Quel est votre nom, voyageur ?
L'aventure n'attend que vous !
   

Pages : (24) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll

> Chapitre 1 : Padhiver
  écrit le : Vendredi 20 Janvier 2017 à 17h06 par Kerlomar
Quote Post
 
Habitant des Royaumes
Chambre 10
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

4ème jour de la Griffe des Tempête, année des Dragons Renégats
4 Mirtul 1373.
Période de la journée : Fin de l'après midi.
Climat : Soleil. Vent frais.
Température : environ 8 degrés.


Padhiver, la Perle du Nord. Tel était le nom que lui donnait son dirigeant qui croyait dur comme fer à cette maxime, considérant sa ville comme un phare de la civilisation dans une région dure et sauvage habitée par les tribus orques, des clans barbares et d'autres montres bien plus puissants et dangereux encore. Et dans les faits, Padhiver était bien ce phare. Dernière grande place forte civilisée dans la région de la Côte des Épées Septentrionales, elle était la première ligne de front contre tout ce qui descendait de l’Épine Dorsale du Monde ou sans aller aussi loin, de sa rivale de toujours, Luskan. Dirigée avec force et sagesse par Nasher Alagondar, la ville était préparée depuis longtemps à agir et réagir face à tout ce qui pouvait lui arriver.

Mais Padhiver est également un centre de commerce important, réputé pour la qualité de ses artisans autant que pour trois beautés architecturales qui en font également la célébrité. Les trois ponts ayant la forme de la créature dont ils portent le nom. A savoir, le pont du Dauphin, le pont du Dragon Endormi et le pont de la Wiverne Ailée. Cependant, bien que bonne et confortable, la vie au sein de la cité ne serait en fait pas aussi paisible que ne pourrait le laisser croire le décor idyllique.

Corvo Stern

Le jeune roublard cormyrien quittait enfin le pont du Guerrier des Sombres Eaux, un navire de commerce aquafondien qui ressemblait plus à un navire de guerre déguisé qu'à un réel navire de commerce. Il avait pris la mer en hâte après avoir reçu la meilleure excuse possible pour s'esquiver et partir vers de nouveaux horizons. Une course pour un membre de la famille ? Quel bonheur, surtout quand cela permettait de mettre un maximum de distance entre lui et les membres fanatiques d'un culte morbide et dangereux. La mission était donc d'apporter un colis aussi petit que lourd au vu de la taille à un certain Talian Tauvenal, un marchand installé non loin de la Maison de la Justice


Le voyage en bateau avait été particulièrement inconfortable et le temps à l'orage durant une bonne partie. Aussi toucher terre et enfin faire escale était pour toutes les personnes à bord d'un grand réconfort. Après la pluie continuelle et un vent à renverser des arbres, le soleil pâle et le vent frais mais doux de Padhiver était un plaisir. De plus sur les docks grouillant de monde, ce vent portait avec lui des odeurs d'air iodé, d'épices diverses ainsi que les cris des contremaitres qui activaient leurs hommes pour la tâche. Cet endroit était une véritable fourmilière qui pouvait offrir de multiples opportunités à un homme avec les talents de Corvo. Certes, étaient bien visibles des hommes en tenue rouge et bien armés, mais la ville était vaste et de nombreuses possibilités s'ouvraient à tout nouvel arrivant. Surtout avec un sac d'or de cinq mille quatre cents pièces d'or.

Hannibal Barca

Le grand guerrier avait pris la route de Padhiver depuis Eauprofonde après avoir entendu parler de troubles au nord de la cité ainsi que de la recherche par les autorités de la ville de personnes compétentes pour renforcer la milice de Port Llast, une petite ville portuaire placée sous la protection de Padhiver contre les attaques de Luskan. Et comme son amie avait disparu du jour au lendemain en ne laissant qu'un mot, Hannibal se retrouvait libre de partir où bon lui semblait.

Cliquez ici pour dérouler le parchemin...


Passant la porte sud, Hannibal voyait la ville s'offrir à lui en ce début de soirée ensoleillée mais venteuse. Il était un aventurier chevronné, seul dans une ville qu'il ne connaissait pas mais pleine d'opportunités intéressantes pour un homme de sa condition. Quand il avait quitté Eauprofonde, ses contacts de la rue lui avaient conseillé d'aller voir au Marché des Lames, une auberge qui servait également de lieu de propositions d'embauche pour tous les mercenaires en ville. Il n'était qu'à quelques kilomètres mais lui seul pouvait décider de ce qu'il ferait.


