Quel est votre nom, voyageur ?
Sillonnez les couloirs de la Taverne !
   

Pages : (20) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll

> Intrazil, chap I, Temple de Kiaranzalée, Ombreterre
  Écrit le : Mardi 21 Août 2007 à 09h12 par Nollïa
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Ibéalia, réflexe : 9 (dé) +6 >< DD 10 = réussite
Ibéalia, dextérité : 4 (dé) + 4 >< CA Miramal : 3 (dé) + 3 = réussite

Ibéalia, acrobatie :12 (dé) + 4 - 2 (agrippe Miramal) >< DD 15 = echec
Miramal, acrobatie : 20 (dé) + 2 - 2 (boite ) - 4 (aggripé) >< DD 15 = réussite
Vieltal , réflexe : 3 (dé) + 5 (sens initiative) >< DD10 = échec
Ibéalia, vigeur :17(dé) + 0 >< DD 12 = réussite
Elinor, 11 (dé) +0 = échec
Rindelboum, 9(dé) + 1 >< DD 12 = échec
Hermine, 4 (dé) + 4 >< DD 12 = échec




Vingt-neuvième jours du temps des fleurs année de la magie sauvage29 Kyrthorn 1372

Lieu : Temple de Kiaranzalée, Grande Faille - Ombreterre
Temps : /
Moment : après midi(environ 16h38)



Début de l'aventure : L'étudiante



Narration

Au moment où Miramal allait sauter, espérant gagner de vitesse en se laissant glisser sur le sol parfaitement lisse du couloir, Ibéalia se saisit du gnome par le col. Elle était rapide, et agile comme une panthère, mais elle avait sous-estimé le poids du petit druide qui paraissait tout chétif avec sa démarche claudicante. Elle ne parvint pas à le soulever et fut arrêtée dans son mouvement. Les portes se refermaient à toute allure laissant entendre ce grondement terrible et irrémédiable dont l’écho se répercutait dans le vide des salles marbrée. Comprenant que le traîner derrière elle ne ferait que les ralentir tout les deux, elle lâcha prise. Ce qui permit a Miramal de donner une forte impulsion des jambes et d’user de la force de la chute pour s’élancer et glisser comme il avait prévu. Il ne pouvait laisser Tibor seul, et les cris de l’oiseau ne faisaient que renforcer sa volonté.

Miramal

Zoooum ! Boitu glissait comme une savonnette sur du carrelage, le cœur battant à tout rompre ! La porte se refermait dangereusement, il ne restait qu’un faible interstice : Miramal allait se faire écrabouiller, il était trop tard pour reculer ! Il ferma les yeux…Lorsqu’il les rouvrit, Tibor lui picorait le crâne en signe d’amitié. La porte s’était refermée dans un claquement horrible juste derrière lui, devant le nez d’Ibéalia qui n’avait pu courir assez vite que pour passer sans encombre. Essayant de se relever, le druide remarqua une résistance étonnante qui l’obligeait à rester couché. Que se passait t’il ? Quelle force mystérieuse était encore à l’œuvre ? Pourtant, le gnome ne voyait devant lui qu’un escalier en colimaçon s’enfonçant plus encore dans les profondeurs.


Hermine, Ibéalia, Rindelboom, Elinor

Dans le couloir, la demi elfe n’était pas la seule à pester. Hermine avait taché de retenir le lourd battant de pierre noire, elle y avait mis toute sa force, toute son énergie, toute sa volonté. Pour rien ! Autant lutter contre la montagne elle-même ! Le barde décontenancé par ce qui arrivait n’avait pas réagi assez vite, et au moment ou il avait bougé pour passer la porte, il avait estimé qu’il serait trop dangereux pour lui de passer, et il n’avait pu montrer de témérité comme il l’aurait sans doute désiré.

Prisonniers au milieu de couloir, qui soudain semblait avoir rapetissé, les aventuriers regardaient tout autour d’eux, inquiets et s’attendant au pire. Un nouveau grondement se fit entendre. Les mains d’Elinor se crispèrent nerveusement sur la première chose à porté, à savoir le bras de Rindelboom. Les portes des quatre niches s’étaient mises en mouvement, remontant, comme les autres étaient descendues et laissant s’échapper une odeur insoutenable. Seule Ibéalia sembla résister à l’affront du parfum de putréfaction qui envahissait la pièce
.


