard les différentes direction que l'archer pointa du doigt. Après un instant de silence pensif, il exprima son avis :


- La plante fera plus fimple à cueillir en plein jour, f'est fertain. Mais pour l'approche du manoir, il y a des pours et des contres : fi nous pouvons détromper la vigilance des loups avec la détresse de galoup, il n'en fera pas de même avec la vichie je le crains. Une avanfée de nuit nous maintiendrait dans la difcrétion et à l'abri des flèches du guetteur. D'un autre côté, l'obfcurité ne nous laifferait guère de chance face aux pièches et pour peu que le répulfif ne faffe pas tout le boulot, nous ferions une proie idéale pour les loups. »

Par ignorance, dédain ou méfiance, le guerrier ne semblait pas compter avec le pouvoir nyctalope du semi-diable.

Et enfin, la question qui lui brule les cicatrices surgit :
«Et pourquoi donc, voulez-vous nous faire changer de frusques par les enfers?»


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Vendredi 11 Janvier 2019 à 14h06 par Schninkel
Quote Post
 
Mystique de la canopée
Chambre 21
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


Jolicœur & Volan
La cime des sapins et les herbes hautes s’ébranlèrent dans le fond, puis le vent se mit soudain à grandir quand la brise vint jouer avec leurs vêtements et leurs cheveux. Ils observèrent en marchant, un ciel clair bléant au-dessus d’une immense crête dentelée de montagnes. Les lignes vertes et brunes s’étirant tout le long de coteaux escarpés et boisé qui dévalaient jusqu’à la rivière en contrebas. Les deux guerriers de fortune vagabondaient en suivant au gré du patrouilleur, quelques minutes passèrent à longer les restes d’une bordure de piste infréquentée.

L’archer alternait rythme prudent et allure rapide. Malgré son apparente nonchalance, il avançait d’un pas rapide et mettait la condition athlétique des deux volontaires à l’épreuve. Son armure de cuir souple, qui n’arborait aucun signe d’appartenance, protégeait un torse plat et une silhouette élancée. Vêtu d’une humble chemise en daim, d’un pantalon et des bottes marron, il était presque invisible à l’ombre des arbres. Un ordinaire, l’arc en main, au milieu d’un panorama.

Tout en progressant, Mathis lorgna du coin de l’œil vers le balafré :

Mathis
- « Les frusques » permettraient d’éveiller moins de soupçons tout en se rapprochant. T’sais, c’est toujours bon à prendre, quelques secondes à gagner avant l’intervention… (il n’acheva pas sa phrase et soupira) On appelle cela
De-« L’espionnage »…

Il haussa les épaules et décrivit un geste vague.

- Fais ce que tu veux, rétorqua-t-il en détournant la tête vers le semi-diable métamorphosé. Tout le monde n’a pas les aptitudes surnaturelles de ton associer.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


Ses yeux moqueurs se remirent à scruter les roches au loin et la lisière des bois. A vingt pas sur leur gauche, face à eux, un grand rocher sortait de terre ; sur la droite, il y avait un amas de petits rochers d’un peu plus d’un mètre de haut.

Mathis
- L’objectif principal, c’est de libérer les otages sains et saufs, de mettre en déroute les ravisseurs hors de la propriété des Noëllaume. Et idéalement, d’appliquer la justice de la Baronnie de Polten.

Le son de sa voix avait pris un ton plus grave.

- Le répulsif fonctionnera, c’est une certitude, assura-t-il en tentant de se montrer persuasif. Pour la plate-forme d’archers, nous allons justement la contourner. Elle n’est qu’un avantage face à la demeure Noëllaume, sur le chemin que tentent d’emprunter les piquiers de l’escouade en contrebas. (il hocha la tête d’un air convaincu) Tout avantage permettant aux patrouilleurs frontaliers de reprendre l'avantage sera bon à prendre.

Il réfléchit un court instant.