Karmeth

Karmeth se retrouvait seul après l'échec de la mission pour laquelle il avait été envoyé par la Loge de l'Oeil du Dragon. Sa recherche de l'équipement d'un célèbre chasseur de dragons avait tourné court et comme le sort semblait s'acharner sur le pauvre prêtre nain, l'organisation pour laquelle il travaillait avait été dissoute sans que quiconque puisse dire pourquoi. Lui qui avait voué sa vie à protéger des dragons et combattre le Culte des Dragons se retrouvait désormais au chômage technique dans une région bien loin de chez lui et sans soutien ni ami. La Ville de Padhiver avait donc été un choix parmi tant d'autres. Un nouvel endroit pour commencer une nouvelle vie. Car le nain n'était malgré tout par sans atouts. Il repartait tout de même avec une certaine expérience, des secrets et des connaissances acquises grâce à l'Oeil du Dragon.

Karmeth arriva par la porte nord en début de soirée. Le soleil couchant disparaissant derrière les hautes murailles de la cité donnait des couleurs et une apparence dorée au paysage face à lui. L'entrée dans la ville se fit sans encombre et elle s'offrait entièrement à lui. Il pouvait faire ce qu'il voulait désormais libre de tout contrat et une telle cité pourrait lui fournir emploi, matériel et de multiples destinations s'il le voulait.


 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Samedi 21 Janvier 2017 à 01h28 par Hannibal
Quote Post
 
 

Le damarien souffla dans ses mains avant de les frapper doucement pour leur apporter un peu de chaleur. La journée était fraîche avec l'approche discrète du crépuscule à l'Ouest et bien que le soleil fut encore haut, l'épine dorsale du monde rappelait froidement sa proximité, faisant condenser les souffles en de fins nuages de vapeur.

Renfilant ses gants sur ses mains, Hannibal étira ses jambes un moment tout en laissant ses muscles se décontracter un peu. Assis sur un large rocher au bord de la route juste en face de la porte Sud de Padhiver, le mercenaire avait déjà parcouru une longue route depuis Eauprofonde et il avait marché à bonne cadence. Posant son regard sur la grande arche de pierre, il admira un moment sa qualité architecturale quoique vétuste avant de porter une attention plus prononcée sur les gens qui la franchissaient; voyageurs, marchands, mendiants, soldats et miliciens. Peu importe qui vous êtes lorsque vous franchissez une porte... car vous la franchissez tous, du plus humble au plus riche.

Et il allait les franchir lui aussi.

Ses pensées avaient été quelque peu assombries depuis son départ d'Eauprofonde. Une séparation récente avec une amie chère lui avait été plus douloureuse qu'il ne l'aurait crut bien qu'ils en avaient parlé longuement. Cela avait juste été trop soudain pour lui.

Alors pourquoi Padhiver maintenant?

Il n'en avait aucune idée mais son instinct d'aventurier avait pris le dessus pour presser ses pas en direction de la ville. Il était un mercenaire après tout et les mercenaires étaient promptement et naturellement attirés par ce genre d'endroits et les opportunités qu'ils offraient.
Il lui serait aisé de trouver quelque emploi entre ces murs, gagner un bon pécule et qui sait... trouver des informations sur son père disparu.

Frappant ses genoux du plat de ses mains, le damarien se redressa d'un bond pour s'apprêter à franchir ces fameuse portes. Il savait déjà où se rendre car il avait longuement conversé avec les voyageurs et autres aventuriers en provenance de la ville. Il avait noté quelques adresses d'auberge ainsi que la position du marché et ses meilleurs boutiques. Hannibal était du genre à se préparer du mieux qu'il le pouvait lorsqu'il se rendait dans une cité inconnue. Il n'avait donc pas hésité à entraîner ses interlocuteurs sur des sujets plus poussés, s’enquérant de la politique et des évènements majeurs de la région.

Jugeant de la position du soleil, le mercenaire estima qu'il lui restait encore assez de temps pour faire un saut au marché de la ville sans même savoir ce qu'il pouvait bien y chercher. Mais c'était souvent lorsqu'on ne savait pas quoi chercher que l'on trouvait les choses les plus intéressantes.

Rajustant les sangles de son sac à dos sur ses épaules, le damarien se mêla à la foule en direction du marché...



L'expérience est un bon professeur...mais il est sévère.

user posted imageRéputation 10

Fiche d'Hannibal
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Jeudi 26 Janvier 2017 à 22h25 par Münggs
Quote Post
 
 

'ambiance qui régnait sur les docks de Padhiver laissait au roublard cette étrange sensation d'être dans une ville familière. Pourtant, de toute sa vie, le jeune homme n'avait jamais mis les pieds dans la Perle du Nord.