Initiative

Ibéalia, 18(dé) + 8
Elinor, 20 (dé) +0 -2 (nausées)
Rindelboum, 10(dé) +4 -2 (nausées)
Hermine, 13(dé) + 1 – 2 (nausées)




Vieltal

Il était prisonnier ! Ou plutôt était ce les autres qui l’étaient, pris au piège de la pire des façons. Un second grondement parvenait à ses oreilles, et il savait que cela ne présageait rien de bon. Attentif a ce qui se passait de l’autre côté de la porte, Vieltal avait relâché sa vigilance un instant. Aussi lorsqu’il se retournât pour observer ses arrières et être certain qu’aucune mauvaise surprise ne le prendrait au dépourvu, il constata l’étrange lueur bleutée qui émanait des deux mains offertes en offrandes, celles sur lesquelles Ibéalia avait enfilé les anneaux. S’enroulant en lourdes volutes, l’énergie azur montait vers le plafond en cercle, accompagné d’un léger sifflement. Au centre de la lumière, apparu une silhouette gracile. Elle était vêtue d’une tenue noire, moulante, un peu comme l’armure de la demi elfe. Ses cheveux flottaient autour d’elle avec grâce. Qui qu’elle soit, l’apparition resplendissait de beauté. Puis soudain, le cœur de Vieltal se serra, lorsqu’il remarqua la couleur d’ébène de sa peau, et l’argent de sa chevelure dansante.




user posted image
 
 
   Top
PM
Écrit le : Samedi 25 Août 2007 à 09h11 par Ibealia
Quote Post
 
Rôdeuse de Solonor
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Ibealia était exténuée, elle se mourrait presque le nez collé à l'immense porte en pierre. Elle venait de faire une petite course, plus lente qu'elle n'aurait voulu du fait qu'elle avait voulu aidé Miramal dans sa propre course. Mais finallement sa tentative avait echouée, elle les avait même tout deux ralenti. Malgré un bilan au demeurant négatif, Miramal avait tout de même réussi à passer la porte et c'était deja un bon point pour Ibealia qui souhaitait la réussite de la mission. D'un autre coté, savoir le petit druide seul de l'autre coté, face au danger inconnu ne la rassurait pas vraiment. Bien qu'elle s'inquiète pour celui dont on lui avait donné la responsabilité, elle devait avant tout penser à s'en sortir elle-même et ses compagnons bloqués dans l'obscur corridor. Comme si le fait d'être enfermé ne suffisait pas, un bruit strillant se fit entendre. Les niches s'avançaient, rétrécissant à vue l'espace réservé aux compagnons de fortune.
La belle roublarde reprit ses esprit. Il fallait agir et au plus vite, mais que faire? Ils étaient quatres à être bloqué dans le couloir de la mort.


- Les niches se raprochent, il faut vite trouver quelque chose

Ibealia fit alors ce qu'elle savait le mieux faire, observer minutieusement : murs, dalles, et même les niches. Elle cherchais un semblant de mécanisme, un trou assez grand pour passer une main qui le camouflerai par exemple ou une dalle qui se démarquerai des autres et qu'il faudrait presser, détruire ou autre...

Ibealia utilise Détection, Désamorçage/Sabotage (si je trouve quelque chose) et Evasion (j'sais pas si ca s'utilise dans ce cas précis :S)




La douceur apparente n'est rien d'autre. Garde tes distances et regarde la situation globale. N’utilise la violence et la confrontation qu’en cas de défense ou de problème de temps. Que Sylvanus te garde!

user posted image
 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Lundi 27 Août 2007 à 21h07 par Hermine
Quote Post
 
Soeur des Marches
Chambre 13
Aucune gemme
Haut
Bas
 
 

Dans la pénombre, Hermine s'appuya contre la porte à présent fermée. Sans faire de bruit, elle frotta la pierre de son poing et serra les dents. Vieltal ...