- A titre personnel, je cherche aussi tout indice permettant de révéler l’appartenance et les intentions de ces maraudeurs.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


Il se mit à parler à voix basse, bien qu’il n’y ait personne dans les environs. L’expédition déboucha sur une nouvelle clairière. Mathis pointa son arme de chasse, toujours en main, vers un petit bosquet d’arbres qui prospéraient plus loin, au bord d’un petit étang rocailleux.

user posted image



user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Jeudi 17 Janvier 2019 à 01h25 par Jolicoeur
Quote Post
 
 

e balafré haussa les épaules en retour à l'archer. Il ne comprenait toujours pas en quoi son accoutrement le trahissait : il arborait une armure de cuir clouté qui le protégeait autant des coups d'estoc que de la morsure des vents encore frisquets pour le temps des fleurs sur les hauts pics du nord d'Impiltur ; des braies de voyage qui avaient vécues mais que le maillage solide rendait encore tout à fait utilisable ; des bottes de peau qui lui remontaient jusqu'aux mollets, serrées de lacets de cuir, elles convenaient aux longues marches par temps froids, protégeant le guerrier des engelures ; une cape de laine d'un noir fané, tout ce qu'il y avait de plus communs offrait un dernier rempart contre le vent ; le guerrier portait aussi un capuchon de laine bouillie qu'il avait rabattu sur sa chevelure blonde dès que la brise s'était manifestée, si sa capuche lui avait souvent servi de camouflage de fortune contre les regards indélicats, ces derniers temps, Jolicoeur lui préférait ses qualités contre les intempéries. Avec ses deux fidèles épées courtes attachées dans son dos, ses fidèles marteaux calés dans sa ceinture et son havresac en bandoulière, il était le stéréotype du maraudeur. À ses yeux, lui qui cultivait la discrétion par nature, pouvait passer pour un bandit comme pour un honnête aventurier.

Mais peu importait, le balafré suivrait les directives de l'archer. Le gaillard avait l'air de s'y connaître en manigances et en infiltration, il n'y avait pas de raison de lui tenir tête. Et il verrait par la suite si changer de tenue offrait réellement un avantage ou au contraire si l'archer aimait seulement s'entendre parler. Quelles qu'en soient ses conclusions, le balafré saurait en tirer parti à l'avenir.

Mathis sortit le guerrier de ses réflexions. Attentif à ses paroles, Jolicoeur hocha la tête à plusieurs reprises afin de simplement signifier qu'il avait comprit et n'avait pas de questions.

La voix de l'archer avait perdu de sa malice et pris un ton des plus sérieux ce qui mis Jolicoeur en alerte, conscient de la menace dans laquelle ils évoluaient. Les loups ou les bandits pouvaient surgir de nulle part, ils pouvaient aussi déranger une bête sauvage. Tout était possible dans les forêts. Le balafré, lui qui avait sa vie durant évolué dans la cité d'Eauprofonde, prenait conscience de sa vulnérabilité dans ces étendues sauvages.

En voyant l'archer pointer de l'arc les fourrés d'une nouvelle clairière, Jolicoeur posa imperceptiblement les mains sur ses marteaux, prêt à dégainer et à parer à toute menace. Il observait le bosquet avec attention, à la recherche d'une présence. Le balafré se demandait si Mathis avait flairé un piège ou si il avait découvert la fameuse détresse de galoup.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Samedi 19 Janvier 2019 à 19h29 par Kerlomar
Quote Post
 
 

Volan avançait, gardant le silence suite aux déclarations de l'archer. En réalité, il réfléchissait de son côté pour trouver un plan qui pourrait convenir également. Il pouvait y avoir un intérêt tout particulier à pouvoir disposer de plusieurs idées et plans même s'il ne connaissait ni la région ni la configuration du lieu de leur intervention. Cependant, il devait reconnaitre que le plan de Mathis était bon, mais faute de mieux.

L'histoire des plantes plaisait au semi diable, encore fallait il les trouver. Cependant, Volan tiqua à l'une des réflexion de Mathis concernant la possible appartenance des brigands. Cela était des plus intéressant. Ainsi, il y avait peut être des bandes ou des groupes organisés, répondant à un objectif clair et distinct et qui pouvaient avoir un réel poids ou une certaine influence dans la région. Ce n'étaient peut être finalement pas des bandits classiques mais peut être une organisation qui procédait à ce genre d'activités afin d'obtenir de l'argent ou un quelconque autre gain pour leur but ultime.

- Y a t-il des organisations dans la région qui pourraient être responsables d'une telle chose et surtout pratiquer allègrement ce genre d'activité illégale ? Des organisations luttant contre le pouvoir en place ou pour semer l'anarchie et le chaos ?