A dire vrai, Corvo avait cette étrange sensation chaque fois qu'il pénétrait dans une ville portuaire. Qu'il s'agisse de Marsembre, sa ville natale au Cormyr, d'Esmeltaran en Amn, qu'il avait quitté en hâte pour échapper au Culte du Dragon ou encore d'Eauprofonde sur la Côte des Epées où il avait rejoint sa mère, tous les ports se ressemblaient...

Le jeune homme avait quitté Marsembre et la sécurité de sa boutique depuis plusieurs mois déjà. Son mentor et associé l'ayant une nouvelle fois missionné sur une "demande spéciale"... Tout ne s'était pas passé comme prévu et la mission avait été un échec... Le Zentharim s'était mêlé de l'affaire et Corvo avait été contraint de prendre la fuite sans pouvoir rentrer à Marsembre...

Dans une situation plus que précaire et par le plus grand des hasard, le jeune-homme avait croisé le chemin de la Compagnie des Marche en plein recrutement de mercenaires à Asbravn dans les Contrées du Mitan... Essayant d'échapper au Réseau Noir, le roublard s'était alors engagé comme mercenaire en pensant jouir d'une certaine protection. L'union faisait la force comme disait l'adage... Aux cotés de ses nouveaux compagnons - parmi lesquels un certain nombre de fanatiques religieux - sa situation précaire ne s'était pas améliorée, la seule évolution notable avait été le remplacement d'un ennemi par un autre. Corvo s'était alors retrouvé à ne plus fuir les Zenths mais les membre du Culte du Dragon...

Le Cormyrien avait cessé de fuir lorsqu'il avait abandonné les hommes de la Compagnie des Marches (non sans leur subtiliser un joli sac d'or au passage) aux abords d'Esmeltaran en Amn. Préférant se mettre au vert pour quelque temps, il avait pris sur lui et était passé outre sa phobie des fond marins, pour rejoindre le nord de la Côte des Epées par la mer... Depuis qu'elle était partie s'installer dans la Citée des Splendeurs, il n'avait pas revu sa mère depuis près d'un an, une occasion rêvée donc... Après un séjour bienfaiteur à Eauprofonde auprès de son seul parent restant, Corvo avait décidé de prendre le chemin du retour non sans rendre un ultime service à sa génitrice. C'était précisément ce service qui l'avait mené à Padhiver afin de remettre ce colis à Messire Tauvenal...

Bien que riche de quelques milliers de sonnantes et trébuchantes, Corvo n'avait presque rien dépensé à Eauprofonde pourtant réputée pour être une métropole où tout ce qui était achetable pouvait être acheté. Non, le roublard n'était presque pas sorti et avait pleinement profité de ses retrouvailles maternelles... De nouveau seul, et après avoir effectué sa "course", Corvo escomptait donc bien dilapider son sac d'or dans la cité du Seigneur Nasher...



Fiche de Corvo

PJ: Corvo / Népheghost
PNJ: Münggs
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Vendredi 27 Janvier 2017 à 00h51 par Urgoll Brisburn
Quote Post
 
 

Avançant calmement sur la longue route de Padhiver, le nain faisait passer un pièce entre ses doigts en la regardant songeusement.
Cette petite pièce qui contenait son "dragon-totem" était désespérément silencieuse depuis des jours. Pas de messages d'un confrère, pas de présence draconique, rien que le silence.

L'oeil ? envolé ? C'était difficile à avaler. La guilde secrète pouvait s'être fait évaporée par ses puissants ennemis...


¤Auquel cas Haela ai pitié de nos âmes.¤

Ou elle pouvait avoir décidée de faire profil bas, très bas, et de disparaître pour un temps.

Il allait donc attendre. Il était patient. Il continuerait d'amasser savoirs et richesses pour être prêt au cas où ses camarades se rappellent à son bon souvenir. Et sinon...


¤Et bien je pourrais combattre des dragons jusqu'à la fin de mes jours ! Quel chanceux je suis !¤

Il était donc de nouveau sur les routes en temps qu'aventurier ! La profession ne l'avait pas quitté bien longtemps. Et cette Padhiver semblait être une ville pleine de promesse, du moins c'est ce qu'il avait cru comprendre de quelques conversations entendu en passant. Il avait voyagé seul et principalement à l'écart des gens. La fin brutale de sa dernière mission n'avait pas arrangé sa paranoïa et le froid ne le dérangeait pas. Pourtant en arrivant enfin au terme de son voyage, il se sentit comme un manque de chaleur humaine. Comme un besoin de parler.