Lorsque le son du raclement de la roche contre la roche reprit, Hermine se retourna vivement, dégainant son épée à nouveau. Cette fois, il ne faisait aucun doute qu'elle allait devoir vraiment s'en servir, à combattre autre chose que des ombres. Le temps de localiser la source du grondement, puis :


- Eli, Яind !, cria-t-elle aux deux qui étaient restés au milieu du couloir, tout près des bruits. « Deяяièяe-moi, VITE !! »

Sur ce, la guerrière s'élança, sans crainte mais sans joie non plus. Dans ce couloir sombre, elle ignorait ou étaient passés Ibealia et Miramal ; tout ce qu'elle savait, c'était qu'au plus proche des ennemis se trouvaient maintenant les deux membres du groupe les moins indiqués pour celà ! Rindelboum, le magicien gnome, et ... et Elinor, quoi. La priorité était de les protéger ces deux-là durant le premier assaut et pour ça, il fallait absolument qu'ils sortent du cercle de lumière projeté par la lampe qu'Hermine avait abandonné auprès d'eux, afin d'être moins repérables et que ce soit leurs ennemis qui se retrouvent à cette place !

Leurs ennemis ... Dérapant sur le dallage, Hermine stoppa sa course à quelques pas de l'action, en lisière du cercle de lumière et se protégea de son bouclier, nauséeuse.
L'aventurière ignorait qui ils étaient, mais elle était sûr de n'en avoir jamais affronté de leur sorte : elle n'avait jamais rien combattu qui dégage une telle puanteur.
Eurk ...



Fiches d'Hermine et de Biscotte
Chronologie RP: 0 1 2 | 3 | 4 | 5 6 7 8 | 9 | 10 11 12 | 13 14
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 28 Août 2007 à 12h38 par Nollïa
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 



Prise de nausées, Elinor relâcha sa garde, tachant de ne pas remettre sur le sol le souvenir de son dernier repas comme l’avait fait plus tôt Miramal. Regrettait t’elle de s’être aventuré dans un endroit aussi dangereux ? De premier abord l’on pouvait y penser tant sa mine était déconfite… Elle tituba sans mot dire et se glissa derrière Hermine. Cependant lorsque son regard croisa celui de l’indomptable illuskane, sa main frôlant d’une légère caresse le bras armé de la guerrière, on pouvait y lire davantage que de la détermination.

- Soit prudente Hermine ! Je ferais de mon mieux pour te couvrir.

Dès que celle –ci se mit à courir, l’étudiante en cavale se plaça dans l’ombre, plissant des yeux afin de mieux distinguer ce qui allait surgir du néant. D’une main, elle attrapa l’un des carreaux que l’on lui avait confié, et se préparait a recharger l’arbalète comme on lui avait montré plus tôt dans la journée.

- J’espère que je saurai me servir de cet engin ! Murmura t’elle davantage pour elle-même.

--------------------
Elinor Dentrefond est une jeune fille au teint de porcelaine et aux longs cheveux foncés retenus en des coiffures plus ou moins élaborées. Sa stature élancée est gracieuse, et ses goûts en matière d’habillement sont raffinés. Son tempérament doux, presque timide l’ont toujours poussée a préférer davantage la compagnie des livres que celle d’enfants de son âge, attisant ainsi une curiosité sans borne et un amour particulier de l’étude et du savoir. Elle est devenu avec le temps l’étoile montante de l’université de Lunargent, et est investie des plus grands espoirs de ses professeurs et de sa famille faisant partie de la haute noblesse.



user posted image
 
 
   Top
PM
Écrit le : Mardi 04 Septembre 2007 à 14h07 par Karth
Quote Post
 
Vétéran des Royaumes
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Vingt-neuvième jours du temps des fleurs année de la magie sauvage29 Kyrthorn 1372

Lieu : Temple de Kiaranzalée, Grande Faille - Ombreterre
Temps : /
Moment : après midi(environ 16h39)



Hermine, Ibéalia, Rindelboom, Elinor

Ibéalia, détection : 4 (dé) +6 >< DD ? = echec


Quatre impacts de la pierre sur la pierre se firent entendre, quatre bruits sourds de mécanismes en fin de course qui s’enchaînèrent dans une mélodie macabre, tintant tel le glas. Les niches venaient de se dévoiler entièrement, et l’épouvantable puanteur sembla empirer, aussi improbable que cela puisse paraître.

L'odeur de la mort planait dans le couloir.