Volan attendait des réponses à ses questions et en profita pour regarder ses vêtements. Lui même était habillé comme un voyageur, bien qu'il dispose d'objets magiques qui pouvaient le trahir face à certains sorts. Mais il ne s'inquiétait pas outre mesure. Son trident suffisait en général à mettre fin à tout désaccord avec quelqu'un.



Un homme ne se juge pas sur son apparence, mais sur ses choix et sur ses actes.

user posted image

Fiche de Volan Dante

user posted image Réputation 5.5

Le Bien et le Mal n'existent pas, il n'y a que le Pouvoir et ceux qui sont trop faible pour le saisir !
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Aujourd'hui à 02h53 par Schninkel
Quote Post
 
Mystique de la canopée
Chambre 21
5 gemmes
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

user posted image


Jolicœur & Volan
L’étape menait au sommet d’une colline en haut de laquelle ils purent observer un charmant domaine fait de plaines alluviales, de saillies rocheuses et de boqueteaux anciens. L’endroit aurait pu être enchanteur si les circonstances ne plongeaient pas le trio dans d’intenses réflexions de nature stratégique.

Ainsi, l’archer accorda quelques secondes après cette légère ascension, il en profita pour répondre aux interrogations du semi-diable :


Mathis
- Des organisations criminelles ? Hum… Il y en a, comme partout où il y a des enjeux économiques et politiques, j’imagine. (il se frotta la nuque en faisant faussement mine de réfléchir à la question) Je dirais plutôt des membres de clans affamés, des maraudeurs opportunistes ou des mercenaires agissant pour rançonner et intimider cette malheureuse famille marchande. Une histoire classique de créance et de retard. (il haussa les épaules puis retourna son regard vers les alentours) Rien de concret pour le moment.

L’archer continua de parler, dos aux mercenaires.

- Habituellement, les maraudeurs s’agitent juste avant les premières neiges - quand les greniers sont plein des récoltes récentes – ou à la fonte des glaces – quand ils viennent tout juste d’expérimenter la famine hivernale.

Tourné vers l’orée du bois. Respirant à plein poumon l’air montagnard.

- Les seuls indices sont :
Des flèches en bois de pin, des bandeaux vermeils ceints en signe de reconnaissance, des humains – enfin, des individus de taille moyenne – vêtus d’armures disparates et des Osgoths, une race de cheval de Narfell commun dans la région. Pelage velu, courts sur pattes mais drôlement teigneux comme bestiaux.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


Il positionna une main en visière et observa silencieusement la petite forêt dont on apercevait d’ici la majorité du sommet de la houppe. Des contreforts rocheux encerclaient une clairière parsemée de buissons noueux. Du sommet de leur colline, ils observèrent encore quelques secondes le paysage. Le ciel était toujours sans nuages et le soleil continuait de brûler tandis que la matinée se poursuivait calmement. Au loin, sur le versant opposé, l’on pouvait voir s’étendre le reste de la province : quelques fermes isolées, la plupart clôturées de larges ravines et de monts escarpés. Aussi des huttes en bois drapées et de tentes dispersées dans toute la vallée.

Mathis se racla la gorge et pointa son arc en direction de la petite forêt avant de reprendre :


Mathis
- Comme je le disais, le manoir est au milieu d’une combe, une vallée creusée dans un pli de montagne. (il attira l’attention sur deux crêts escarpés garnis de rocheuses) Ce sont les arêtes de la montagne : il n’y a que deux accès, le sentier que nous allons emprunter sera certainement leur voie de retraite. (il pointa l’extrémité de son arc vers l’arrière-pays, au Nord) Si ces gredins emploient des réserves – une équipe de soutien – il y a de fortes chances qu’elles interviennent aussi par cette voie.

Mathis se mit à bailler, puis il reprit d’une voix somnolente.

- Aarf ! Bon allons-y, c’est l’heure de la cueillette avant notre balade en forêt.

--------------------
Un jeune homme svelte, doté d’une solide armure de cuir et d’un carquois empli de flèches à l’empennage vert. Le teint de ceux qui ne connaissent pas le confort de la bureaucratie. Une tignasse blonde et un collier de barbe encerclaient un visage désinvolte.


Toujours plein de flegme, Mathis se remit en route et descendit la colline en direction de la clairière.

user posted image



user posted image
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (3) 1 2 [3]  Reply to this topicStart new topicStart Poll

 



   


open