¤Taverne ? Forge ? Temple ? hmmmm le choix est rude !¤

Le nain se décida finalement à profiter des derniers rayons de soleil pour faire un repérage de la ville et localiser ses centres d'intérêts. Après tout il n'était, à priori, pas pressé. Il se mit donc en marche en suivant le flux des passants, puis se laissa guider vers les zones les plus fréquentées de la cité.



 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Jeudi 02 Février 2017 à 14h17 par Kerlomar
Quote Post
 
Habitant des Royaumes
Chambre 10
Aucune gemme
 Il n'y a pas d'objets
Haut
Bas
 
 

4ème jour de la Griffe des Tempête, année des Dragons Renégats
4 Mirtul 1373.
Période de la journée : Début de soirée.
Climat : Soleil couchant. Vent frais.
Température : environ 6 degrés.


Hannibal

Hannibal décidait d'être curieux et de se laisser guider par ses pieds. Ce qui pouvait être une excellente idée comme une très mauvaise dans une cité que l'on ne connaissait pas et qui recelait forcément de nombreuses surprises. Cependant, la ville de Padhiver était une ville connue pour la bienveillance de son gouvernement et de sa population. Surtout lorsqu'on la comparait à sa grande rivale : Luskan.

Se décidant à prendre une rue, puis une autre, le guerrier pouvait admirer les maisons à l'architecture bien nordique, des maisons en bois ou en pierre qui semblait apporter chaleur, réconfort et sécurité. Les rues de la ville étaient larges et très fréquentées, que ce soit par des gens à pied ou des chariots. Des camelots de chaque côté essayaient de vendre des fruits, des légumes, de la viande ou bien d'autres marchandises qui certaines pouvaient paraître louches. D'ailleurs, Hannibal remarqua un petit manège bien particulier. Une personne s'approcha d'une autre portant étonnement une cape noire dont il releva la capuche avant de reculer dans une petite ruelle assombrie par le début du soir. Une dague avait été visible quelques secondes avant d'être de nouveau camouflée et le comportement du client était aussi criant. Tout en s'enfonçant dans la ruelle, il ne cessait de regarder à droite et à gauche, comme s'il cherchait quelque chose, ou quelqu'un.

Hannibal se trouvait à un carrefour. Sa marche avait duré un certain temps et devant lui il voyait ce qui devait être une très grande place, une place importante. Il y avait également sur sa droite cette ruelle.

Corvo Stern

Padhiver s'offrait au roublard cormyrien. Sur le navire qui l'avait emmené d'Eauprofonde, il avait entendu parler des marchands et artisans de la cité et connaissait désormais leur réputation et leurs talents. Et sa mère lui avait bien parlé de l'homme qu'il devait aller voir et qui était un marchand d'objets magiques très doué et réputé. Elle l'avait aussi informé qu'il aurait une surprise une fois dans sa boutique. En somme, avec l'emplacement, voisine de la Maison de la Justice, et tous les trésors qu'elle promettait de renfermer, Corvo semblait bien décider à y aller.


Quittant les docks, Corvo se retrouva sur une large avenue très fréquentée par les chariots marchands dont les conducteurs hurlaient à qui mieux mieux insultes et calamités pour passer les premiers et pouvoir rentrer à leurs boutiques ou entrepôts avant dans l'heure du repas. Car la nuit commençait à tomber, le soleil couchant disparaissant de plus en plus bas, assombrissant l'avenue. Heureusement, des hommes portant des perches étaient en train d'allumer des lampadaires à huile. Mais cette lumière n'était ni aussi chaude, ni aussi puissante que le soleil et les gens rentraient chez eux en hâte. Comme si tous voulaient fuir les docks avant que la nuit ne soit complètement tombée.

Suivant les panneaux, Corvo put rapidement arriver à sa destination. Ce qui était appelé le Cœur de la Ville était un endroit superbe. LA rue était de pavés blancs, les bâtiments faits de riches matériaux, bien décorés, parfois même à profusion. Au fur et à mesure que le cormyrien avançait, il avait pu constater que les gens semblaient être plus riches. Et c'était bien le cas. Il était passé de la populace à la bourgeoisie, peut être même la noblesse. Et cela s'expliquait facilement. Là où il se trouvait, il voyait le château de Padhiver, siège du pouvoir en place, imposant. Encore plus avec les derniers rayons du soleil disparaissant qui éclairaient le haut des murs protecteurs. Plusieurs patrouilles de la milice passaient régulièrement, dans leurs uniformes nickels et brillants tandis que des formes plus sombres semblaient jouer au chat et à la souris. Les nobles et bourgeois passaient, semblant se moquer de tout ce qui les entourait, en discutant et n'hésitant pas à cracher sur ce bas peuple qui ne travaillait pas suffisamment pour leur apporter davantage d'argent.