Mais les valeureux aventuriers avaient pressenti le danger et s'étaient activés au mieux pour y faire face. La vivacité d’Ibéalia, la détermination de Hermine, le courage d’Elinor seraient déterminants, seul Rindelboum était resté immobile, incapable de réagir, l’estomac retourné et le corps affaibli. Mais tous étaient sur le qui vive. Elinor à l’abri derrière Hermine qui ferait rempart de son corps face à toute menace, tandis que l’instinct pratique de la roublarde la poussait à chercher une solution, une porte de sortie, un mécanisme, n’importe quoi qui pourrait la libérer de cette mortelle prison de pierre. Mais elle ne senti rien sous ses doigts experts… Ils étaient pris au piège.

Alors, brisant l’inquiétant silence qui s’était installé, un râle d’outre-tombe s’éleva, résonnant dans l’espace confiné, pénétrant et effrayant.

Soudain à la lueur des lanternes, les trois jeunes femmes virent... Quatre créatures à la fois mortes et vivantes s’extirpaient de leurs niches respectives prêtes à emporter ceux qui avaient troublé leur repos dans le calme éternel et absolu. Dans un ballet mortel et effroyable de lenteur, elles se déployèrent sous les regards inquiets des aventuriers.

Et lorsqu'enfin, le pauvre Rindelboum, se redressa tant bien que mal la bouche encore pâteuse, il s’aperçut avec horreur que toute retraite vers ses compagnons était désormais coupée. Une créature faisait face à Hermine, tandis qu'une deuxième s'interessait dangereusement à lui, l'empêchant de se rapprocher de la demi-elfe. De plus cette dernière aussi aurait rapidement de quoi s'occuper, car les deux autres zombis se dirigeaient chacun vers une jeune femme.

Il leur faudrait combattre...



Initiative:
Ibéalia, 16(dé) + 8 = 24
Hermine, 16(dé) + 1 = 17
Elinor, 17 (dé) +0 = 17
Rindelboum, 3(dé) +4 = 7


Fichier joint ( Nombre de téléchargements: 299 )
Fichier joint  Couloirdelamort1.jpg



Que le sang coule à flots!
user posted image
user posted image Réputation 6.5
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mardi 04 Septembre 2007 à 16h01 par Nollïa
Quote Post
 
Oreille des Marches
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Début de l'aventure : Porté Disparu



Vingt-neuvième jours du temps des fleurs année de la magie sauvage29 Kyrthorn 1372

Lieu : Temple de Kiaranzalée, Grande Faille - Ombreterre
Temps : /
Moment : après midi(environ 16h39)



Narration

Ceux qui sont passé par le portail, celui qui est resté derrière la porte.

Naskyrien ne s’était attendu à un tel déluge de couleur et de sensations…pour le moins désagréables. A tel point qu’un haut le cœur violent le prit aux tripes, ne lui permettant pas de se montrer aussi vif qu’il ne l’aurait voulu. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il était toujours plongé dans une aura bleutée s’élevant en spirale et offrant le léger chant d’un souffle magique.
Sous ses doigts rugueux, il sentit la petite poigne de Golek, tandis que le gémissement canin qui se faisait entendre, prouvait que Dorik et Ares avait suivit leur exemple. C’est lorsqu’il perdit l’équilibre, tombant de son perchoir, sans doute un peu poussé par les autres, que le barbare remarqua qu’il s’était matérialisé dans deux grandes mains sculptées, paumes présentées au plafond, trois anneaux d’argent en ornant les doigts. L’endroit dans lequel se trouvaient les infortunés rescapés de l’Outreterre était pratiquement silencieux. Au loin, dans les profondeurs de cet endroit inconnu résonnait comme un souvenir, des éclats de voix et un grondement sourd qui prit fin presque aussitôt s’être fait remarquer. Avec lenteur, Naskyrien se releva et fut soudainement ébloui. Il lui fallut quelque temps pour que son œil valide ne s’habitue à la lumière nouvelle qui lui déchirait la rétine.

Dorik, possédant des capacités innées à distinguer dans les ombres ce que les autres ne pouvaient voir, pouvait observer à loisir le lieu dans lequel ils avaient été transportés. Une pièce de vaste dimension dont les murs aussi lisses que le marbre étaient noirs comme la peau d’ébène de leurs architectes portait en son centre cette étrange statue formée de deux mains géantes. Le pourtour des murs était orné en hauteur d’une frise mettant en scène une bataille gigantesque. Habitué aux contes de l’Outreterre, le nain reconnu dans les figures se combattants, des drows accompagnés d’araignées monstrueuses. Face à lui un couloir étroit. Derrière lui, Naskyrien se relevait faisant face à une scène inattendue.

Une haute porte, flanquée de part et d’autre par deux gracieuses statues féminines parfaitement symétriques perçait le mur en son centre. Vêtues de drapés moulant leurs formes graciles, elles avaient une main ornée d’anneaux d’argent posé sur la poitrine, et l’autre sur le pommeau d’une épée pointée vers le sol. Devant ce panneau de pierre noire, un homme était debout, bouche bée, une lanterne à la main, cause de l’éblouissement du Rashémi et de l’hafelin. Il avait les cheveux blonds un peu en bataille, une barbe naissante et un sac sur le dos. Face a lui, et la cause de sa stupeur ? se tenait Sinafaye, dague sortie, dans féline posture de combat qui rehaussait encore davantage l’éclatante sensualité de ses formes
.

- Profanateur ! grinçait t’elle d’une voix menaçante. « Qui es tu ! Que fais tu là ! Parle misérable ! »

--------------------
La première impression que laisse Sinafay lorsque l’on croise ses yeux d’or, est un sentiment trouble de fascination ou la peur se mêle au désir. Sa silhouette frêle et gracile lui donne un air de fragilité, comme une poupée d’ébène que l’on aurait peur de casser, et pourtant son visage porte la marque de ceux qui sont déterminé et auquel peu de chose ne résiste.


C’est dans cet instant de tension incongrue que surgit Riark et son paquetage de casseroles. Son apparition soudaine, à l’endroit exact où se tenait le nain, bouscula ce dernier, qui se vautra sur le sol froid, tête la première.



user posted image
 
 
   Top
PM
Écrit le : Mardi 04 Septembre 2007 à 20h04 par Hannibal
Quote Post
 
Aventurier
Chambre 21
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Le voyage au travers du portail avait été moins désagréable au nain qu'aux autres membres du groupe au vu de la résistance naturelle des nains à la magie, il ne sentait rien de plus qu'un léger picotement sur sa peau, signe de la persistance des énergies magiques qui tentaient toujours de le pénétrer.

Le nain pôlaire s'était surtout concentré sur l'endroit où lui et ses compagnons étaient arrivés. La pierre des murs était de bonne facture même si elle était loin d'égaler le travail des architectes et maçons nains. Les frises taillées dans les murs rappelait à Dorîk de vieilles histoires racontées lors de veillée autour du feu ou encore entendues rumeurs à la taverne. Mais ce fut les statues bordant les portes qui attira le plus l'attention du nain. Il lui semblait que la pierre avait été plus finement ciselée que les autres détails de la pièce. Dorpik s'apprètait à étudier les anneaux d'argents qui étaient enfilés à leurs doigt lorsque la voix de Sinafaye rugit.

L'homme qu'elle avait en face d'elle était de bonne stature et semblait passablement surpris par l'arrivée arcanique de la drow et ses acolytes. Le nain remarqua également un oiseau au ramage noir comme la peau de la drow perché sur la tête de l'individu, la bête s'apparentait beaucoup à une corneille ou un corbeau. Même si la situation semblait totalement étrangère au groupe, il ne semblait pas non plus que l'inconnu en face d'eux ne soit menaçant.


-On se calme la compagnie! Commença le nain en s'adressant d'abord à la drow. Et toi Il pointa l'inconnu du bout de sa lance. on ne t'as pas dit qu'il été dangereux de se ballader dans l'Outreterre tout seul? Ou alors tes compagnons ne sont pas loins? Allez parles ou la petite va s'énerver et je peux t'assurer que c'est pas une gentille et joviale prêtresse de Lurue. Riark venait tout juste de sortir du passage et le nain espérait que son camarade ne l'ait pas entendu.


 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 05 Septembre 2007 à 03h54 par Naskyrien
Quote Post
 
Aventurier
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Alors qu'il croyait son voyage dimensionnel terminé, Naskyrien, notre bon barbare Rashémi fut surpris par la force de "l'atterrissage". La tête lui tourna un moment et une certaine euphorie légèrement délirante vint remplacer la parano qu'il venait de se taper au sujet de la drow. Tout en continuant à tenir la main du Hin, l'espace de quelques secondes, la tête lui tourna, et il réussit de justesse à ne pas tomber .
Il distingua néanmoins sa copine qui se frémoussait sous un éclairage inattendu que Nasky ne vit pas être tenu par une forme humaine et qu'il pensa , l'espace de quelques secondes, être d'origine surnaturelle
Il sentit l'ambiance noire du lieu et les formes de mains géantes sur lesquelles il se trouvait et se cru porté par un dieu vers des contrées inconnues des plans exterieurs, le tout sous l'éclairage surnaturel d'un ange ou autre entité accompagnatrice.