Corvo put rapidement trouver la boutique dont sa mère lui avait parlé. Elle était installée juste à côté d'un bâtiment qui semblait être un temple et son enseigne de bois était parcourue de lumières magiques changeant de couleur et dessinant une épée.

Karmeth

C'est surpris et seul que Karmeth se retrouvait à Padhiver sans compagnons d'arme ni même organisation. L’œil ne donnait plus signe de vie et la région dans laquelle il se trouvait était bien loin de la forteresse investie par la Loge. Il lui faudrait de nombreux mois si jamais il décidait de s'y rendre de nouveau afin d'enquêter sur les raisons de ce silence. En attendant, il ne lui restait que sa pièce comme souvenir et preuve de son appartenance.

Padhiver était une ville magnifique, construite par les hommes et leurs rejetons demi elfe mais c'était une cité où vivaient de nombreux nains, surtout des commerçants venant des cités états du Nord telles que Castel Mythral ou Mirabar. Karmeth, tout en marchant vers le Cœur de la Ville qui semblait être le meilleur endroit de la cité d'après ce qu'il entendait, en croisa plusieurs groupes qui tous le regardèrent, comme pour jauger leur cousin doré. Eux aussi semblaient aller au Cœur de la Ville tout en parlant de la taverne des Lames. Vu comme les nains en parlaient, et surtout de la qualité de la bière, et aussi fort.

Moira

La jeune femme arrivait des Marches d'Argent par la route qui semblait la plus rapide et la plus sûre pour aller vers l'Ouest. Vu la période de l'année, la route qui menait jusqu'à Luskan était fermée par les restes de neige et autrement par les bandes de pillards orques qui pullulaient dans la région durant cette période de l'année. Donc dès le début, Moira s'était vu conseillée de partir pour Padhiver et d'y attendre le retour du beau temps avant de décider de faire quoique ce soit. Sans doute par dépit ou absence de réels objectifs, Moira était descendue à Padhiver dont sa connaissance était aussi nulle ou limitée que celle des Marches où elle était arrivée après la fin de sa dernière mission.

La seule chose lui lui avait été dite avant son départ pour la Perle du Nord était un conseil : aller au Marché des Lames, afin de trouver un emploi à sa mesure. En effet, elle apprit rapidement que le Marché des Lames était le rassemblement de tous les mercenaires et que l'endroit était réputé pour la qualité des missions qu'il proposait et la paye. De plus, des rumeurs disaient que certains marchands de Padhiver essayaient de concurrencer Luskan et désiraient ouvrir des routes commerciales pour le Valbise.


Moreta

Moreta venait de finir sa mission pour la Main des Mystères et bien que parole eut été tenue par son employeur, elle restait tout de même sur sa faim au vu des informations fournies. Elle savait désormais que le culte de Tiamat était responsable des maux de sa famille mais cela n'était rien de plus que donner le nom de son ennemi sans vraiment en dire plus. Cependant, ce fut peut être ceci qui fut la motivation de l'elfe pour venir à Padhiver. La Perle du Nord était le dernier réel point de civilisation dans le Nord et un lieu de savoir et de recherches. De très grandes bibliothèques étaient ouvertes et le Nord était connu pour être le lieu de vie de nombreux dragons chromatiques, vénérant Tiamat et pouvant bien évidemment attirer des membres de son culte. Car les membres du culte de Tiamat étaient comme ceux du Culte du Dragon : attirés par les grands vers de couleur et prêt à tout pour les servir. De plus, des informations obtenues ça et là par des sources officieuses parlaient d'un marché noir de produits draconiques et de puissants mages très concernés par le sujet qui résideraient dans les coins les plus sordides de Padhiver pour commercer et mener leur vie comme ils l'entendaient.

C'est donc ainsi que la roublarde/barde elfe se retrouva dans ce début de soirée venteuse et fraiche dans le Cœur de la Ville. Ici il y avait tout, à commencer par la Tour des Capes, la tour réunissant tous les lanceurs de sorts profanes de la cité, et une très grande partie de leurs connaissances. Qui sait, c'était peut être ouvert.


 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Jeudi 02 Février 2017 à 23h29 par Moira
Quote Post
 
 

Moira remontait sans hâte la grande rue. Elle s'était faite indiquer le Marché des Lames un peu plus tôt par des passants, mais de toute façons tout les chemins semblaient y mener. Elle n'était pas mécontente d'être revenue dans le Nord: le climat lui était familier, et la nature rude et sauvage aux alentours parlaient à son âme. Aujourd'hui c'était Padhiver qui s'ouvrait a elle, et pour une fois, l'expérience s'avérait plutôt agréable, malgré son aversion pour les grandes agglomérations: cette ville n'avait rien à voir avec les allées glauques de Luskan, et ses tripots infâmes qui sentaient la pisse et le mauvais alcool. Rien à voir non plus avec Hlondeth, et ses habitants désinvoltes et sybarites qui vous toisaient sans cesse d'un oeil torve. Ici, personne n'essayait de regarder par dessus votre épaule, les marchands n'y étaient pas plus condescendant que la moyenne et une milice proprement formée tâchait de faire correctement son travail, plutôt que de glander et ramasser des pot de vins. Un miracle ou presque, aux yeux de la guerrière désabusée.

Elle avait terminé sa mission quasiment un mois plus tôt. Alors qu'ils étaient encore en Amn, leur groupe égaré fût trouvé par un escadron complet de la Compagnie des Marches, facilitant leur longue route vers le nord. Cette providence fût double. D'abord, Kurtik remplaça l'incapable Polby et le neurasthénique Belgos à la tête du convoi, restaurant ordre et discipline dans un groupe qui menaçait d'exploser. Ensuite, une fois la tension retombée, Moira en appris subitement beaucoup. Les hommes de la troupe de Kurtik, peu au fait de ce que les mercenaires comme elle étaient sensés savoir, se montrèrent bavards autour du feu de camp et livrèrent bien vite les raisons de la mission: l'ambassadeur venait d'une toute nouvelle organisation, l'Oeil du Dragon, pour s'allier avec la Compagnie des Marches contre divers cultes maléfiques. Une aubaine pour Moira, qui retranscrivit ces informations dans une missive a Miriel, transmise par l'intermédiaire de son unique agent de Lunargent.

Le réseau de la Rose de Fer ne s'étendait que difficilement aussi loin au Nord, ainsi, la mercenaire avait quartier libre pour trouver de nouvelles opportunités. L'agent lui avait dit que de Padhiver partait souvent des caravanes vers le Valbise: un voyage périlleux nécessitant une protection professionnelle, et c'était bien là le mieux que savait faire Moira. Pour ce faire il fallait donc se rendre au Marché des Lames, une taverne et sorte de foire à l'emploi pour mercenaires.

Le Valbise. Loin de la ville et des hommes. Oui. Cette idée l'avait déjà caressée la dernière fois, alors qu'elle était à Luskan. Moira resserra les pans de son manteau et continua sa route. Attentive, elle gardait l'oeil ouvert et Scathach à portée de main, car même dans une ville bien famée, il pouvait se passer bien des choses...



Je n'ai peur de rien, je n'espère rien, je suis libre.

Fiche de personnage
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Mercredi 08 Février 2017 à 19h36 par Nelac
Quote Post
 
 

L'elfe avait fait un long trajet depuis les Contrées du Mitan Occidental où elle avait eu quelques informations sur le semi-homme qu'elle traquait depuis si longtemps. C'était peu, très peu même, mais c'était déjà plus que ce qu'elle avait pu regroupée seule durant ce laps de temps, ce qui faisait que l'elfe s'était calmé depuis son départ de Bérégost. De plus, elle avait pu constater la qualité de l'équipement qu'elle avait récupéré là-bas. Même si le danger avait été au rendez-vous, maintenant qu'il était parti, et même si elle ne le dirait certainement pas aux gens qui l'avait employé, surtout si cela pouvait lui procurer un meilleur arrangement la prochaine fois, Moreta pouvait voir que l'arrangement valait le coup.
Grâce à ces informations, Moreta avait pris le chemin du Nord, monnayant ses services sur la routes, chantant et jouant dans les auberges pour payer ses nuits, mais aussi attirer les crédules qu'elle se faisait un plaisir de dépouiller de leurs rares richesses. Malheureusement, pas de quoi faire de véritables folies, juste de quoi payer les morceaux de trajets sur lesquels elle ne trouva personne pour l'employer, comme lorsqu'elle avait du payer sa place sur le bateau. Mais là voilà, finalement, arrivée à Padhiver, lieu de savoir où elle pourrait, peut-être, approfondir ses connaissances sur le culte, et plus particulièrement sur celui qu'elle voulait tuer.
Mais même si ce vengeance tenait à l'elfe, elle n'était pas à quelques jours, ou même quelques semaines, près. Après tout, trouver des informations ne serait pas aisé, et même alors, il faudrait encore trouver le demi-homme pour pouvoir lui trancher la gorge, après un ou deux jours à s'occuper personnellement de lui, probablement. Dans tous les cas, elle n'était pas au bout de ses peines. Aussi, alors qu'elle arrivait en ville avec la nuit, la jeune elfe vérifia que sa guitare était bien accrochée en bandoulière autour de sa cape, qu'elle tenait fermement fermé par ce froid, et commença à chercher un lieu ou passer la nuit, un coin tranquille, pas trop luxueux, ce genre d'établissement étant en dehors de ses prix et ayant souvent des artistes attitrés, mais pas le genre de bouges dont le prix était le seul attrait, et qui se souciait peu d'attirer un peu de clientèle avec de la musique, et où le vol était monnaie courante, autant éviter d'avoir trop de concurrence.



user posted imageuser posted image Réputation 13,5
Moreta - Alrion : BAF
Sorts restants : 2/3 ; 4/4 ; 2/2
Musiques de barde restantes : 6/9
 
 
   Top
PM
écrit le : Mercredi 08 Février 2017 à 20h27 par Urgoll Brisburn
Quote Post
 
 

"La Taverne des Lames" était un nom qui, curieusement, inspirait Karmeth. Deux de ses pêchés mignons en une seule enseigne, il l'aimait bien.

La ville aussi était plaisante. L'architecture jusqu'ici n'était pas portée sur le "majestueux" d'une ville comme Teziir, mais plutôt sur un nombre hallucinant de détails soignés qui s'exhibaient volontiers aux yeux qui les cherchaient.
Le regard du nain passait difficilement d'une maison à l'autre, s'arrachant à une façade particulièrement originale pour retomber sur un fronton sculpté avec une minutie incroyable.
Il essayait pourtant de se hâter, désireux de profiter du spectacle que lui réservait sans doute le centre-ville avant que la nuit ne tombe tout à fait.


¤J'aurais peut-être le temps de visiter quelques boutiques avant de me rabattre sur la taverne.¤

Si l'architecture était si travaillée, le prêtre attendait avec impatience de voir ce que Padhiver recelait en matière de ferronnerie et de magie !

¤Sans oublier la bière et la cuisine !!¤



 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Mercredi 08 Février 2017 à 22h33 par Hannibal
Quote Post
 
 

la grandeur et la richesse d'une ville était à l'image de son marché selon Hannibal. S'il était grand, la ville était abondante. S'il était rempli de marchandises précieuses, alors la cité était riche. Le damarien adorait ce genre d'endroits et ce depuis ses aventures au calimshan bien que les marchés du nord n'aient que peu de points communs avec les souks et bazars bruyants du sud. Vous pouviez y trouver ce que vous désiriez à condition de savoir chercher et de savoir quel prix vous étiez prêt à y mettre. Et le voyage et séjour d'Hannibal à Portcalim lui avait permis d'apprendre quelques petites astuces de marchands calishites qui lui avaient particulièrement bien réussies jusqu'à maintenant.

Il n'aurait cependant pas la possibilité de les appliquer ce soir. Ayant fait un très rapide tour du marché en plein air, il n'avait pas réussi à trouver de quoi retenir son attention, son regard ne trouvant que produits alimentaires, vestimentaires, quelques autres colifichets ou encore des remèdes de rebouteuses. Il n'avait cependant pas fait un tour complet du marché à cause du soleil déclinant et il comptait bien en profiter un autre jour et de préférence à cette même heure pour être plus précis. Hannibal savait d'expérience qu'un marchand était toujours plus enclin à négocier ses prix à la baisse lorsque l'heure de fermer boutique venait et ce pour de nombreuses raisons.

Un marchand ayant fait une mauvaise journée serait plus qu'heureux de conclure une dernière vente avant de rentrer chez lui tout en espérant ne pas trop se faire tancer par sa femme. Au contraire, un marchand ayant fait une bonne journée serait de meilleur humeur pour négocier. Un commerçant fatigué, quant à lui, serait trop pressé de rentrer chez lui qu'il ne rechignerait pas à baisser ses prix pour se débarrasser d'un dernier client trop insistant.
Il suffisait juste de repérer le bon objet, de choisir le bon marchand et d'adopter la bonne attitude... oui, peut être qu'il se laisserait tenter demain.

Mais il commençait déjà à se faire tard et après un si long voyage, le damarien ne désirait plus que d'un bon lit douillet et d'un repas chaud. Et plus vous arriviez tôt à une auberge, plus vous aviez de chance et de temps pour vous réserver la meilleure chambre.
Rajustant les bretelles de son sac à dos en cuir, le damarien se prépara à prendre le chemin de cette auberge qu'on lui avait tant conseillé, "Le marché des lames". Sans doutes y trouverait-il un emploi de mercenaire décent avant de trouver le sommeil.

Il ne fit que quelques pas lorsque la curieuse scène se produisit sous ses yeux...

Curieux? A n'en pas douter... Intriguant? En effet... Hannibal continua d’observer la ruelle tandis qu'il réfléchissant rapidement à ses options. Sans doute venait-il d'assister aux prémices d'une réunion qui se voulait discrète. Cela ne le regardait nullement mais il devait bien avouer sa curiosité devant pareil manège.
D'un autre point de vue, il était étranger dans cette cité et il connaissait peu les guildes locales... alors inutile de s'en mettre une à dos pour une toute petite indiscrétion. En outre, ce n'est pas comme si le "client" avait été contraint de suivre son interlocuteur contre son gré. Et puis... les gains étaient non seulement inconnus mais aussi hypothétiques. Et enfin le dernier argument. Ce n'était pas ses affaires.

Gardant malgré tout cette petite scène en tête ainsi que le seul visage visible de cette étrenvue, le damarien reprit sa route pour prendre le chemin du Marché des lames. Avec un peu de chance se trouverait-il une chambre confortable avant de chercher un emploi.



L'expérience est un bon professeur...mais il est sévère.

user posted imageRéputation 10

Fiche d'Hannibal
 
 
   Top
PMEmail Poster
écrit le : Samedi 11 Février 2017 à 22h41 par Münggs
Quote Post
 
 

Les pérégrinations du roublard à travers la ville ne cessaient de l'émerveiller. Pour lui, les Docks étaient déjà un quartier plutôt agréable en soit, l'ambiance lui était familière et lui avait rappelé Marsembre dès qu'il avait mis pied à terre. Mais le cœur de la ville était véritablement splendide et il méritait que l'on prenne son temps à arpenter ses rues les unes après les autres. L'architecture nordique était vraiment singulière, simple et sophistiquée à la fois, bien loin des canaux et des quartiers sur pilotis de sa citée lacustre natale.

La nuit tombante rappela à Corvo qu'il allait devoir remettre au lendemain sa promenade touristique. S'orienter dans une ville inconnue n'était pas toujours aisé même avec quelques indications... S'orienter dans une ville inconnue en pleine nuit l'était encore moins... Le château du Seigneur Nasher était désormais visible et Corvo savait qu'il n'était plus très loin - selon les indication de sa mère en tout cas. Le jeune-homme pressa le pas. Les multiples patrouilles et les bourgeois suffisants qu'il croisait dans ce quartier l'avaient poussé à se découvrir. Une silhouette sombre et encagoulée longeant les murs dans un quartier riche et à la tombée de la nuit, ça attirait l'attention.

L'enseigne du marchand correspondait en tout point à la description de sa mère, Silke.


¤ Une épée aux couleurs changeantes, comme chez Gribok et fils à Suzail... C'est bien ici aucun doute...¤

Avant de pousser la porte, Corvo farfouilla dans une poche de son manteau et en extirpa un petit bout de papier sur lequel il avait griffonné à la va vite une liste de courses. Il s'agissait d'articles spéciaux que seul un marchand comme son contact pouvait fournir. Son calvaire allait enfin se terminer ici. Adieu toutes ces pièces d'or qui avaient fait craquer de nombreuses fois les sangles de son sac. Adieu ce mal de dos qu'il se trimbalait depuis l'Amn. Adieu l'or de Polby, Chef de Phalange de la Compagnie des Marches...

Sa liste bien en main, Corvo la parcouru une dernière fois. Bien entendu, il la connaissait par cœur, mais ses tocs, toujours ses tocs... Le sourire aux lèvres, il poussa enfin la porte et s'engouffra dans la boutique...

hrp.gif Liste des objets à acheter:
Cliquez ici pour dérouler le parchemin...



Fiche de Corvo

PJ: Corvo / Népheghost
PNJ: Münggs
 
 
   Top
PMEmail Poster

Topic Options Pages : (24) [1] 2 3 ... Dernière » Closed TopicStart new topicStart Poll