La voix guerriére de Sinafaye le ramena à la réalité et il prit conscience que d'autre(s) personne(s) que les gardiens prévus semblaient s'être introduit eux aussi dans ce lieu considéré comme sacré par la môme au teint foncé ...
L'attitude également guerriére de Dorik confirma ses pensées , puis l'arrivée involontairement musicale de Riark , ainsi que sa maladresse, le firent pouffer de rire.

Alors que Dorik poussé au sol venait de faire allusion à Lurue, notre barbare surenchérit naturellement
"Ah, mais il est là notre bon prêtre... Que Lurue soit bénie..."

Il se rappela qu'ils se trouvaient dans le temple d'une déesse drow, et que prononcer le nom de la déesse licorne n'était peut être pas une trés bonne idée...

Reprenant ses esprit, il demanda à Riark doucement : "et le jeune blondinet, il vient ? Et ... le Thayen... ? demanda t'il avec nettement moins d'enthousiasme, espérant sans arriver à se le cacher, que Ignus avait peut être décidé de ne pas venir ..



"Héros héros petit nous tapons. Héros héros petit partageons" (berceuse troll)
 
 
   Top
PMEmail Poster
Écrit le : Mercredi 05 Septembre 2007 à 09h58 par Rindelboum
Quote Post
 
Aventurier
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Mais… Qu’est-ce que… ? Qu’est-ce que la mort après tout ? Que ressentons nous au moment de partir ? Sentir toute vie quitter la moindre petite parcelle de notre chair…
Est-ce comme… écrasé une araignée ? Une araignée attendant patiemment, a l’affut du moindre mouvement des files de sa toile, prête à bondir sur la moindre anomalie, le moindre petite insecte qui aurait commis l’impudence de s’aventurer à l‘intérieur des frontière de son antre ? Et lorsqu’au comble de son attente, alors que des vibrations venaient enfin de chatouiller l’une de ses huit pattes d’arachnides, à défaut d’un déjeuner, seule la sensation froide d’une sandale aplatissant son être se fait alors ressentir ?
Finalement, la mort n’est-elle pas semblable à ça ? Semblable à une sandale géante au dessus de notre tête ? Une sandale attendant son heure, le moment ou elle pourra s’abattre, le moment ou elle pourra déverser toute sa colère, tout son bois de sandale taillé en forme de pied sur sa victime ? Rien à voir avec une faux finalement…
Et si lorsque… Et si lorsqu’au dernier moment, au moment cruciale ou la sandale choisie de débuter sa tache, la victime lève la tête ? Que se passe t-il alors ? La sandiable rebrousse t’elle chemin ?

La, debout, en plein milieu d’un sombre couloir, on pouvait observer Rindelboum, les yeux fermés et les mains crispant son bâton dans une position étrange. Diriger par son inconscient, il avait prit instinctivement une posture défensive. Le stress non évacué qui débordait en lui depuis des heures mêlé à la vision des portes se refermant sur elle-même avait encore une fois provoqué en lui une implosion intellectuelle. Une quantité de messages nerveux envoyés par chacun des neurones de son cerveau tellement importante, qu’une terrible surcharge se produisit alors, coupant toute communication avec le monde extérieur.
Seule une petite sensation de chaleur se mêlait à ses réflexions métaphysiques sur une toute nouvelle espèce de sandale, les sandiables. Et tel l’éphémère papillon apparaissant le matin et disparaissant le soir, cette sensation de chaleur disparut presque aussitôt, remplacée par une étrange fraicheur.

Rindelboum ouvrit alors les yeux, et observa sans mot la jeune fille qui venait de lâcher son bras courir vers la guerrière. S’était comme s’il émergeait enfin d’un long sommeil, un sommeil qui avait duré une éternité. La bouche pâteuse et les paupières à demi fermé, il ne réalisait plus dans qu’elle situation il se trouvait. Il ne pensait d’ailleurs même plus à rien. Prit de nausée, il sentait une terrible puanteur l’envahir, était-ce l’odeur de la mort ? La grande sandiable avait-elle quitté son antre pour venir se frotter à de la chair de gnome aplatie ? Etait-ce la sensation que ressentait celui qui levait la tête au dernier moment, au moment le plus cruciale ? Rindelboum avait-il levé la tête ? Il n’en savait rien et tout ce qui le préoccupait désormais était cette ultime question : « Que se passe t-il alors ? La sandiable rebrousse t’elle chemin ? ». Impossible de résister, il lui fallait répondre à cette question.
Attrapant la petite belette apeuré qui se trouvait sur son épaule, il la glissa délicatement dans sa tunique puis se retourna… Prit de surprise, de stupeur et de terreur, le gnome hurla à la mort à la vision de cet être mi-vivant mi-mort qui venait d’apparaître devant lui.


- AAAH ! AAAAAAAAAAAAAH !

Dans sa panique, il voulu faire un bond en arrière mais il trébucha sur une pierre et tomba sur les fesses. C’est alors à cet instant qu’il en fut persuadé, il venait de lever la tête… L’heure était venue de répondre à cette terrible question qui hantait désormais son esprit.


 
 
   Top
PMEmail PosterUsers Website
Écrit le : Mercredi 05 Septembre 2007 à 10h37 par Riark Sirali
Quote Post
 
Aventurier
Aucune chambre
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

Riark était entré dans le cercle bleu en toute connaissance de cause. Ce qu'il n'avait pas prévue en revanche fut le voyage lui-même, ainsi que sa réception.

Pour le voyage, il n'avait jamais rien connus de tel. Son coeur avait eu des hauts et des bas. Son estomac s'était révulsé une fois, mais dans l'ensemble cette sensation de nouveauté lui paru excitantes. Cette impression de voler, pour lui qui n'avait jamais vraiment quitté le plancher des vaches, si nouvelle et si étrange...

L'arrivée fut beaucoup plus terre à terre. Riark culbutât le Dorik et ce retrouva sur les fesses, le corps projeté en avant par le poids de son paquetage qui était toujours accroché dans son dos. Il se redressa péniblement pour entendre Nasky lui demander des nouvelles des deux derniers. Mais Riark n'avait aucune idée de ce qu'ils avaient choisie !

L'extase qu'éprouva Riark pendant ce voyage laissa subitement la place à un tournis terriblement désagréable.


Ma dame, voici une bien cruelle épreuve pour votre serviteur.

Il n'avait pas été particulièrement discret en prononçant ces quelques mots, mais leur destinataire ne faisait aucun doute pour ceux qui le connaissaient. Il regarda Nasky en ce mettant péniblement dans une situation plus confortable.

Je ne peux pas faire un tel choix pour eux, cependant j'ai veillé à ce qu'il ne soit pas démunit s'ils choisissaient l'autre chemin. Aux moins sont-ils armés. Je n'ai rien pus faire de plus, hélas.

C'est en parlant à Nasky que Riark pris vraiment conscience de l'endroit où il se trouvait et le simple fait d'avoir parlé à sa déesse dans un temple qui ne lui était pas dédié lui arracha une grimace comique. Cette sale était tout ce qu'il aurait voulu éviter, mais on ne se soustrait pas des épreuves qu'un dieu vous offre.

La deuxième chose qu'il lui vient à l'esprit fut que si un autre l'avait suivi, il éjecterait Riark comme il l'avait fait avec le nain, alors il entreprit de s'éloigner simplement de son point de chute. De là, il vit l'étranger et la drow et la tension qui régnait !


Ah mais voilà, c'est reparti ! Faut-il toujours que les drows sautent à la gorge du premier inconnu qui passe ? Calmez vous, de grâce et laissez ce pauvre bougre s'expliquer avant de vouloir l'estourbir ! On a suffisamment de problème comme ça, inutile d'en ajouter d'autre ! Et pas de mais !



On ne peut pas bien combattre le ventre vide.

sort préparé :
niveau 0 :.......................niveau 1 :
-détection de la magie.....-vigueur mineure
-lumière.........................-vigueur mineure
-lumière

domaine :
-soin léger
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (20) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll